Previa C1 / AS Monaco – Atlético de Madrid : Un Atleti en quête de repères

0

C’est l’année ou jamais pour l’Atlético de Madrid ! Après tant d’échecs cuisants alors que la victoire tendait les bras, les Colchoneros veulent vaincre la malédiction de la Ligue des Champions lors de la finale qui se disputera dans son stade en fin de saison. Le vice-champion d’Espagne a été actif cet été pour atteindre cet objectif suprême. Pourtant, le début de championnat est poussif et les Indios vivent leur pire début de saison depuis 2009. Face à Monaco, serait-ce enfin le bon moment pour lancer la machine ?

On joue le temps additionnel, l’Atleti est mené sur son terrain face à Eibar, modeste club basque de Liga. Les hommes du Cholo n’y arrivent pas, les occasions se succèdent mais Dmitrovic est impérial sur sa ligne bien aidé par un milieu travailleur. Les minutes défilent et le coup de sifflet final se rapproche. On joue la toute fin de la 93e minute de ce temps additionnel de 4 minutes quand Griezmann déborde sur le côté pour servir Borja, le tout jeune canterano rentré en jeu pour forcer la décision. Le gamin reprend la balle du plat du pied et égalise, enfin. Tout le Wanda Metropolitano pousse un soupir de soulagement mais comptablement, l’Atleti n’est toujours pas lancé.

5 points en 4 journées, une seule petite victoire et des lacunes de nouveau affichées au grand jour, ce Cholismo 2.0 travaille déjà dans l’urgence de résultats. Pendant que l’Atleti patine et se prend même les pieds dans le tapis face au Celta, le Barça fait carton plein sans pour autant éblouir et le Real Madrid prend 10 points sur 12. Plus que les mauvais résultats comptables, le rendu des copies des Colchoneros est faible. Pour cette première journée de Ligue des Champions, dans un match particulier pour Lemar qui retrouve l’AS Monaco et pour Falcao qui retrouve l’Atleti, les Colchoneros voudront lancer leur saison et éviter un remake de la saison 2017-2018.

Des intégrations compliquées

La saison dernière, avec l’interdiction de recrutement et donc l’absence de sang neuf, voir un effectif sans ressources essoré par le Cholisme n’était pas surprenant. Pour ce nouvel exercice et auréolé d’un nouveau titre européen, l’Atleti a affiché ses ambitions sur le marché des transferts. Avec pas moins de 123 millions investis sur des joueurs comme Lemar, Rodri, Arias, Jonny (parti en prêt à Wolverhampton dans la foulée) ou encore Kalinic et l’arrivée libre de Gelson, le Cholo dispose d’armes conséquentes pour proposer du jeu et faire souffler ses cadres quand il faut.

Cependant, l’intégration des recrues n’est pas facile dans un système si particulier qui te demande d’être à 100% au niveau physique. Très attendu, Rodri est un de ceux qui a eu le plus de minutes. Titulaire lors de 2 matchs sur 4, il doit apprendre à travailler dans un milieu à 4 avec un double pivot alors qu’il était habitué à être la seule sentinelle à Villarreal. Pourtant, ses prestations sont intéressantes et son jeu de passe est fort appréciable vu que l’Atleti est devenu l’une des équipes qui relance le plus souvent à terre en Liga.

Ensuite vient Lemar dont la gestion pose question. Alors qu’il enchaînait les matchs encourageants, à part celui face à Valence où il était en dedans, sa non-titularisation face au Celta a interrogé. Simeone semble tâtonner avec ses nouvelles recrues. Tous les postes sont censés être doublés, mais avec les suspensions et les blessures, il a déjà eu quelques sueurs froides au moment de dresser sa liste des convoqués en Liga. Un air de saison dernière…

4-4-2 classique ou 4-3-3 type Supercoupe ?

Lors de la Supercoupe d’Europe remportée face au Real Madrid, l’Atlético a très certainement proposé son meilleur match. Alignée en 4-4-2 sur la feuille de match, c’est en fait une équipe disposée en 4-3-3 qu’on a vu se modeler sur la pelouse. Bien que les systèmes ne veulent plus vraiment rien dire, Lemar et Griezmann se sont partagé les ailes, Rodri a fait l’essuie-glace devant la défense et le binôme Saul-Koke a donné vie à l’animation de l’équipe. Cette expérience n’a pas été reconduite franchement en Liga, avec le retour d’un 4-4-2 bien plus strict.

Dans ce schéma connu de tous, l’Atleti perd de plus en plus du contrôle au milieu de terrain. La saison passée, c’est avec un milieu avec 3 voire 4 axiaux que les Indios étaient les plus forts. Cette saison, avec le retour de piston qui combine moins avec les milieux,ils perdent le fil. Diego Simeone doit trouver son équilibre et donner de la continuité à ses hommes. Même si elle ne s’impose pas tout de suite, une évolution du 4-4-2 est à prévoir car son idée de jeu a bien évolué. Or, le temps presse. Le retard est déjà conséquent en Liga et l’année passée cet allumage tardif leur avait joué des tours en Ligue des Champions. Incapable de gagner un match sur leur 4 premiers (2 matches nuls contre Qarabag notamment), les Colchoneros avaient dû quitter prématurément la compétition. Avec la finale au Wanda Metropolitano, une telle déconvenue est interdite cette année.

Une victoire pour cette première journée avec un but de Lemar pour lancer enfin la saison ? Toute l’afición en rêve. Cependant attention au réveil de Falcao qui voudra prouver qu’il est encore présent.

XI probables

Le XI pour ce match face à l’AS Monaco devrait ressembler fortement à celui face à Eibar. La seule incertitude est la présence de Lucas en tant que titulaire. Le Français était absent ce weekend pour des douleurs abdominales. Un 4-4-2 qui de forte chances de ressembler à un 4-3-3 en fonction du scénario et surtout de la continuité pour les recrues.

Benjamin Bruchet

@BenjaminB_13

Commentaires