Levante-Getafe ou comment le 4-4-2 peut se matérialiser de deux manières totalement différentes

0

Le 4-4-2 est LE système à la mode en Liga. Bien sûr porté par les succès récents du Cholisme mais aussi par des formations comme Alaves et Getafe qui s’inspirent du Cholo dans leur approche du football. Pourtant, Levante qui a aussi fait le choix de se disposer en 4-4-2 a une vision totalement différente des deux lignes de 4 rigides du Cholismo. Présentation en image de la modélisation différente du 4-4-2 pour Paco Lopez et Pepe Bordalas qui vont s’affronter pour le compte de cette 8e journée de Liga.

C’est le système préféré de Gourcuff père mais aussi du Cholo, deux entraîneurs à la vision totalement opposée mais rassemblés par un seul et même organisation : le 4-4-2. Pour beaucoup, c’est un système basique cependant il permet énormément de liberté sur le plan du jeu. Avec deux pointes il offre la possibilité de préserver les deux lignes de 4 qui assurent une assise défensive importante tout en étant dangereux. Ces deux lignes parallèles permettent aussi de quadriller parfaitement le terrain quand elles sont à plat. On peut aussi disposer son milieu en losange pour avoir un relais défensif et un relais offensif et donc construire plus facilement ses actions même si cela génère « un vide » au milieu qui ne plaît pas à l’illustre Guy Roux. Le 4-4-2 permet une approche structurée où il y a peu de mouvements sans être inoffensif mais aussi des lignes plus maniables et un passage en 3-4-3 par exemple sans perdre la maîtrise du match.

Alaves-Getafe : la représentation de l’apport du Cholismo en Liga.

En Liga le 4-4-2 se matérialise surtout du côté de l’approche rigoureuse, présence du Cholo oblige. Des entraîneurs lui ont emboîtés le pas pour construire leur philosophie : Bordalas est l’un d’eux. Dans son antre du Coliseum qui est sa deuxième maison, l’entraîneur qui a été élu meilleur coach de Liga sur la saison passée va recevoir Levante pour cette 8e journée de Liga. Repris en main par Paco Lopez, le club de Valence se dispose aussi en 4-4-2 mais avec une volonté totalement différente dans le jeu.

Une construction offensive pas si différente

L’approche offensive de Getafe et Levante sont à l’exact opposé. Tout d’abord dans le choix des hommes : habituellement c’est Marti et Boateng qui sont titulaires sur le front de l’attaque de Levante. Deux joueurs aux styles qui se rapprochent de ce que propose Getafe avec des différences importantes. Boateng et Angel sont les deux joueurs qui doivent être capable de sentir les coups et profiter des décalages de leurs associés. Plutôt véloces et rapides, ils sont pourtant différents dans le jeu. Boateng est un joueur de rupture, qui doit prendre de la vitesse pour être décisif alors qu’Angel sent bien les coups, très bien même et agit comme un opportuniste.

A coté d’eux, Molina et Marti sont aussi très différents. Marti est habitué à jouer seul, il sait dezonner, aime se déplacer pour recevoir le ballon dans les pieds. Il fait 10 cm de moins que Jorge qui lui pèse sur les défenses, fixe et gagne énormément de duels de la tête. Le duo Jorge-Angel marche très bien et se connaît par coeur alors que Marti et Boateng ne jouent que très peu ensemble et ne se bonifient pas.

Parpaing pour Molina face à Morales et ses jambes de feu

La construction offensive suit le style des deux joueurs. Levante cherche globalement à repartir de l’arrière en s’engouffrant dans les espaces laissés par l’adversaire. Globalement l’action type des granotes se décompose ainsi : une récupération basse, une passe à Morales qui va tenter de faire de grosses différences dans le cœur du jeu pour trouver un Marti dans la surface. Quand cela ne fonctionne pas, Levante se sert des nombreux joueurs capables de faire des différences seuls pour essayer de s’en sortir et souvent cela finit par une frappe de loin ou un centre. Les deux buts face à Alaves où ceux face à Valence montrent bien cela.

Coté Getafe la donne est différente et colle avec l’idée Choliste. On se sert du physique de Molina (ou de son remplaçant Mata) sur de longs ballons. Au duel, souvent l’attaquant azulones prend l’avantage et réussit à toucher un ailier. Boateng doit ensuite fixer son adversaire pour soit ouvrir la porte à son latéral qui déborde soit retrouver un coéquipier dans l’axe qui tentera de trouver Angel.

Derrière les deux pointes même si les idées sont clairement différentes entre Paco et Bordalas le choix des hommes est plus semblable. Bardhi et Portillo sont des ailiers qui cherchent constamment à s’inclure dans le circuit de passe de leur équipe. Des ailiers qui regardent vers l’intérieur plutôt que de chercher constamment à faire un décalage seul. Amath et Morales sont des joueurs disposant des jambes de feu qui cherchent constamment à prendre le dessus par le dribble.

Réduire les espaces ou en créer ?

Bien que construit de la même façon au niveau de l’attaque, l’impression que nous laisse Levante et Getafe est très différente. Les granotes génèrent énormément de décalages, c’est une équipe joueuse qui ne cherche pas à être bien en place mais se prépare constamment à sauter rapidement vers la surface adverse dés que la récupération est effectuée. Les lignes du 4-4-2 sont distendues et les granotes subissent énormément. Les défenseurs jouent régulièrement des 2vs2 ou des 1 vs 1 avec les attaquants adverses. 

On ne sait pas vraiment si c’est un choix ou non de Paco Lopez de subir autant en phase défensive. Un style qui a beaucoup coûté à Levante en ce début de saison mais qui sert vraiment aux Granotes en phase offensive. Parce qu’avec autant d’espaces laissés à l’adversaire, celui-ci prends confiance et sort beaucoup plus. Une prise de risque qui est souvent punie par une accélération très violente de Morales.

Pour Getafe le projet défensif est totalement différent. La base du Boralismo est de ne pas subir et rien laisser à l’adversaire. Le bloc est compact et les lignes sont très rapprochées pour limiter l’avancée de l’adversaire. Surtout que comme on l’a vu plus haut, ce n’est pas du tout un problème pour Getafe si le ballon est récupéré bas, tant Molina est fort dans les airs pour bonifier un dégagement.

Que ce soit offensivement ou défensivement Levante et Getafe ont deux approches totalement différentes pour mettre en place leur 4-4-2. Preuve encore, ce week-end c’est avec un 3-4-3 que Levante a surpris un autre apôtre du Cholisme, Abelardo. Un système qui permet à Levante de sécuriser son assise défensive tout en permettant d’incorporer toujours autant de gars dans ses offensives. Cette confrontation de style montre encore que la Liga est d’une richesse incroyable sur le plan tactique.

Benjamin Bruchet

@BenjaminB_13

 

Commentaires