Le défenseur buteur face au Barça, le milieu qui a marché sur le Real, des maîtres artificiers et un ancien de l’OL : El Once de FuriaLiga (J8)

0

Cette 8e journée de Liga a été agité et marqué par les golazo, des surprises et surtout des gros qui patinent encore. Disposé en 4-2-3-1, ce once fait la part belle à des joueurs méconnus du grand public, pour l’instant.

Moya (Real Sociedad) : L’ancien de l’Atleti n’est pas le gardien le plus rassurant de Liga, c’est un fait. Côtoyé Rulli ne doit pas l’aider au quotidien. Face à l’Athletic dans le derbi basque il a fait quelques sorties aériennes moyennes mais a surtout fait des arrêts déterminants. La Real a fait un vrai bon qualitatif avec ce transfert.

Nacho Martinez (Valladolid) : Le latéral gauche du club de Pucela est un habitué des sélections dans le once de FuriaLiga. Les mauvaises langues diront qu’il profite d’un affaiblissement du poste en Liga, mais la réalité est toute autre. Nacho est un homme fort du bon début de saison de son club et du retour en forme de Valladolid qui reste sur 3 victoires de rang. Nacho défend aussi bien qu’il attaque, et il le tient bien son couloir. Face à Huesca il a été intraitable et a permis à Toni Villa d’être libéré.

Lucas (Atletico) : Le champion du monde a été replacé dans l’axe pour palier à la blessure de Gimenez. À son poste formateur, Lucas a été parfait face au Betis pour permettre à son équipe de ne rien subir face à une équipe qui fait bien vivre le ballon. Le Français a vraiment tout du défenseur moderne.

Garay (Valencia) : Le central argentin n’est pas épargné par les pépins physiques sur ce début de saison. Régulièrement laissé au frigo, Marcelino ne le sort que pour les grosses affiches. Face au Barça il a été impérial dans les duels en plus de tromper Ter Stegen en début de match. Valencia a encore fait un nul, n’a toujours pas gagné en Liga mais les contenus sont de plus en plus encourageants.

Jason (Levante) : Le milieu habituellement offensif est le symbole du changement de système instauré par Paco qui a permis à Levante de sortir de sa petite crise de résultat. Avant en 4-4-2 maintenant en 3-5-2, Jason joue le rôle de piston droit à la perfection et Levante est plus dangereux tout en étant moins friable.

Wakaso (Alaves) : Statistiquement il n’est pas le meilleur milieu du club basque, il n’est pas aussi le plus décisif. Cependant sur ce début de saison, Wakaso est celui qui représente le plus ce que veut faire Abelardo. Travailleur, volontaire, ambitieux dans ses choix et toujours porté vers l’avant le milieu qui a pas mal bourlingué a trouvé l’écosystème parfait pour être performant. Face au Real il a été un chien qui ne voulait pas laisser le ballon aux merengues. Le but marqué par Manu Garcia à la 95e, il le méritait.

Ruben Alcaraz (Valladolid) : Le milieu, ancien de Girona a une frappe de ballon très soyeuse. Cependant sur ce début de saison c’est le côté travailleur de Ruben qu’on a pu admiré. Face à Huesca il a tapé un coup franc parfait pour marquer le seul but du match. Son association avec Michel est très bonne.

Bardhi (Levante) : Il semblait un peu avoir perdu sa place, entre problèmes de santé et changement de système. Sauf que le Macédonien est un joueur incroyable. Remplaçant au début du match, il est rentré et a fait étalage de sa classe balle au pied avant de libérer les Granotes. D’un coup franc d’école il a trompé Soria et offert une deuxième victoire à son club. Levante dispose d’un joyau.

Sergi Darder (Espanyol) : Il est symbole de l’Espanyol de Rubi mais tardait à être vraiment au niveau en Liga. Souvent intéressant mais trop peu souvent décisif en rapport à la confiance que lui accordait son entraîneur. Face à Villarreal dans un match dominé par les Catalans, l’ancien lyonnais a marqué le but décisif du 2-1. Une libération qui est venu en fin de match comme pour féliciter le milieu de terrain de son très bon match.

Pablo Sarabia (Sevilla) : Les matchs se succèdent et les superlatifs commencent à manquer pour qualifier la qualité de l’offensif de Seville. Celui qui est le grand absent de la liste de Luis Enrique a encore été très grand pour permette à Seville de disposer du Celta. Un but et une passe décisive pour l’ancien de Getafe, toujours plus en forme.

Carillo (Leganes) : Alors qu’En Nesyri semblait avoir les faveurs de coach Pellegrino, c’est l’Argentin qui a débuté le choc face au Rayo. Dans un match déjà très important pour le maintien c’est Leganes qui a battu le Rayo sur un but de Guido. Au milieu de tout ça, des duels aériens remportés mais très peu de ballons exploitables. Ce but peut être très important pour lui.

Commentaires