Petit couteau, le mur qui a mis en échec le Real, le Mitroglou de l’Espanyol : El Once de Furialiga (J9)

0

La Liga continue sa route et s’enfonce toujours plus dans la folie et l’incertitude. Le Real, l’Atleti ou encore Seville ont perdu. D’autres commencent à sortir du bois et certains outsiders confirment match après match. Ce Once de la 9e journée représentent bien cette folie ambiante qui est en train de se former au tour du championnat. Disposé en 4-4-2, il contient les forces vives de la Liga. 

Oier (Levante) : Pour réussir une grosse performance à l’extérieur, il faut souvent un gardien en forme. Pour réussir à tenir un 2-0 après 15 minutes de jeu au Bernabéu face à un Real blessé, il faut disposer d’un portier en état de grâce. Ça tombe bien, Oier était tout simplement au dessus des étoiles : pas moins de 9 arrêts, ce qui lui a fait prendre le dessus sur les attaquants de la Maison Blanche. Oier est capable du meilleur comme du pire et on a vu tout le meilleur face au Real. Tant mieux pour son club.

Didac (Espanyol) : Didac Vila est de retour dans son club formateur après avoir roulé sa bosse un peu partout. À presque 30 ans, le voilà titulaire à gauche, enchaînant les très bonnes performances avec les Pericos. Face à Huesca, il a parfaitement tenu son couloir et s’est offert une superbe passe décisive sur l’ouverture du score des siens. Ce retour, encore un super coup du directeur sportif Rufete ce retour. Pour changer…

Laguardia (Alavés) : Face au Real ccétait le milieu d’Alavés qui a impressionné, face au Celta c’est sa défense. Emmené par le soldat Laguardia, les Basques n’ont jamais vraiment paniqué. La feuille de stats, elle,  qui valide la super performance du central : 100% de duels gagnés, 100% de tacles réussis, dont un sauvetage.

Funes Mori (Villarreal) : De retour en défense, l’Argentin était une nouvelle fois plus qu’intéressant face à l’Atleti . Solide dans les duels, utile à la relance, il a été la première rampe de lancement de Villarreal dans cette bonne performance face aux Madrilènes.

Javi Moyano (Valladolid) : Les semaines se suivent et une chose perdure : un défenseur de Valladolid est nominé dans le Once de Furialiga. Cette fois c’est le latéral Moyano qui a les faveurs de la rédaction. Face au Betis, il a tout simplement été parfait, que ça soit offensivement en première et défensivement par la suite.

Óscar (Leganes) : C’est une particularité propre de Leganes :  le XI est rempli de joueurs de qualités mais les résultats sont loin d’être là. Le nul face à Valence peut être satisfaisant même si les points commencent à manquer fortement pour les Madrilènes. Óscar, arrivé cet été du Real est l’une des bonnes surprises de Liga. Solide, travailleur, bon avec ses pieds, il a tout pour être un honnête joueur de D1, et il l’a montré face à Valence une nouvelle fois.

Jordan (Eibar) : Eibar n’a pas gagné face au voisin Athletic mais dans le fond c’est tout comme. La domination des Armeros était plus que réelle sur les Leones et cette prestation incroyable d’Eibar peut se résumer au match cinq étoiles de Jordan. L’ancien de l’Espanyol confirme match après match qu’il est une valeur sure de la Liga. C’est simple, il sait tout faire : dribbles, passes courtes ou longue, centres et duels gagnés . Jordan n’a que 24 ans, et Eibar commence à être trop petit pour lui.

Michel Herrero (Valladolid) : Il est vrai que la solidité de Valladolid s’explique par sa défense, mais son double-pivot est aussi d’excellente facture. Associé à Alcaraz, Michel a été excellent. Dans ce rôle particulier de destructeur mais aussi de premier organisateur, Herrero a récité une partition sans fausses notes ou presque.

Coutinho (Barça) : On aurai pu citer tous les offensifs du Barça, la rédaction a choisi celui qui nous impressionne le plus. Petit couteau est un joueur exquis tant par sa faculté à se mouler dans le style Barça, tout en apportant une variation réellement intéressante. Face à Séville, il est l’auteur d’un golazo mais aussi d’une prestation excellente.

Borja Iglesias (Espagnyol) : Celui qui ressemble fortement à Kostas Mitroglou n’est pas l’attaquant le plus beau à voir jouer. Formé au Celta, Borja a explosé en Segunda la saison passée et commence à se mettre au niveau de la Liga. Face à Huesca, un doublé dans deux styles très différents mais une impression de légèreté particulière vu le gabarit du garçon.


Morales (Levante) : Il est le monsieur plus de Levante. Celui qui permet aux Granotas d’en faire toujours plus. Face au Real, il a encore une fois ouvert la voie aux siens en marquant le premier but du match. Morales est en forme, faisant naître un mouvement en Espagne pour demander sa sélection. Lui, il confirme sur le terrain qu’il a le niveau pour porter le maillot de la Roja.

Commentaires