Les bourreaux du Barça, KB Nueve, un ancien de Manchester United et un vieux qui court comme un jeune : El Once de Furialiga (J12)

0
BARCELONA, SPAIN - NOVEMBER 11: Junior Firpo of Real Betis (C) celebrates after scoring his team's first goal during the La Liga match between FC Barcelona and Real Betis Balompie at Camp Nou on November 11, 2018 in Barcelona, Spain. (Photo by Alex Caparros/Getty Images)

Cette 12e journée de Liga a été riche en buts et en rebondissements. Le choix des hommes pour composer le once de la journée a été compliqué à la rédaction. Après de longues minutes de tractations, le voilà disposé en 4-3-3 et rempli de talents.

 

Masip (Valladolid) : L’un des plus petits gardiens de Liga continue encore et toujours de nous éblouir. A 27 ans et pour sa première saison en Liga, Jordi est une des révélations et tient la barre des violets lorsque le bateau tangue. Face à Eibar pas moins de 7 arrêts dont des monumentaux pour mettre en échec Orellana. Pour son entraîneur il lui manque 10 centimètres pour être un top mondial, Masip montre pourtant que la taille n’est vraiment pas le plus important.

Junior (Betis) : La latéral a été l’un des très grands monsieur du match incroyable du Betis au Camp Nou. Il a ouvert le score sur une merveille d’offrande de Carvalho. Ensuite il a fait la passe décisive pour le but de Canales pour remettre les verts et blancs à l’abri. Le jeune latéral qui n’a même pas une saison pleine dans les jambes continue d’affoler les compteurs et d’enchaîner les masterclass.

Godin (Atletico) : Godin a souffert durant une longue partie du match comme son équipe qui a été menée 2 fois au score. Blessé même en seconde mi-temps, il est resté aux avants postes pour apporter le surnombre dans la boite. Alors que son équipe est à 2-2 et qu’on joue le coup-franc de la dernière chance coté madrilène, celui qui sort pour pousser le ballon au fond c’est bien sûr Godin. Après de longues secondes de VAR, toute l’équipe est tombée sur Godin pour le féliciter. Une victoire étriquée, une victoire à l’ancienne mais une victoire vitale pour l’Atleti offerte par le plus fidèle soldat du Cholismo.

Sergio Ramos (Real Madrid) : Antonin Panenka, l’inventeur de cette manière si particulière de tirer les penaltys a dit que le joueur qui reproduisait au mieux sa technique était Sergio Ramos. Encore une fois, face au Celta il a marqué un penalty avec une Panenka. A coté de ça ? Un match solide et serein accompagné en seconde mi-temps par le jeune Javi Sanchez.

Navas (Sevilla FC): Le centre d’entraînement de Seville porte son nom et Jesus Navas qui a la trentaine bien tassée retrouve une seconde jeunesse en piston droit sous Machin. Face à l’Espanyol tout avait mal commencé pour les andalous mais Jesus n’a jamais arrêté de travailler le long de la ligne. Il a sniffé autant de ligne blanche que Maradona époque Napoli. Bien que pas récompensé par un but ou une passe, Navas a sorti un match incroyable face à l’Espanyol.

ESPACE BOUTIQUE ¡FURIALIGA! – ZONE MIXTE -> https://boutique.zonemixte.fr/?s=FuriaLiga

Thomas (Atleti) : Aligné avec Rodri dans le double pivot des colchoneros, Thomas a sorti un match sensationnel. Pourtant, son équipe n’était pas au mieux et a mis longtemps à entrer dans son match. Lui a égalisé d’une frappe incroyable à 1-1. Ensuite, c’est lui qui tire le corner pour le but de Rodri sur le 2-2. Pour finir c’est lui qui tire incroyablement bien le coup franc qui abouti au but victorieux de Godin dans les arrêts de jeu. Thomas a été le sauveur de l’Atleti face au frère Athletic, de quoi revoir son statut dans la hiérarchie du Cholo ?

Banega (Sevilla) : Comme son équipe il a subit les contres de l’Espanyol mais comme son équipe Ever Banega est capable de trouver la faille et d’être dangereux avec une demi-occasion. Hier Seville a souffert et a même concédé l’ouverture du score. Mais les hommes de Machin n’ont jamais baissé la tête. Tout d’abord c’est Mercado qui a permis aux andalous de revenir au score sur un corner excellent de l’argentin. Ensuite c’est Ben Yedder qui offre la victoire à Seville sur une passe parfaitement dosée de Banega. L’Argentin ne voit pas son niveau baissé et Seville continue d’enchaîner.

Carvalho (Betis) : On se demandait si Carvalho était un crack ou une chimère en avant match. Sur le terrain, Sir William a montré qu’il avait de l’or dans les pieds quand son équipe le mettait dans de bonnes dispositions. Avec Lo Celso pour lui créer des espaces et Guardado pour être son soldat, le portugais a été souvent libre et a pu influer sur le jeu. C’est lui qui donne un caviar magnifique pour Junior sur l’ouverture du score, il est aussi au début de l’action qui conduira au but de Joaquin. Pour résumer, le meilleur match sous le maillot vert et blanc pour William Carvalho et l’envie d’en voir plus.

Jony (Alaves) : Il y a des équipes qui performent grâce à un duo de centraux performants, d’autre avec un double pivot ou encore un duo d’attaquants. Alaves prend vie quand Ibai et Jony se cherchent et jouent ensemble. Face à Huesca dans un match accroché, l’égalisation des basques est une illustration de ce que les deux peuvent faire quand ils sont ensemble. Ibai coté droit centre pour Jony coté gauche. Un très joli but et une partition éclatante de l’ancien du Sporting Gijón.

Januzaj (Real Sociedad) : L’homme aux multiples nationalités est une étoile filante en Liga. Entre blessures et méforme on a du mal à le voir enchaîner les bons matchs. Ce week-end face à Levante, on a vu le très bon Januzaj. Il a été disponible, juste, volontaire et surtout constamment dangereux. Même si il n’a pas pris part à la folie offensive de la fin de match, son match a été le plus complet sur la durée. Recordman du nombre de dribbles sur cette 12e journée, on espère voir enfin le petit prodige enchaîner et confirmer son excellent talent.

Benzema (Real Madrid) : Le français recommence à faire trembler les filets régulièrement depuis l’arrivée de Solari sur le banc des blancs. Hier face au Celta il nous a gratifié d’un enchaînement exceptionnel pour ouvrir le score et valoriser une merveille d’ouverture de Modric. Le reste de son match est du même acabit, à lui de garder cette forme devant les bois maintenant.

Benjamin Bruchet

@BenjaminB_13

Commentaires