Golazo #3 : Quand le Las Palmas de Setien était au sommet de son art avec un but incroyable de KPB face à Villarreal

0

Durant un peu plus d’un an, Las Palmas a régalé la Liga et la planète foot avec un Toque maîtrisé et quelques buts sensationnels. Réduire ce Las Palmas exceptionnel au seul travail de Setien ne serait pas juste. Cependant, il est vrai que l’actuel coach du Betis a réussi des miracles dans un club particulier. Pour ce Golazo #3 retour en 2016 avec le Golazo monumental de Boateng face à Villarreal et un échantillon de ce qu’ont pu nous offrir les Pio-Pio sous la coupe de Setien.

Quique Setien est l’entraîneur à la mode en Liga. L’actuel coach du Betis est pourtant un jeunot à ce niveau avec seulement 4 saison dans la plus haute des divisions espagnoles. C’est relativement peu pour un garçon de 60 ans. Surtout que son histoire avec la Liga a débuté avec un sacré pari : maintenir Las Palmas en Primera avec une arrivée en cours de saison dans un club très particulier et un président omnipotent.

Une des plus belles équipes de Liga de ses dernières années

Pourtant, plus d’un an après son départ de Gran Canaria et alors que Las Palmas est redescendu en Segunda, on se souvient avec joie du jeu produit par les Pio-Pio sous la coupe de Setien. Dés sa conférence de presse, Quique n’a pas tergiversé : « Je ne trahirais jamais mon style ». Sa philosophie de jeu est claire: avoir le ballon, toujours le ballon et encore le ballon. Amoureux de Cruyff, adepte du Toque et du jeu de position Setien ne travesti jamais sa vision du football même quand les résultats ne sont pas là. Cela tombe bien, avec Las Palmas les résultats vont très vite valider son pari.

A lire : GOLAZO- Décryptage du but de Loren face au Celta : 4 acteurs, 10 secondes de football et une idée de ce qu’est le jeu de position.

Sur le terrain, cela se matérialise par un 4-3-3 en phase offensive et par un 4-4-2 en phase défensive. Les latéraux sont très haut, Roque Mesa est le référant lors des sorties de balles et Viera est le facteur X offensif. L’ancien de Valence donne vie à l’attaque de Las Palmas avec un dribble, une passe ou une frappe lointaine. Les sorties de balles sont travaillées et devant Araujo Tana puis Boateng vont occuper le poste d’avant centre.

Octobre 2016 et le but de Boateng qui résume ce qu’est le Las Palmas de Setien

Lors de la deuxième et dernière saison de Setien en tant que mister de Las Palmas on va voir durant les 2/3 de la saison un jeu formidable. Un jeu fait de victoires monumentales face à Valence à Mestalla ou encore de démonstrations à l’extérieur. Offensivement tout roule et en ce 23 octobre 2016, une but sensationnel va être marqué au Madrigal par Las Palmas.

ESPACE BOUTIQUE ¡FURIALIGA! – ZONE MIXTE -> https://boutique.zonemixte.fr/?s=FuriaLiga

Ce but résume à peu près tout ce que voulait faire Setien à Las Palmas mais aussi ce que sa méthode a apporté à un effectif bon mais pas sensationnel. Au départ de cette action qui va conduire à l’ouverture du score des Pio-Pio une phase de possession classique. Las Palmas fait tourner le ballon derrière et l’équipe se met en place. Cependant, Roque Mesa n’est pas trouvé. Javi Castellano va alors réaliser une conduite de balle incroyable et casser deux lignes pour amener le ballon du camp des insulaires aux abords de la surface de Villarreal. Cette prise de risque montre la confiance dont disposent les joueurs. Javi Castellano est un bon joueur mais pas du tout un top et pourtant, il va réussir une action de très grande classe.

Quand Javi Castellano lâche sa balle il va trouver Jonathan Viera centré et libre de tout marquage. Va s’en suivre une nouvelle séquence de toque entre Viera-Tana et Michel Macedo. On fait tourner pour reconstruire le bloc et fatiguer l’adversaire. Après la percée de Javi va arriver le deuxième moment qui va permettre à Las Palmas d’être dangereux. Viera trouve Tana en appui, s’en suit un une-deux entre les deux offensifs puis Viera temporise et Tana se libère du marquage pour être servi par l’actuel joueur du Guoan. Va s’en suivre trois gestes de grande classe entre une passe en cloche de Viera, une passe décisive en aile de pigeon et un but en volée acrobatique de Boateng.

Découpage du but

Sortir du cadre pré-établi par l’entraîneur avec confiance

Ce but dans sa réalisation explique deux choses. Tout d’abord, il met en forme la philosophie de Setien, le jeu de position avec la recherche d’un homme libre, la liberté créative dans le dernier tiers du terrain et une équipe qui se construit et ne vit qu’à travers le ballon. Ce but qui finira par être nommé pour le prix Puskas vient après une séquence de plus de 20 passes à l’extérieur par une équipe qui est en Liga depuis seulement 2 saisons. Certes les investissements sur le marché des transferts ont été conséquent mais ce qu’a réalisé Setien est incroyable.

Cependant, il y a une deuxième chose à regarder et qui en dit long sur le travail de Setien. C’est la prise de risque de Javi Castellano pour briser les lignes ballon au pied plutôt que par la passe. Souvent les entraîneurs qui veulent la possession mettent en place un projet très strict sur les 2/3 du terrain. À Las Palmas c’est Roque qui doit toujours être recherché par les défenseurs. Là, Javi est en pleine confiance et réussit un geste incroyable qui, même si il arrive une dizaine de seconde avant le but, est déterminant pour la suite. Il aurait pu perdre gros si sa conduite de balle était raté.

On peut prendre en exemple le cas Dmytro Chyhrynskyy lors de son époque Barça. Par deux fois le central était sorti du plan prévu au départ. Deux passes longues intéressantes mais ratées plus tard, il est sorti par Pep à la mi-temps. Sortir du plan prévu peut être intéressant quand cela amène quelque chose de nouveau comme avec Javi sur ce match. Mais il peut aussi amener à une perte de repère et voir le bloc équipe s’écrouler. Cette conduite de balle du latéral gauche matérialise aussi la confiance que donne aux joueurs le système et la méthode au quotidien de Setien. Outre ce geste de Javi, la louche de Viera, l’aile de pigeon de Tana et la volée de Boateng confirment que ce groupe était sur de sa force et en totale confiance. Et il semble avoir raison, les joueurs aiment avoir le ballon et se sentent vraiment bien quand ils l’ont dans les pieds plutôt que de courir derrière.

Benjamin Bruchet

@BenjaminB_13

Commentaires