Le plus bel homme de Liga, petit couteau, des golazo, un ancien de Nancy et un revenant : El Once de Furialiga (J19)

0

La 19e journée de Liga fut agitée et riche en buts ! Comme à l’accoutumée, Furialiga! vous a concocté son onze des meilleurs joueurs lors du week-end. Disposé en 343, il fait la part belle aux offensifs et aux golazos entre merveille collective et violence individuelle, présentation. 

Soria (Getafe) : C’est une constante cette saison, chaque équipe ou presque de Liga dispose d’un gardien top niveau dans sa meilleure forme. À Getafe, l’organisation stricte de Bordalás est en plus magnifiée par un Soria souvent dans ses meilleures dispositions. Sans ce gros point noir sur les sorties aériennes, Soria aurait pu être un top de Liga, là il se contente d’être une valeur sûre et c’est déjà pas mal et si Getafe a ramené 3 points de Villarreal, il y est pour beaucoup.

Godin (Atletico) : Victorieux péniblement d’un Levante emballant dans un match intéressant, l’Atleti a jonglé entre des phases ambitieuses avec ballon et des séquences plus classiques où le bloc n’a fait que coulisser. Dans cette configuration, Godin a été impérial et n’a jamais été pris à défaut ou presque. L’Uruguayen qui semble tout proche d’un départ continue de montrer que c’est un top.

Velazquez (Rayo Vallecano) : Il est vrai que le Rayo a encaissé 2 buts face au Celta mais depuis quelque temps, l’ambiance a changé à Vallecas. Les hommes de Michel sont plus solides, plus cohérents, plus convaincants et la titularisation de l’Urugayen y est pour beaucoup dans ce changement d’attitude. Solide et surtout excellent dans le domaine aérien le central qui a eu un parcours compliqué depuis son départ du pays semble enfin confirmer son talent.

Lenglet (Barça) : Le Français a vécu des moments compliqués depuis son arrivée de Seville cet été. Lancé titulaire très tôt avec la blessure d’Umtiti, l’ancien de Nancy a montré des lacunes évidentes mais aussi une soif d’apprendre. Depuis quelques semaines, Lenglet s’est enfin adapté à sa nouvelle équipe et est rayonnant tout en étant décisif. Bon presque partout, il en ferait presque oublier l’absence de l’ex meilleur défenseur des culés et c’était pas donné au départ …

Vitolo (Atletico Madrid) : Son arrivée l’hiver dernier avait suscité des questions et alimenté les débats. Blessé, à court de forme et après quelques mois de vacances à Las Palmas, Vitolo n’apportait aucune réponse aux problèmes des colchoneros. Pourtant 1 an après, Vitolo a sorti une prestation magnifique face à Levante tout en variation et en dribble. Un retour en forme encourageant pour lui mais inquiétant pour le temps de jeu de Lemar.

Coutinho (FC Barcelone) : Le niveau de petit couteau interroge ses dernières semaines. Annoncé comme concurrent de Dembelé sur l’aile, le Brésilien joue à contre emploi et n’arrive pas à peser sur les matchs. Souvent hors du rythme, il n’arrive pas à s’intercaler dans les lignes de passes et être déterminant. Face à Eibar, il a joué le corps tourné vers l’intérieur, une position et un rôle bien plus en accord avec son style. En résulte un but monumental de Luis Suarez sur un échange de passes parfait entre l’Uruguayen et le Brésilien, comme quoi quand les joueurs sont dans un écosystème favorable …

Ceballos (Real Madrid) : Pas titulaire au coup d’envoi, Dani est rentré sous la bronca du Villaramarin. L’ancien petit prince du Betis n’est pas vraiment parti en bon terme de son club formateur. Quand il fait son apparition sur le bord du terrain, le Real a déjà perdu KB sorti sur blessure et prend énormément de coups par un Betis qui se rapproche toujours plus de la prise de l’avantage. Le Real tangue mais les avaries sont contenues. C’est là qu’aux alentours de la 85e, un coup franc bien placé peut permettre au Real d’arracher une victoire salvatrice. Ceballos prend le cuir, et tape ce coup de pied arrêté de manière magnifique. Lui ne célèbre pas mais ses coéquipiers le portent en héros. Solari est sauvé par ses poulains et Isco est resté encore une fois sur le banc durant près de deux heures.

Nyom (Leganes) : L’idole de Granada n’est pas le latéral le plus enthousiasmant balle au pied. Joueur travailleur et besogneux plutôt que dribbleur et centreur, Nyom aime quand ça se touche et que les coups traînent. Face à Huesca pour une finale pour le maintien, il fut un des meilleurs de son équipe surtout sur le plan défensif.

Inaki (Athletic Bilbao) : On a longtemps douté de la faculté du numéro 9 des Leones à assumer seul le poste de buteur de l’Athletic. C’est vrai qu’Inaki n’est pas un buteur qui joue surtout de son physique et est un pivot. Non, l’ancien ailier doit avoir de l’espace, doit courir et prendre de la vitesse pour faire parler sa superbe qualité de passe. Depuis la nomination de Garitano, cet écosystème pour réussir il l’a et il s’en sort. Déjà buteur face au Celta, Inaki a récidivé par deux fois face à Seville. Deux buts sensationnels qui montrent le beau joueur qu’il peut être quand il est mis dans de bonnes dispositions.

Willian Jose (Real Sociedad) : Le buteur de la Real a mis du temps à trouver son rythme cette saison entre blessure et méforme collective. Depuis deux matchs et la nomination d’Aguacil ça va mieux pour la Real et donc pour son buteur. Lors de la victoire face à l’Espanyol pour clôturer cette 19e journée de Liga, l’ancien de Las Palmas a été décisif sur les 3 buts des siens avec 2 buts et une passe décisive sur corner. Il a réalisé ce qu’on peut appeler une journée parfaite.

Raul de Tomas (Rayo Vallecano) : On avait perdu la trace du plus beau flocage de Liga depuis quelques journées, les madrilènes se servant d’autres armes pour performer. Sauf que face au Celta, RDT nous a montré qu’il était un attaquant particulier. Le buteur gominé qui appartient encore au Real s’est offert un triplé dont un coup franc magnifique dans la victoire 4-2 du Rayo. RDT refait parler la foudre et c’est tant mieux, tant il dispose d’un talent incroyable.

Benjamin Bruchet

@BenjaminB_13

Commentaires