Espagne – Bosnie : David Silva, ce chino canarien qui n’abandonne jamais

0
Crédits : manchesterevening.co.uk

La rencontre amicale opposant la Roja à la Bosnie-Herzégovine ce dimanche dans le stade de Gran Canaria à Las Palmas, a une saveur toute particulière pour un joueur originaire de l’île et récemment retraité international : David Silva. Luis Rubiales, lui aussi canarien et président de la Fédération a annoncé que le coup d’envoi sera effectué par le joueur de Manchester City afin de rendre hommage à sa belle carrière internationale et ce, dans son île natale. Furia Liga vous retrace son parcours.

David Silva est né en 1986 dans la petite bourgade d’Arguineguin sur l’île de Gran Canaria. Fils d’un policier municipal et d’une mère d’origine japonaise qui lui vaut le surnom d’El Chino, il commence ses gammes de footballeur au club de la UD San Fernando. Durant ses premières années, David montre de belles choses et à l’adolescence, il est repéré par le club de Valence. Dans le même temps, il est supervisé par le Real Madrid. Toutefois, sa petite taille rend septiques les observateurs Merengues et ces derniers ne le recrutent pas. A 14 ans et pourtant très proche de sa famille, c’est bien tout seul qu’il pose ses valises au centre de formation de los Ches. Il y gagne le championnat national cadet et gravit les échelons avec le Mestalla, filiale de l’équipe première de Valence. Il est ensuite prêté successivement à Eibar puis au Celta Vigo pour s’aguerrir. Après une saison en Liga réussie du côté de la Galice, il incorpore en 2006, l’équipe première de Valence. Il partage dès lors l’attaque avec un certain Fernando Morientes.

L’année suivante, bien que le club se soit trouvé dans une situation délicate après le limogeage de deux entraîneurs et la démission du président Juan Bautista Soler, Silva remporte la Copa del Rey, face à Getafe CF (3-1). En 2008, il subit une grave blessure à la cheville gauche, à la suite de laquelle il a dû subir une intervention chirurgicale, l’éloignant des terrains pendant trois mois.

En juin 2010, Manchester City recrute le canarien pour un montant de plus de 30 millions d’euros, le meneur de jeu recevant plus de 190 000 euros par semaine pour une durée de contrat de quatre ans. La première saison, il termine troisième de la Premier League et remporte la Coupe d’Angleterre. Durant ces 8 dernières années passées dans le club de City, il termine 3 fois champion, remporte une coupe d’Angleterre, 2 Community Shield et 3 coupes de la Ligue.

David SIlva lors de l’Euro 2012

Après avoir fait partie des équipes espagnoles des catégories des moins de 17 ans et des moins de 19 ans avec lesquelles il a remporté un titre européen en 2004, David Silva a été appelé pour la première fois avec l’équipe nationale par Luis Aragonés lors d’un match amical contre la Roumanie, le 15 novembre 2006. Il a gagné avec la Roja, les Championnats d’Europe 2008 et 2012 et la première Coupe du Monde de l’histoire du pays en Afrique du Sud en 2010. Durant toutes ces années, il participe à 125 matchs avec l’Esapgne et marque 35 buts. Il abandonne la sélection en août dernier après l’échec retentissant en huitième de finale lors de la Coupe du Monde en Russie. Compétition dans laquelle, il parait emprunté sans jamais retrouvé son niveau d’antan malgré la confiance accordée par Fernando Hierro.

En âge de prendre sa retraite de footballeur professionnel, il continue en cette saison 2018/19 à mener le jeu des citizens et de prendre du plaisir sur les terrains anglais. Une statue en son honneur a été érigée à l’extérieur du stade de Gran Canaria. Ce dimanche, il l’inaugurera en présence des fans de l’île et en particulier ceux de l’UD Las Palmas. Un club où le joueur n’a jamais joué et dans lequel il a l’intention de terminer sa carrière professionnelle, comme il l’a exprimé à plusieurs occasions.

David SIlva sous le maillot de Manchester City. Crédit: AS.com

Lorsqu’on regarde dans le rétroviseur, on voit un parcours rempli de victoires et des beaux moments de gloire. Toutefois, la vie n’a pas toujours été facile pour le canarien d’Arguineguin. En effet, petit, il n’est pas très scolaire. Il préfère jouer avec des oranges ou des pommes en guise de ballon devant chez lui ou dans les rues, au lieu d’aller en cours. Il est très proche de son frère et de sa sœur, élevés par la grand-mère paternelle. C’est donc un véritable déchirement lorsqu’il part seul pour Valence à l’âge de 14 ans. Il y connait d’ailleurs une dépression et pense abandonner pour revenir auprès de sa famille et de ses amis. Toutefois, le joueur tient bon. Plusieurs années après, même en connaissant le succès, il ne renie pas ses origines. Chaque année, il fait le déplacement pour les fêtes d’Arguineguin et se déguise avec ses potes d’enfance pour défiler dans les rues.

Un drame arrive pourtant quelques années plus tard avec le décès de sa cousine âgée de 3 ans. Elle  plonge la famille Silva dans une profonde tristesse. David garde toujours sa photo sur lui et à chaque but, il envoie un baiser au ciel en sa mémoire.

David Silva qui présente son fils avant Man City – Huddersfield / source : Eurosport

Plus récemment, le petit bébé de David Silva, Mateo, est né prématuré de 25 semaines, en décembre 2017. Des complications sont apparues car l’enfant n’a pas eu le temps de se développer correctement. Il a dû être hospitalisé à l’hôpital de Valence où il a passé cinq mois à attendre que son état s’améliore. Il a d’ailleurs déclaré au journal The Sun, en juillet dernier :

 » J’étais mort de peur. Ce furent des moments très difficiles, les mois les plus compliqués de ma vie . Je suis venu en Espagne et j’ai parlé avec les médecins, ils avaient des réponses différentes, nous ne savions pas ce qui allait se passer le lendemain. Vous ne pouvez pas vous concentrer à 100% sur votre travail ou votre profession lorsque vous rencontrez un problème de ce type « .

Durant cette période, Manchester City et Pep Guardiola ont montré un soutien total au joueur espagnol lorsque cela s’est produit . Ils lui ont notamment permis de rater huit matches, ce qui a permis à Silva d’être présent auprès de son bébé et d’alléger un peu la tension dans laquelle il vivait.

Il a fini l’interview par cette déclaration :

 » Dieu merci, tout va bien maintenant. Les médecins ont fait différents tests et je croise les doigts car tout va bien. Je suis très heureux et je serai prêt à 100% pour la nouvelle saison « 

Un moment éprouvant et dans lequel, comme à son habitude, il n’a jamais abandonné. Cette phrase est d’ailleurs son leitmotiv qu’il s’est fait tatouer.

ESPACE BOUTIQUE ¡FURIALIGA! – ZONE MIXTE -> https://boutique.zonemixte.fr/?s=FuriaLiga

El Chino a donc toujours gardé les pieds sur terre aussi bien dans le respect des autres, de la famille ou des amis. Très apprécié partout où il est passé, toute île lui rendra ce dimanche, l’hommage qui lui est dû.

David Silva inaugure son club de plage à la Playa de Amadores / source : Canarias7

Plutôt prévoyant, il a déjà travaillé sur sa reconversion après football, il est propriétaire de l’un des clubs de plage les plus luxueux et les plus grands d’Europe, situé à Gran Canaria, avec un investissement d’environ 6 millions d’euros. De plus, il est devenu promoteur immobilier de villas luxueuses dans l’archipel.

David Silva, ce gars simple, gentil, besogneux qui sait d’où il vient et où il va… Chapeau l’artiste!!!

Par Jé Pintio

@JePintio

.

Commentaires