Villarreal : Samuel Chukwueze, le petit Robben qui a déjà tout d’un grand

0

La saison est terne du côté de Villarreal. Englué en fond de classement, proche de la zone rouge le sous-marin jaune ne torpille plus beaucoup et les tribunes du Madrigal sont bien sages. Cependant, un jeune crack est en train de faire son nid et de redonner envie à toute une afición de venir au stade. Ce garçon n’est autre que Samuel Chukwueze, le Nigérian qui enfonce les portes en Espagne.

L’histoire est aussi belle que rapide. Arrivé il y a un peu plus d’un an en Espagne, Samuel Chukwueze est passé des Juvenil à titulaire en Liga dans ce laps de temps. Sa progression est folle et ressemble à son jeu, celui d’un ailier qui n’a peur de rien et enfonce les portes avec la même violence qu’il frappe la balle. Samuel Chukwueze a commencé à taper le cuir en imitant Jay Jay Okocha et par la suite s’est inspiré d’Arjen  Robben. Portrait d’un jeune joueur qui a déjà tout d’un grand.

Chukwueze, un homme pressé et un ailier supersonique

Samuel Chukwueze n’est pas là pour rigoler. Pour sa deuxième titularisation avec le sous-marin jaune, en Copa Del Rey contre Almería, il ouvre son compteur but d’une frappe sèche pour porter le score à 3-1 en faveur de Villarreal. Depuis ce match, le Nigérian a été titulaire 5 fois, a trouvé la faille 2 fois et a été l’un des meilleurs de son équipe face au Barça au Camp Nou. Pressé Samuel ? Un poco.

Dans la même temps, l’ailier a aussi fait ses débuts avec sa sélection face a l’Ouganda. Dans le jeu, Chukwueze ne fait pas de cadeau et fait mouche sur chacun de ses contrôles. Il fait partie de ces ailiers toniques qui sont attirés par la boîte et n’hésite pas à tirer de loin. Une frappe de balle qu’il a perfectionné au pays dans des académies de football qui, alliée à une qualité technique au dessus de la moyenne font de lui un joueur frisson.

« Il a un très bon pied gauche, il est rapide, il a un centre de gravité bas qui lui donne de l’équilibre, il peut marquer et passer »  Gernot Rohr.

Chukwueze a suivi l’itinéraire classique pour un crack  d’Afrique noire. Très tôt, vers 8-9 ans, il rejoint l’école de football Futur Hop puis par la suite New Generation football. Le talent est déjà là mais ses parents ne voient pas d’un très bon œil de voir le petit Samuel délaisser l’école pour le football. Son père pasteur et sa mère infirmière brûlent même régulièrement ses crampons pour le pousser à arrêter. Cependant, le gamin ne lâche rien et persévère. Il tape dans l’œil d’Apugo qui deviendra son mentor et l’emmènera à la Diamond Football Academy, une des plus prestigieuses en Afrique.

Presque à Arsenal, proche de Porto et puis enfin à Villarreal

Dans cette nouvelle académie, Chukwueze se consacre totalement au football et prend conscience qu’il a un potentiel incroyable. Ses parents le soutiennent enfin et lui cartonne. La première apothéose de sa carrière se réalise au Portugal alors que Samuel est un adolescent. Il sort un tournoi monumental et se fait une place dans la liste des jeunes à suivre en Afrique.

Crédits : ESPN.com

Ce nouveau statut, il l’assume très vite et ne ressent pas la pression. En 2015 lors de la coupe du monde U17 au Chili, « Robben Jr » confirme encore une fois tout son talent. Alors qu’il est pas un titulaire indiscutable, il trouve le chemin des filets 3 fois (2 face au Chili et un face à l’Australie) et délivre 2 passes décisives. Un de ses buts est même le plus rapide de l’édition et le 3e plus rapide de l’histoire de la compétition ! Le Nigeria de Success, Chukwueze ou encore Iheanacho repart avec la coupe et Samuel avec une place de 3e meilleur buteur du tournoi. Les chemins du succès s’ouvrent devant lui mais ils seront vallonnés.

“Je sais qu’il me reste encore beaucoup à faire pour me rapprocher de ce que Robben a accompli dans le football, alors je continue de travailler et je garde les pieds sur terre. »

Très vite après la Coupe du Monde U17, il est annoncé dans les petits papiers d’Arsenal. Chukwueze se déplace même à Londres mais il se heurte à la dure loi des transferts. Différents intermédiaires veulent prendre une commission et les Gunners tardent à payer. L’affaire capote. Cependant, la cote de l’ailier reste haute et très vite son académie ficelle un accord avec Porto. Il rejoint le Portugal mais encore une fois l’affaire traîne et Chukwueze retourne au pays sans sésame vers l’Europe. C’est dans cette brèche que se glisse Villarreal et offre 500 000 euros à son académie. Une somme importante pour un jeune joueur et qui permet au Submarino de rafler la mise. Chuckwueze portera du jaune.

Au niveau très vite

Août 2017 : Samuel Chukwueze est affecté au Juvenil A de Villarreal pour faciliter son adaptation en Europe et pouvoir le juger. Rapidement, dans un club connu en Espagne pour sa post formation, on se rend compte d’une chose : le Nigérian est déjà trop fort pour rester dans cette catégorie. Il est promu avec la C mais encore une fois Chukwueze est au dessus des autres. Direction la B qui joue en Segunda B.

« À Villarreal, les officiels me comparent sans cesse à un autre Nigérian, Ikechukwu Uche, qu’ils considèrent comme une légende au sein du club et qui m’a conseillé d’essayer de suivre son exemple »

En avril 2018, il joue ses premières minutes en D3. À ce niveau, Samuel plafonne un peu. Il reste intéressant mais ne domine pas. Mais un mois après ses débuts, il affronte la réserve de l’Athletic. Dans ce match Chukwueze va enfiler ses plus beaux habits pour marquer son premier but à ce niveau et offrir une prestation incroyable. Villarreal se qualifie pour le dernier carré et Samuel marque une nouvelle fois face à Fuenlabrada. Le train Chukwueze est de nouveau lancé ! Même si le petit sous-marin échoue en finale d’accession, il commence à faire parler à l’étage supérieur et frappe à la porte de l’équipe fanion. « Il a une qualité de débordement qui fait que vous ne pouvez pas l’arrêter, c’est comme une rivière », a déclaré son entraîneur de l’époque Miguel Álvarez.

Crédits : Hubnaija

Un crack, un vrai

La rapidité avec laquelle Samuel Chukwueze se met au niveau est impressionnante. Que ce soit en Copa, avec la B ou face au Barça, l’ailier récite toujours le même football sans que la pression n’ait d’emprise sur lui. Lui-même le confesse : “je ne pensais pas jouer si tôt avec la première équipe mais je ne ressens pas de pression particulière. Je pense seulement à travailler dur et à continuer à m’améliorer ». Un style et un caractère qui impressionne et suscite l’admiration et les compliments. Raúl Herrera, directeur sportif de l’Académie de la jeunesse de Villarreal, sur le joyau :« en un an, il a joué avec la Juvenil, les deux filiales et la première équipe. Je ne connais personne avec cette trajectoire. Oui, il y a des gens qui ont fait un saut très rapide, comme Nahuel ou Adrián Marín, mais celui de Samu a été une météorite ». 

L’année 2018 se termine et elle a été bien remplie pour Chukwueze. Son nom est sur toutes les lèvres mais lui reste lucide : « faire mes débuts au Nigeria achève une année de rêve dans ma vie professionnelle ». Et ajoute : « certaines personnes attendent plusieurs années pour vivre un rêve, mais je suis reconnaissant à Villarreal et au Nigéria d’avoir réalisé tous mes rêves en moins d’un an« . Avec une clause à 30 millions dans son contrat, Chukwueze va très certainement être courtisé. A lui de continuer à confirmer malgré le changement d’entraîneur à Villarreal. Samuel est l’avenir du football nigérian pour le plus grand plaisir de Villarreal. Et puis, maintenant que le Batave aurait pris la décision de raccrocher prochainement, il y a vraiment une place à prendre dans la catégorie des ailiers supersoniques.

Benjamin Bruchet 

@BenjaminB_13

Commentaires