Aux couleurs du Barça et du Betis : le XI de la phase aller des Twittos de ¡Furia Liga!

0

Pendant la trêve des confiseurs, ¡Furia Liga! a proposé à ses Twittos d’élire leur XI de la mi-saison. Une composition en 4-3-3 dirigée par Pablo Machín et une bonne dose de Blaugranas et Béticos sont titularisés !

Gardien : Marc-André Ter Stegen (FC Barcelona)

Impérial sur sa ligne, excellent dans la relance, le gardien allemand fait partie du gratin mondial. Solide, charismatique et apprécié par les supporters culés pour sa simplicité hors des terrains, celui qui aurait dû être titulaire dans les cages de la Nationalmannschaft au Mondial confirme son statut de crack.

A LIRE : Pourquoi Marc-André Ter Stegen est le meilleur gardien du monde

Latéral droit : Francis (Real Betis Balompié)

Le Verdiblanco a devancé in extremis Jesús Navas. Sur sa lancée de 2017-2018, l’espoir de 22 ans a maintenu son niveau de jeu sur le côté droit bético, de quoi devancer la légende de Nervión et Pedro Porro de Girona dans les suffrages.

Défense centrale : Gerard Piqué (FC Barcelona) – Diego Godín (Atlético de Madrid)

Une charnière des plus classiques pour ce XI mais l’assurance d’avoir des valeurs sûres. Inutiles de les présenter, ils font partie du paysage de la Liga depuis de nombreuses années.

Gerard Piqué a dû se faire à la blessure de Big Samuel Umtiti mais il s’est vite adapté à un autre Français en la personne de Clément Lenglet.

En ce qui concerne Diego Godín, il est tout simplement le patron de la meilleure défense de Liga avec seulement 13 buts encaissés. Même s’il aurait des envies d’ailleurs et notamment d’Italie, il ne laisse pas transparaître ses états d’âme. Plus que jamais, le Charrua reste le meilleur ambassadeur du Cholismo en Espagne comme en Europe.


Latéral gauche : Jordi Alba (FC Barcelona)

Inamovible. Insubmersible. Taulier. Jordi Alba a retrouvé son BFF Lionel Messi depuis le départ de Neymar et son influence sur le flanc gauche blaugrana s’en trouvée renforcée plus que jamais. Luis Enrique voulait l’écarter de la Roja, en souvenir de relations tendues quand ils étaient au Barça mais il n’a pas tenu bien longtemps, malgré l’arrivée de José Gayà avec la Selección.


Sentinelle : Sergio Busquets (FC Barcelona)

L’unique milieu du Barça à rester incontestable dans l’esprit d’Ernesto Valverde et des supporters. Ce n’est plus le très grand Busquets d’il y a quelques années, mais on reste sur le même slogan : « No Busi no party ».


Milieu droit : Giovani Lo Celso (Real Betis Balompié)

En quelques semaines, l’Argentin a fait l’unanimité en sa faveur. Guère étonnant : le milieu de terrain et l’usage du ballon sont les principales forces du jeu de Quique Setién. Il est donc normal de voir GioLo surnager. Le Benito-Villamarín en est déjà fou.


Milieu gauche : Sergio Canales (Real Betis Balompié)

Au moment de signer au Betis pour 0€, Sergio Canales est un cadre de la Real Sociedad mais ses blessures aux genoux ont ralenti sa carrière. Signer à Héliopolis représentait une superbe opportunité pour franchir un cap, non seulement mental mais aussi en termes de régularité. Excellente pioche des Verdiblancos.

A LIRE : Le Racing Santander, le véritable amour vert et blanc de Quique Setién et Sergio Canales


Ailier droit : Lionel Messi (FC Barcelona)

MVP ! MVP ! MVP ! Meilleur buteur, meilleur passeur de Liga et surtout réinventeur du football chaque semaine. Sans équivalent sur la planète ballon rond, la Pulga trouve toujours l’angle le plus fou, la frappe la plus insensée, la passe que lui seul a vu et anticipé. L’âge n’a pas de prise sur l’Argentin, pourvu que ça dure pour les amoureux du beau jeu mais aussi pour le Barça car Messi sauve souvent la mise aux Blaugranas.


Ailier gauche : Ousmane Dembélé (FC Barcelona)

Il oublie de mettre son réveil le matin, il y a une polémique sur lui une fois tous les 4 matins mais le champion du monde commence à se faire au jeu du Barça et à l’exigence du club au quotidien. 7 buts et 3 passes décisives en 18 matches dont seulement 12 titularisations, mais aussi un but phénoménal en Ligue des Champions : Dembélé s’installe dans le paysage culé.

A LIRE : Ousmane Dembélé vous salue bien !


Attaquant : Luis Suárez (FC Barcelona)

El Pistolero, c’est 18 matches (17 titularisations) pour 14 buts et 5 passes décisives. A 31 ans, le Charrua sait bien que le Barça doit se mettre en quête d’un remplaçant mais le costume de son successeur devra être bien large au niveau des épaules.


Entraîneur : Pablo Machín (Sevilla FC)

Une fois n’est pas coutume, voilà Pablo Machín à la tête d’une 4-3-3 et pas de son 3-5-2 emblématique. Passé de Girona à Sevilla pendant l’été, l’ancien de Numancia a montré qu’il était capable, après seulement une saison en Liga, de franchir le fossé entre le niveau requis pour un promu et celui pour accéder à la Ligue des Champions. Jesús Navas, Éver Banega, Pablo Sarabia, Wissam Ben Yedder : Pablo Machín relance et bonifie son effectif, pour le plus grand bonheur de Nervión.

Commentaires