Barça : Ousmane Dembélé vous salue bien !

0
Crédits : AFP

Arriver dans un grand club à 19 ans c’est compliqué, d’autant plus au Barça où l’exigence de la forme se mêle à celle des résultats et Ousmane Demébélé s’en est rendu compte rapidement. Les médias lui collent l’étiquette de « successeur de Neymar », le transfert est lui mirobolant. Pour ne pas arranger l’affaire l’environnement est loin d’être rose au Barça à ce moment-là, les spécialistes prévoient une saison noire pour le club et une super domination du Real. TOUT est fait pour que ce maillot se révèle être un peu trop grand pour lui et pourtant…

Les illusions puis le drame

Dembélé foule la pelouse du Camp Nou pour la première fois lors du derbi contre l’Espanyol. Remplaçant, il assiste à un énième festival de Leo Messi sur le bord de la touche. En fin de match le moment arrive enfin, un moment important couronné par une belle passe décisive pour Luis Suarez, distribué de son côté droit. Celui qui sera principalement le sien pendant cette première saison, lui qui peut aussi évoluer à gauche. La suite ? Un festival contre Getafe pour sa première titularisation avant le coup d’arrêt. Blessé à la cuisse il ne foulera plus les pelouses jusqu’en janvier, avant de connaitre une nouvelle blessure qui le tiendrait éloigné du Camp Nou jusqu’en février.

Pendant cette période déjà compliquée, des rumeurs viennent accentuer le malaise. Dembélé ne communique pas et continue de travailler pour revenir en forme. Ces rumeurs elles le suivront pendant toute sa première année du côté du Camp Nou.

De retour au football, après une longue blessure son premier match est loin d’être bon. Rentré en cours de jeu contre Getafe, il perd énormément de ballons et est incapable de créer des différences. Les choses vont changer 2 semaines plus tard, aligné titulaire aux cotés de Luis Suarez et Leo Messi dans un 4-3-3 que l’on aura finalement assez peu vu la saison dernière, Dembélé brille. S’en suivra une série de match où il offrira un visage encourageant, celui d’un possible titulaire du FC Barcelone.

Malgré un faible temps de jeu, deux blessures, un changement de championnat et de statut, il inscrit 3 buts et offre 7 passes décisives en 931 minutes jouées, il est donc décisif toutes les 93 minutes de jeu. Pas si mal pour un « faux départ ».

« Le barça est un défi très exigeant pour un footballeur si jeune, mais de ce que me disent mes anciens coéquipiers, il a le potentiel. Son HUMILITé et son envie de progresser jouent en sa faveuR. » Xavi Hernandez

Un profil nécessaire

Les places offensives sont chères au Barça. Dembélé a d’immenses qualités mais il à un autre avantage pour lui : son profil. En plus de pouvoir évoluer sur les deux fronts de l’attaque, il est un ailier avec une énorme capacité d’élimination, il est l’un des seuls joueurs barcelonais à pouvoir étirer le jeu. Là où le Barça à souvent insisté dans l’axe à s’y casser les dents, Dembélé peut être un avantage indéniable. Une autre qualité indéniable c’est sa capacité à réussir à casser des lignes avec des passes en profondeur lumineuse. Et c’est ce qui rend le jeune joueur français intenable pour ses adversaires. Élimination, passe en profondeur ou conservation, il peut tout faire. Si Coutinho apporte une arme en plus au Barça avec ses frappes lointaines, une variation qui manquait beaucoup aux Catalans, Dembélé n’est pas en reste.

Malcom arrivé cet été dans un des feuilleton du mercato s’ajoute à ce profil de « déséquilibrant » qu’à le Français. Si les deux on été tout de suite mise en concurrence par la presse, le déplacement de l’ancien Rennais sur le côté droit en cette rentrée offre une multitude de possibilités à Ernesto Valverde.


Dembélé le mal aimé?

Joueur limité, incapable de jouer dans un collectif, QI foot pas assez élevé, erreur de casting. Pendant cette première année en Catalogne, le Français aura vécu aux sons des critiques, des rumeurs et des doutes sur son véritable niveau tant en Espagne qu’en France, notamment en cet été de Coupe du Monde. Quelques mois plus tard il semble répondre sur le terrain à ses détracteurs à chaque but, grâce à sa célébration particulière. Une réaction puérile disent certains, après tout la critique fait parti du jeu, mais pourtant la frontière est mince entre la critique constructive et le lynchage pur et simple.

Le but ici n’est pas de vouloir que chaque amoureux de football se munisse de sa boule de cristal pour lire l’avenir. Quelle tristesse que de voir dans le futur. Après tout qui aurait capable de prévoir ce début de saison canon il y a quelques mois, quand le joueur ne jouait pas? Peut-être personne (quoi que), mais est ce vraiment sérieux de juger de façon aussi sévère un jeune joueur après une saison tronquée dans une équipe en reconstruction annoncée presque « morte »? Plutôt discret dans les médias Ousmane Dembelé ne communique que très peu, surtout il évite les médias dits traditionnels. Est-ce ce « boycott » qui lui vaut ce « traitement de faveur »? Difficile à dire, mais possible. Une chose est sûre quand la réponse aux médisants intervient sur le terrain, elle n’a que plus de valeur. Reçue 5 sur 5 par Sport.

Crédits : Sport
2 mois passés entre ces deux UNES de Sport!

Un début de saison en fanfare

Auteur d’un départ de saison canon, il est sans doute l’un des joueurs phares du début de championnat. Si ses statistiques s’améliorent forcement avec le temps de jeu et l’acclimatation en plus, son jeu collectif progresse également. Repositionné à gauche Dembélé peut compter sur Jordi Alba et Coutinho pour apporter le déséquilibre sur son côté, une entente qui laisse déjà présager de belles choses. Son replacement a pourtant un désavantage, le côté droit s’en trouve déserté avec le seul Sergi Roberto et Rakitic pour animer ce flan, Messi continuant de bouger énormément. Ce déséquilibre flagrant entre un côté gauche explosif et un coté droit plus timoré c’est l’un des chantiers de Valverde. Peut-être se souviendra t’il que l’association Dembélé – Semedo avait offert quelques belles séquences la saison dernière.

Crédits : Laliga.com
Les statistiques de Dembélé (en rouge) par rapport à la moyenne des autres attaquants de Liga (en bleu) cette saison.

Bien entendu la marge de progression de Dembélé est énorme. Si son réalisme face au but et son repli défensif s’améliorent (il intercepte et récupère deux fois plus de ballons que la moyenne des autres attaquants de Liga), ses pertes de balles lui sont encore reprochées. Faire le bon choix au bon moment, choisir la passe plutôt que la solution individuelle, autant d’axes de travail que la présence dans un équipe comme le Barça peut forcement aider à améliorer. Ne pas oublier qu’un profil déséquilibrant comme il l’est sera toujours amener à perdre plus de ballons, le tout est de trouver le juste milieu et gage qu’avec un modèle comme Leo Messi la moyenne peut être vite trouver par le Français. Un modèle qu’il n’aura certes que très peu côtoyé sur les terrains l’année dernière, mais il est toujours bon de le rappeler en ces temps troubles où un jeune joueur devient un crack après seulement quelques bons matchs : même si il a son importance, l’essentiel n’est pas qui réussi son départ, mais qui est encore présent à l’arrivée.

Tracy RODRIGO

@tracy_rdg

Commentaires