GOLAZO- Décryptage du but de Loren face au Celta : 4 acteurs, 10 secondes de football et une idée de ce qu’est le jeu de position.

0

Dans cette nouvelle série d’articles que lance la rédaction de Furialiga, la logique est simple. Un but est choisi et décrypté d’un point de vue tactique et technique. Pour cette première, l’ouverture du score de Loren face au Celta. Un but sur attaque placée qui prend racine dans la surface du Betis. Golazo numéro 1 c’est maintenant.

Le Betis de Setien vit une période en Liga plus que compliquée. Les beticos n’ont trouvé le chemin des filets qu’à seulement 5 reprises en 10 journées de Liga et le public du Villamarin s’impatiente. Disposé en 5-5-1 son équipe dispose d’un nombre certain de manieurs de ballons mais peu de joueurs capables de marquer sont présent. En face le Celta n’est pas au mieux et la défense est le point faible de la formation emmenée par El Turco Mohamed.

Setien est un adorateur de Cruyff et a une idée du football très claire. Pour lui, le footballeur aime avoir le ballon et c’est avec lui qu’il est le meilleur. Sur le terrain on a donc un milieu ultra dominateur, un jeu de passe au sol et des phases de possessions assez longues. Cependant l’ancien entraîneur de Las Palmas est aussi un féru d’échec et ce but de Loren est la représentation d’une autre idée qui compose la philosophie de Setien : Le jeu de position.

Le jeu de position et la recherche de l’homme libre

Le concept de jeu de position regroupe une infinité de choses et énormément d’entraîneurs s’y rattachent. Concept un peu fourre tout où des entraîneurs comme Marcelino, La Volpe ou encore Guardiola sont cités en exemple. Les préceptes de base sont : des joueurs à différentes hauteurs, une recherche constante d’un homme libre et pour finir que chaque passe ou dribble soit utile à l’équipe et lui permette de créer quelque chose.

ESPACE BOUTIQUE ¡FURIALIGA! – ZONE MIXTE -> https://boutique.zonemixte.fr/?s=FuriaLiga

Lors de ce fameux but de Loren, on a une idée très claire de ce concept qui est cherche toujours à créer quelque chose par une passe où une conduite de balle. Le jeu de position est là pour donner une partition à chaque joueur ce qui permet à l’ensemble d’être en accord avec le cuir. On joue la 33e lors de ce but. Le Betis tient le ballon, domine mais ne trouve pas la faille.

Lors de cette fatidique 33e minute, le ballon est dans les pieds de Pau Lopez qui va jouer un 6 mètres. Les 3 centraux sont écartés mais chacun est pris. Aucune solution courte, on aurait pu voir l’ancien portier de l’Espanyol allongé dans le rond central en espérant que la pièce retombe du bon côté. Sauf que Setien est un joueur d’échec et qu’il a toujours un atout dans son jeu pour se sortir d’une situation compliquée. Pau va donc allonger sur un côté et rechercher un homme libre en la personne de Francis.

Quand chaque joueur sait ce qu’il doit faire

De cette longue passe réalisée à la perfection va découler une action d’une limpidité magnifique, où chacun des acteurs ne touchera pas le cuir plus de 3 fois. Francis reçoit donc le ballon, il fait un contrôle orienté magnifique et se retrouve totalement libre de ses mouvements. Il réalise une conduite de balle parfaite pour se ramener le cuir de l’aile vers le centre du terrain. Avec ce geste qui semble simple il réalise deux choses : s’ouvrir le jeu et permettre à tous les offensifs de se déplacer pour multiplier les angles de passes et mettre la défense du Celta à l’agonie.

Ensuite, il trouve Lo Celso, libre aux abords de la surface et entièrement centré dans le jeu. Avec un simple contrôle et sans arrêter sa course il emmène un défenseur avec lui. Ce central qui s’apprête à vouloir sortir sur l’ancien du PSG ouvre un second espace et libère Loren qui devient le nouvel homme libre à recevoir le ballon. Juste avant un tacle, l’argentin lâche le cuir et l’offre à Loren. C’est une autre vertu du jeu de position : permettre aux individualités de se retrouver dans les meilleures conditions pour performer. Et trouver un Lo Celso aussi libre à cet endroit, c’est une bénédiction et l’assurance qu’il va se passer quelque chose.

Un but sacrément collectif

Le buteur réussit à se retourner et se retrouve en 1 contre 1 face à Sergio. Il ne touche qu’une fois le ballon, simplement pour lober le gardien et faire trembler les filets. C’est là le plus fort avec le jeu de position. Tous les acteurs ont parlé la même langue et se sont compris sans se parler. D’un 6 mètres anodin à première vue, Loren se retrouve à lever les bras et Setien à célébrer dans un Villamarin en feu. S’il y a une chose à retenir sur ce but c’est qu’il faut constamment vouloir créer quelque chose. Même dans la situation la plus anodine, il faut vouloir par la passe ou le dribble chercher à générer du danger.

Benjamin Bruchet

@BenjaminB_13

Commentaires