Segunda – CF Reus : Toujours plus loin dans le dramatique et l’absurde

0

Le 10 décembre dernier, le CF Reus devait mourir. Malgré la présence d’anciens du Barça dans sa direction et de partenariats avec le football chinois en lien avec Jorge Mendes, le CF Reus englué dans une crise financière critique n’était plus en mesure de payer ses joueurs. Sauf qu’un mois plus tard, Reus est encore là, son propriétaire aussi et va défier Malaga à la Rosaleda avec 12 joueurs pro sous contrat. Retour sur un mois de folie made in Spain tout aussi dramatique que pleins de rebondissements. 

Le 2 janvier au matin après une pause de 4 jours, le CF Reus reprenait le chemin de l’entraînement. Presqu’un mois jour pour jour après la date qui devait sceller la fin d’un club à l’histoire plus que centenaire, les rouges et noirs sont pourtant toujours là. Mais la situation déjà ubuesque début décembre, l’est encore plus actuellement. Des fonds à l’origine inconnue sont arrivés pour maintenir sous respirateur le club. Le président de l’entité a démissionné, 7 joueurs dont deux tauliers ont été libérés de leurs engagements et près de 8 joueurs de la filiale ont été promus pour faire le nombre. Au milieu de tout ça, un entraîneur qui reste focus sur un objectif qui ressemble à un mirage : maintenir le club en Segunda.

CF Reus : Mort annoncée lundi 10 décembre 2018 à 23h59 ?

Les raisons qui ont conduit le club catalan a une telle situation sont aujourd’hui toujours aussi floues mais semble venir de Chine. L’état chinois a changé sa politique en matière d’investissement dans le football étranger, une décision visible depuis plusieurs mois mais qui a surpris la direction de Reus qui basait l’intégralité de sa réussite sur ses fonds. Depuis Reus creuse toujours plus profondément dans l’absurde. Au milieu de tout ça, un président : Joan Olivier qui jongle en conférence presse pour entretenir un semblant de vie normale.

Ses déclarations évolues, mais une chose est sûre le club n’a plus de deadline comme c’était le cas début décembre. Une partie des salaires a été payé. Cette somme qui selon Joan Olivier provient de ses économies personnelles semblent en vérité provenir de Jorge Mendes le tout puissant agent qui tourne autour du club depuis plusieurs semaines. Cependant le club a vu sa licence lui permettant de participer à une compétition professionnelle lui être retirée à titre provisoire. Pour faire simple : Reus a le droit de disputer ses deux prochains matchs de championnat avant que la Fédération se réunisse une nouvelle fois et statut sur l’avenir du club catalan.

« Aujourd’hui est l’un des jours les plus tristes et les plus difficiles de ma vie. » Edgar Badia, gardien de Reus depuis 5 ans lors de la rupture de son contrat

Reus qui a été sauvé par un tour de passe-passe n’est absolument pas guéri. Fin décembre c’est pas moins de 7 joueurs qui ont été libéré de leurs contrats avec les rouges et noirs. Dans ce lot : Egdar Badia et Fran Carbia deux joueurs qui ont tout connus avec le club catalan depuis maintenant 5 ans. Cependant les deux joueurs plus payés depuis maintenant 4 mois ne pouvait pas rester une minute de plus dans un club où règne un climat délétère. Le milieu a expliqué au Transistor les raisons de son départ : « J’ai été près de quatre mois sans salaire, nous avons vu dès le début que les choses n’allaient pas bien quand vous ne pouviez pas enregistrer les joueurs pour la mauvaise gestion du Club, pleins de promesses n’ont pas été tenues ». 

Pour le premier match de 2019, Reus se déplace à Malaga. Les joueurs adverses ont déjà notifiés leurs soutiens aux joueurs de Reus. De plus, quelques penyas qui garnissent la Rosaleda ont prévu une animation pour eux aussi notifiés leurs soutiens aux joueurs du club rouge et noir. Xavi Bartolo, l’entraîneur de Reus arrive avec seulement une dizaine de joueurs pro sous contrat. Le reste du groupe étant composé essentiellement de jeune de la filiale. Dans ce groupe, 4 joueurs ont encore des situations préoccupantes.

Isaac Cuenca et Karim Yoda étaient deux signatures estivales de Reus. Cependant les deux n’ont pas pu recevoir de licence pour évoluer sous le maillot rouge et noir. Depuis leurs signatures ils s’entraînent donc tous les jours mais ne semblent pas avoir d’avenir dans la petite ville de Reus. Surtout que malgré les diverses demandes de leur président, Tebas reste ferme et ne veut pas faire de cadeau à un club qui ternit l’image de la Ligue. Deux autres joueurs, qui ont disputés des minutes, sont aussi dans l’expectative. Olmo et Querol ne sont pas payés depuis 3 mois et pourraient être libérés de leurs contrat le mardi 8 janvier si aucune solution n’est trouvée. Même si les deux sont déterminés à poursuivre l’aventure, il semblerait que ce déplacement à Malaga soit le dernier pour eux.

Xavi Bartolo, le rocher qui maintient Reus en vie

Il y a un homme qui ne parle jamais de sa situation personnelle qui est pourtant tout aussi critique que les autres : Xavi Bartolo. L’actuel entraîneur de Reus, regardé avec méfiance lors de sa nomination par bon nombre d’experts s’impose comme le porte parole de ses joueurs. Mais plus encore, il est leur conseiller. Présent lors de la réunion avec l’AFE qui a conduit à la proposition de la Liga de payer les salaires. Proposition qui fut refusée par les joueurs, Xavi se présente en conférence de presse pour faire un point global et revenir constamment au terrain. Même si pour beaucoup, le sportif est secondaire actuellement à Reus pour Xavi c’est ce qui permet à ses joueurs de ne pas sombrer. L’effectif de Reus reste dans un état critique et très proche du point de rupture, tant l’écosystème du club se désagrège.

Crédits : Ara.cat

Il est vrai qu’à la surprise générale, Reus est encore en vie sportivement. Avant dernier mais seulement à 2 points du premier non relégable, Reus semble vouloir mourir les armes à la main. La victoire face à Alcorcon, qui était leader à ce moment là la vieille de la date qui devait sceller la mort du club montre bien l’état d’esprit dans lequel Xavi Bartollo maintient son groupe. Surtout qu’en plus d’avoir des résultats, il demande des comptes à son président. Seule personne sous contrat à ne pas avoir porté plainte pour non paiement de son salaire il n’hésite pas à demander régulièrement de la transparence sur l’avenir du club et sur l’avancement de la vente du l’entité. La seule chose qui pourrait sauver le club. Mi-décembre, en conférence de presse Xavi Bartolo déclarait : « Cela ne coûte rien, un peu de transparence. Tout le monde dans la sphère générale est arrivé à cette situation après tant de déceptions et de crispations. Je ne pense pas que ce soit aussi catastrophique d’expliquer comment cela s’est produit et comment la solution a été trouvée. La transparence est nécessaire et nous serons plus détendus. » Il rajoutera, quelques jours plus tard :  » Reus finira par résoudre les problèmes »

Plus de capitaine et un avenir toujours aussi flou 

A l’heure actuelle, l’effectif de Reus a renoncé à la figure du capitaine, le brassard restant cependant au bras d’Olmo (qui est très proche de voir son contrat être cassé). Le propriétaire du club : Joan Olivier qui annonçait une vente mi-décembre a rétropédalé. Même Mundo Deportivo qui annonçait Mendes comme repreneur officiel n’a pas donné suite à cette information. Depuis Joan a avoué en conférence de presse ne pas avoir trouvé de solution tout en confirmant que des négociations étaient en cours. Il a aussi ajouté : « Il n’y a pas de risque de disparition imminente de Reus, mais il existe un besoin absolu de ressources financières, via la vente de l’entité sinon la continuité sera très difficile ». L’AFE, le syndicat des joueurs, milite pour la suspension du match face à Malaga plaidant la non équité sportive. Soutenu par une partie de l’effectif, la décision est dans les mains la RFEF.

A l’heure actuelle, les membres de la filiale, le staff de Xavi et les employés de Reus n’ont toujours pas reçu de salaire depuis la fin du mois d’Août. La piste menant à Jorge Mendes s’est refroidit et même Joan Olivier qui assure qu’il ne cherche plus qu’à vendre le club, a assumé qu’il ne savait s’il serait en capacité de sauver le club. Reus pourrait ne plus avoir que 9 joueurs sous contrat pour finir la saison, un chiffre suffisant selon les textes de la Liga mais qui pourrait tout de même conduire Tebas à dissoudre le club. La seule lueur d’espoir provient d’une rumeur d’un rachat du club par des investisseurs de Reus … Un mince espoir, mais de l’espoir quand même.

Benjamin Bruchet 

@BenjaminB_13

Commentaires