La Previa C1 : BSC Young Boys – Valencia CF

0

Après une défaite inaugurale contre la Juventus et un match nul arraché à Old Trafford, le Valencia CF doit impérativement remporter ses deux matches contre le BSC Young Boys, l’équipe la moins cotée du groupe. Sur une pelouse synthétique, les Blanquinegros, peu en verve en Liga, doivent ramener 3 points de Suisse pour continuer de croire en une qualification pour les 1/8 de finale de la Ligue des Champions. Tout faux serait quasiment rédhibitoire.

A priori, le BSC Young Boys est le club le moins fort du groupe H. Novices dans la compétition, les Suisses ont moins d’expérience que la Juventus, Manchester United et Valencia. Une victime expiatoire ? Pas si sûr. Car au-delà des qualités de l’équipe, de l’habituelle dévalorisation des clubs de la Confédération helvétique en dépit des performances du FC Bâle ces dernières années, les Young Boys ont tout du piège parfait tendu aux Blanquinegros. C’est presque dans l’ADN du club : perdre des points à portée de main face à un adversaire bien moins réputé. Autant le VCF sera au rendez-vous d’un choc, mettant de l’implication, de l’impact, de la volonté, autant contre un rival peu réputé, il trouvera le moyen de se laisser avoir. Son début de saison en Liga, notamment ce dernier match de championnat contre Leganés soldé par un match 1-1 à Mestalla, en est l’exemple frappant.

Marcelino García Toral n’a peut-être pas encore trouvé la bonne solution pour son 4-4-2 et les absences sur blessures de Gonçalo Guedes et Denis Cheryshev limitent ses choix côté gauche mais il ne faut pas compter sur lui pour dévaluer ses adversaires. Lors de la conférence de presse d’avant-match, le technicien asturien a dressé les qualités des Young Boys, un adversaire dont il se méfie énormément, d’autant que Valencia joue son avenir en C1 dans la capitale suisse. « Ils jouent un football dynamique, rapide et intense, a détaillé MGT. Ils utilisent une combinaison qui mêle ballons longs sur l’attaquant de pointe et d’autres pour proposer beaucoup de centres, ils savent bien contre-attaquer, avec de la profondeur sur les côtés et une deuxième pointe rapide également. Ils défendent avec intensité et si les transitions défensives leur coûtent, ils vont exiger de nous un haut niveau compétitif. J’ai vu le match contre United et lors de la 1re demi-heure, ils auraient pu mener. Ils sont puissants au niveau physique ».

L’attaque enfin au rendez-vous ?

Depuis le début de saison, c’est toujours la même rengaine avant et après les matches : quand l’attaque che va-t-elle enfin se réveiller ? Friand des ailiers rapides côté gauche, Marcelino doit composer sans Guedes et Cheryshev. Quelles solutions sont disponibles ? La plus probable, c’est de placer Francis Coquelin, très en forme depuis son retour de blessure. Ferran Torres ? MGT le tient en haute estime et a les capacités requises pour démarrer d’autant qu’il a un profil offensif, contrairement au Coq.

Par ailleurs, qui accompagnera Rodrigo Moreno ? Kévin Gameiro n’a guère convaincu samedi contre Leganés, surtout qu’il a manqué la balle de match. Michy Batshuayi pourrait avoir sa chance à côté de l’international espagnol. Une chose est certaine : Marcelino et son staff doivent user de psychologie pour maintenir la confiance des buteurs : « nous essayons de leur parler d’une façon totalement normale, a expliqué l’as-tu rien. Nous croyons absolument en leurs capacités mais nous sommes tous conscients que le rendement est bas. Dans une équipe, il y a une responsabilité collective et ensuite chaque ligne a un travail spécifique. Celui des buteurs est de marquer et nous faisons tout pour les mettre dans les meilleures dispositions mentales. Et ils marqueront ». 

Le XI possible Superdeporte:

Neto, Piccini, Diakhaby, Gabriel, Gayà, Parejo, Kondogbia, Carlos Soler, Ferran, Rodrigo, Batshuayi

François Miguel @fmboudet

Commentaires