Real Madrid : Fede Valverde, la saison de l’envol pour el Pajarito?

0

Loin dans la hiérarchie des milieux de terrains, Fede Valverde lutte pour se gagner une place dans la rotation de l’effectif merengue. Ses quelques apparitions cette saison ont enthousiasmé les supporters qui voient en lui le futur du Real. Présentation del Pajarito, ce jeune Uruguayen dans lequel le Real a placé tant d’espoir

Fede Valverde (22 juillet 1998, Montevideo) a été biberonné au football. De ses débuts à Peñarol à son transfert en Espagne à tout juste 18 ans, tout est aller très vite dans la carrière de l’Uruguayen. Sélectionné avec l’équipe première de la Celeste à 19 ans, il est considéré comme l’un des plus grands talents du centre de formation madrilène. Le club a placé d’énormes espoirs en lui et le considère comme le futur à court terme. Mais qui est Fede Valverde ?

Des débuts précoces

L’Uruguayen a très tôt été happé par le football. Federico Valverde a été recruté par Estudiantes de la Unión alors qu’il n’avait que deux ans et qu’il frappait déjà le ballon dans la rue où il vivait. Il avait encore des tétines et portait des couches sous son short, mais il impressionnait déjà par sa frappe de balle. Sur la photo qui le montre champion pour la première fois, à l’âge de trois ans, il a la coupe dans une main et la tétine dans l’autre. Signe de sa grande précocité.

C’est également de sa période à Estudiantes que lui vient son surnom Pajarito (petit oiseau). C’est l’un de ses techniciens qui l’avait surnommé comme ça à cause de sa façon de courir. « Je l’ai appelé Pajarito parce qu’il est petit et qu’il vole quand il court » explique Gabriel son auteur. Ses parents n’aimaient pas qu’on l’appelle ainsi mais le surnom est resté et ils ont du se faire une raison. En 2012 à 14 ans, il débute au centre de formation du Club Atlético Peñarol avec les U-14. Cette année-là, il marque 8 buts mais ne remporte aucun titre. Cependant en raison de sa bonne performance, le coordinateur du recrutement à Peñarol, le recommandé pour l’équipe U-15 de l’Uruguay. D’abord réticent, l’entraîneur le convoque quand même et depuis il n’a cessé d’être appelé. En 2013, il remporte son premier titre : le championnat d’Uruguay U-15 et marque trois buts.

Crédit: okdiario.com

Lors du tournoi sud americano des moins de 17 ans en mars 2015, l’intérêt des grands clubs d’Europe se fait sentir avec Arsenal en tête de liste. Chelsea et le Barça serait également intéressés. Et pour cause, malgré la 5ème place de l’Uruguay Valverde brille en marquant 7 buts en 8 matchs. Au final c’est le Real qui va s’offrir les services du jeune uruguayen pour 5 M€. Encore mineur, il est convenu que le charrua reste avec son équipe jusqu’à sa majorité et qu’ensuite il rejoigne le Vieux Continent.

De retour avec Peñarol, Valverde commence à s’entraîner régulièrement avec l’équipe première et en mai 2015 à 16 ans il signe un contrat de 3 ans qui le lie à l’entité uruguayenne et qui lui certifie faire partie de l’équipe première. Valverde conclut sa première saison en tant que professionnel avec 12 participations dans l’élite du football Uruguayen et remporte le Torneo Apertura 2015 et le Championnat d’Uruguay 2015/16. En outre, au niveau international, il a disputé un match de Copa Libertadores. Il ne marque aucun but mais délivre 2 passes décisives. Alors qu’il vient de fêter ses 18 ans, il se rend en Espagne pour signer son contrat et continuer sa carrière.

Une perle du Castilla

Le 28 juillet 2016 il signe officiellement son contrat avec les madrilènes. Celui-ci stipule qu’il fera partie de la seconde équipe du Real. Il se joint donc à ses nouveaux coéquipiers pour les pré-saison. Si les débuts sont un peu compliqués, très vite il devient une pièce indispensable au milieu de terrain. Sa polyvalence (il a joué milieu offensif, défensif et même central) a enchanté Solari, entraîneur du Castilla à l’époque, qui lui donne très vite les clés du camion. Il joue 36 matchs cette saison-là entre la Segunda B et la Youth League dans lesquels il inscrit 3 buts et délivre 2 passes décisives. Il est l’une des seules choses positives de la saison : le Castilla terminant à une triste 11ème place, bien loin de l’objectif de remonter en Segunda. Valverde devient l’une des perles du centre de formation et un joueur sur lequel repose beaucoup d’espoirs.

Crédit: elespanol.com

Une reconnaissance internationale

Malgré une saison très compliquée au niveau collective mais bonne individuellement Valverde est tout de même appelé avec la sélection d’Uruguay dont il est un habitué depuis son plus jeune âge pour le Coupe du Monde des moins de 20 ans. Il brille cet été-là devant le monde entier qui retient son nom. El Pajarito marque 1 but lors des 7 matchs disputés et se fait voir comme le taulier du milieu de terrain et un futur grand joueur. Valverde est l’une des raisons de la 4ème place finale des Charruas. Il sera couronné à l’issu du tournoi ballon d’argent derrière l’anglais Dominik Solanke qui reçoit lui le prix de meilleur joueur du tournoi. Ses bonnes performances attirent l’œil de nombreux clubs et ceux-ci postulent auprès de l’entité Merengue pour obtenir le prêt du joueur. Au final, c’est en Espagne en Galicie que Fede posera ses valises.

ESPACE BOUTIQUE ¡FURIALIGA! – ZONE MIXTE -> https://boutique.zonemixte.fr/?s=FuriaLiga

Lors de la saison 2017-2018 il est cédé au Deportivo La Corogne en 1ère division afin qu’il s’aguerrisse dans l’élite du football espagnol. La saison du Depor est compliquée et pas moins de trois entraîneurs se succèdent cette année-là. Avec Pepe Mel et Cristóbal Parralo l’Uruguayen manque de continuité. Pepe Mel le fait même jouer sur un côté alors que son poste de prédilection est au milieu de terrain. Mais avec l’arrivée de Seedorf au mois de février il retrouve une place d’indiscutable.

Peu à peu Valverde commence à montrer de quoi il est capable et joue 25 matchs sans inscrire le moindre but ni délivrer aucune passe décisive. Cela ne l’empêche pas malgré tout de démontrer ses qualités sur le terrain dans un contexte difficile alors que le club lutte pour se maintenir. En dépit de ses bonnes performances pour sa première année dans l’élite du foot espagnol il ne peut empêcher la descente du Deportivo en deuxième division. Sa bonne saison confirme le talent qu’on lui soupçonnait et fait de lui l’un des principaux espoirs de la cantera du Real.

Crédit: mundiario.com

Le futur de l’Uruguay

En septembre 2017 Valverde part avec l’Uruguay lors de la trêve pour jouer un match de qualification capital pour se qualifier pour le Mondial. Après avoir joué dans toutes les catégories de jeunes avec succès, il est déjà international avec sa sélection. Les Charruas affrontent le Paraguay et le jeune Uruguayen âgé de 19 ans débute avec sa sélection et en prime réalise un gros match. Plein d’assurance, il montre toute l’étendue de son talent et joue comme si cela faisait 10 ans qu’il fréquentait la Celeste. Couronnement de son très bon match, il marque le but décisif pour la victoire 2-1 des siens. Il a même été à deux doigts de se rendre en Russie l’été dernier car il faisait partie de la liste élargie d’Oscar Tabarez. Finalement le coach charrua ne l’a pas gardé dans la liste définitive.

« Je n’ai jamais vu un joueur de 16 ans avec autant de qualités. C’est un joueur de football exceptionnel», Pablo Bengoechea, son entraîneur à Peñarol

Un milieu complet et polyvalent

Milieu de terrain complet, C’est un joueur polyvalent qui peut jouer 6, 8 même 10 ou allier, position qui n’est pas inconnue pour Fede Valverde puisqu’il y a évolué à plusieurs reprises lors de son étape au Deportivo La Corogne. Avec Peñarol et le Castille il a le plus souvent joué 6. Au delà de ses qualités techniques indéniables, Fede peut aussi bien jouer milieu offensif que milieu défensif. Cette grande versatilité devrait lui garantir quelques apparitions sous le maillot blanc cette saison malgré une rude concurrence. La Coupe du Roi devrait être sa principale vitrine même s’il a déjà eu des minutes en championnat et en LDC. Capable d’alterner jeu court et jeu long, l’Uruguayen dispose d’une excellente vision du jeu et jouit d’une très bonne qualité de passe et de relance. On peut dire, toutes proportions gardées, qu’il partage quelques similitudes avec son modèle et coéquipier Toni Kroos. Il serait toutefois plus juste de dire qu’il est un savant mélange de l’allemand et de Kovacic. En effet, Valverde sait non seulement s’associer avec le ballon et à une bonne vision du jeu, mais il peut également casser les lignes grâce à ses conduites de balles et sa vitesse.

La saison de la révélation?

Cet été Schalke a essayé de le recruter mais l’idée du Real était qu’il reste pour jouer dans une équipe de première division espagnole afin d’assurer les démarches pour lui fournir un passeport communautaire. Avec le départ de Matéo Kovacic à Chelsea cet été, Lopetegui a demandé un renfort sur le marché des transferts que le club s’est refusé à lui apporter. Une place s’est donc libérée dans l’effectif et Valverde en a profité. Après une grande pré saison sous les ordres du Basque, Valverde intègre le banc des remplaçants. Toutefois l’entraîneur basque lui donne une opportunité en Ligue des Champions face au Viktoria Pilzen. L’équipe gagne 1-0 mais est secouée. L’Uruguayen remplace Isco et profite de ses minutes. Sur le plan offensif, il est à l’origine de l’action qui mène au 2-0. Défensivement, il s’arrache pour gratter des ballons et finit même le match arrière gauche dû à la blessure de Marcelo.

Sa bonne entrée et l’assurance avec laquelle il a joué font forte impression. Aucun uruguayen n’avait joué la LDC avec le Real depuis Pablo Garcia et Diogo en 2006. Jusqu’au licenciement de Lopetegui il ne jouera plus aucune minute. Une situation qui semble s’inverser avec Santiago Solari qui lui a donné des minutes en Coupe du Roi lors du double affrontement face à Melilla et 19 minutes face à Valence le week-end dernier. Il a ainsi disputé ses premières minutes en championnat. Un signe fort qui est envoyé à l’Uruguayen qui montre que Solari a confiance en lui puisqu’il est entré à la place de Modric au moment où Valence poussait le plus pour égaliser.

Peu à peu Valverde réussit à gratter des minutes et à convaincre son coach par ses prestations. Il semble avoir la confiance de son entraîneur qui n’a pas hésité à le faire entrer face à Valence avant un joueur du calibre d’Isco. Solari semble donner une grande importance à la méritocratie pour le moment à l’image des minutes qu’il donne à Lucas Vazquez au détriment d’Isco ou Asensio. La saison s’annonce longue pour un Real Madrid encore en vie dans toutes les compétitions. Nul doute qu’entre blessures et suspensions Valverde aura un rôle à jouer. Cette saison pourrait bien être celle du l’envol pour el Pajarito. Le symbole du nouvel Uruguay va t’il conquérir Madrid ?

Miguel Hernandez

@Mig19Hernandez

Commentaires