Real Madrid – Sergio Reguilón, la relève de Marcelo ?

0
Crédit: Marca

Pur produit de la cantera du Real Madrid, n’ayant jamais joué avec l’équipe première, Sergio Reguilón a cette saison la lourde tâche d’être la doublure de Marcelo. Une mission délicate durant laquelle Fabio Coentrao et Theo Hernandez se sont cassés les dents ces dernières années.

L’histoire de Sergio Reguilón (Madrid, 16 décembre 1996) est celle dont rêvent tous les canteranos du Real Madrid. À 21 ans, il n’avait encore jamais joué avec l’équipe première. Appelé par Julen Lopetegui pour participer à la pré-saison 2018-2019 avec la A, le jeune espagnol a parfaitement saisi sa chance. Grande sensation lors des différentes rencontres aux États-Unis, il a profité du départ de Theo Hernandez à la Real Sociedad pour se faire une place.

Latéral gauche polyvalent, (il peut également jouer milieu ou ailier gauche), Reguilón est un pur joueur de côté. L’espagnol n’hésite pas à prendre son couloir et à se montrer aux avant-postes, tout comme le fait Marcelo. Par sa qualité de vitesse, de centre et son profil offensif, il présente des similitudes avec Dani Carvajal, qu’il joint à ses qualités physiques (1m80). Des aptitudes qui ont immédiatement séduit Julen Lopetegui, qui avait pour objectif prioritaire de trouver un remplaçant de garantie pour Marcelo. L’ancien entraîneur du Real n’a d’ailleurs pas hésité à montrer son enthousiasme pour l’espagnol. « Reguilón profite de son opportunité, il est un canterano avec des lettres majuscules et nous l’encourageons à continuer comme ça », a-t-il déclaré lors de la pré-saison.

Un pur canterano

À l’instar de Nacho, les merengues ont trouvé en lui un bel exemple pour la Fábrica. Reguilón est le prototype de joueur du centre de formation. C’est à l’âge de quatre ans qu’il commence à jouer pour le Real Madrid. Il y reste jusqu’en 2003, date à laquelle il signe au EFM Villalba. Deux ans plus tard, il retourne à la maison blanche et rejoint la catégorie des Benjamin A. Avec beaucoup de travail, l’espagnol grimpe logiquement les échelons de toutes les catégories.

Il se démarque notamment lors de son année en Juvenil A, durant laquelle il participe à toutes les compétitions. Avec l’aide de Luis Miguel Ramis, Reguilón devient un élément fondamental lors de la dernière partie de championnat. Il relève avec brio le défi de jouer en défense central, une position atypique pour lui qui a toujours été un latéral gauche. L’année suivante il rejoint le Castilla de Zinedine Zidane. Lors de son premier match non officiel, contre le Gimnástica Segoviana Club de Fútbol, Reguilón trouve le chemin des filets. Des débuts remarqués et remarquables.

Sergio Reguilón sous la maillot du Juvenil A
ESPACE BOUTIQUE ¡FURIALIGA! – ZONE MIXTE -> https://boutique.zonemixte.fr/?s=FuriaLiga

Pour compléter sa formation, le latéral espagnol est prêté deux ans à Logroñés en Segunda B (2015-2017). Le 4 janvier 2016, Zidane prend les rênes de l’équipe première et laisse les commandes du Castilla à Luis Miguel Ramis. Le coach espagnol fait alors revenir Reguilón au filial. Le jeune latéral espagnol termine la saison en tant que titulaire et l’équipe termine 1ère dans le groupe 5 pour les playoffs. Malheureusement, le Castilla ne parvient pas à remonter en seconde division.

La saison suivante il est de nouveau prêté à Logroñés où il affiche un excellent rendement et une grande polyvalence en jouant souvent en tant qu’ailier gauche. C’est à ce poste et sous ces couleurs qu’il fit son meilleur match. Le 2 octobre 2016 il inscrit un poker face au Bilbao Atletic, lors du triomphe 5-3 de son équipe. Son prêt terminé, il retourne au Castilla sous les ordres de Santiago Solari avec lequel il dispute 30 matchs de Segunda B. Non seulement il est le titulaire indiscutable du couloir gauche de l’équipe, mais il est également l’un de ses capitaines. En fin de saison 2017-2018 le club annonce la rénovation du canterano.

Avec l’équipe première par accident

Reguilón s’est vu parachuté en équipe première par un concours de circonstances à trois bandes. Actuelle doublure de Marcelo, le poste était pourtant destiné à un autre. C’est Abner, transféré en 2014 avec l’aval de Juni Calafat, l’un des hommes de confiance de Florentino Pérez, qui était promis à devenir le remplaçant de Marcelo. Mais les continuelles blessures aux genoux du brésilien ont coupé sa progression et permis au jeune espagnol de faire son trou. Décevant la saison dernière, le Real décide cet été de prêter Théo Hernandez pour qu’il progresse et gagne en expérience. Le manque de volonté du club d’acheter un latéral gauche pour le remplacer, propulse alors Reguilón en pole position pour le poste. Le jeune latéral participe à la pré-saison avec la A et prouve à son coach, jusqu’alors hésitant, qu’il y a sa place. Le 25 août 2018, Julen Lopetegui annonce qu’il fera bel et bien partie de l’équipe première pour la saison 2018-2019.

Remplacer Marcelo, une mission délicate..

S’il est indéniable que Reguilón a les qualités pour faire une bonne carrière en Espagne, a-t-il pour autant le niveau que requiert un club comme le Real ? Le canterano a la délicate mission de suppléer l’irremplaçable Marcelo. Un défi difficile sachant que lors des dernières années aucun joueur n’a réussi à faire de l’ombre au latéral brésilien. Concrètement, il faut remonter à son arrivée au Real, et à la fin de carrière de Roberto Carlos, pour retrouver la trace d’un moment où Marcelo n’a pas été titulaire indiscutable. Depuis, ni Fabio Coentrao, aujourd’hui en perdition, ni le trop inexpérimenté Théo Hernandez, n’ont su et pu rivaliser avec le brésilien.

Second capitaine du Real, Marcelo se sait et se sent indiscutable. Une vérité qui l’amène parfois à se relâcher sur le terrain, sans pour autant être menacé. Cette situation dure depuis plusieurs années et pose problème au sein du club. Il est de notoriété publique que Marcelo est un joueur offensif plus qu’un défenseur dans l’âme. Quitte à laisser d’énormes boulevards dans son dos. Notamment à Girona, lors de la deuxième journée de Liga (1-4), où sa première mi-temps a été un véritable calvaire. Pour y remédier, Lopetegui n’avait pas hésité à le remplacer par Nacho. L’entraîneur basque a voulu éviter tout relâchement de la part du Brésilien en instaurant une réelle concurrence avec Reguilón. Une attente qui a semblé au départ disproportionnée au vu de la différence de niveau entre les deux latéraux.

Sergio Reguilón lors de sa première en C1 face au CSKA Moscou. Crédit: AS

Mais mission accomplie !

Le moins que l’on puisse dire c’est que pour le moment Reguilón réussit parfaitement sa mission. Presque aussi incisif offensivement que son concurrent brésilien. Et très sûr défensivement, le latéral gauche a prouvé qu’il pouvait être un excellent remplaçant de Marcelo. S’il n’a pas eu la possibilité de montrer l’étendue de son talent avec Lopetegui (un seul match disputé face au CSKA Moscou en LDC), avec Solari c’est une tout autre histoire. Sous les ordres de l’argentin, qui le connaît bien, Reguilón a été titularisé à tous les matches. Quatre rencontres durant lesquelles il a fait preuve d’une bonne solidité défensive et d’un allant offensif précieux. À tel point que l’espagnol de 21 ans a été l’un des meilleurs joueurs du Real de Solari.

Là où Lopetegui a souvent préféré positionner Nacho, Solari donne sa chance à Reguilón. Il lui permet de se montrer, de briller et de prouver qu’il peut être la doublure de Marcelo. En pleine confiance, il s’est malheureusement blessé lors de l’hécatombe de Vigo, le 11 novembre dernier. Cette blessure qui va l’éloigner pendant un mois des terrains vient couper net sa progression.

Reguilon est un exemple parfait pour tous les canteranos du Real. Le jeune latéral a su saisir sa chance et réussir tous les défis qui l’ont mené aujourd’hui en équipe première. Fort de belles prestations, l’espagnol a totalement fait oublier Marcelo lors de son absence. Une tâche des plus difficiles, tant l’influence du brésilien sur le jeu offensif madrilène est importante. Pour sa première saison Reguilón a une grosse pression sur les épaules et semble jusqu’ici bien la gérer. Un signe fort qui prouve que le jeune latéral possède une grande force mentale. Une qualité essentielle pour réussir au Real. Nombreux sont les exemples de jeunes joueurs qui n’ont pas su gérer l’exigence du Santiago Bernabéu. Pour l’instant, le jeune latéral s’en sort avec les honneurs.

Miguel Hernandez
@Mig19Hernandez

Commentaires