Le Barça à Anoeta, choc de promus et la première de Valladolid sous Ronaldo : Previa de la 4e journée de Liga.

0

Après une trève marquée par les débuts de la Ligue des Nations (qu’on ne comprend toujours pas vraiment), c’est le retour de la Liga. Avec le Barça qui découvre le nouvel Anoeta, le Real Madrid à San Mamés et des matchs forts sympathiques au menu, il y a largement de quoi se régaler pour cette 4e journée. 

Huesca (14e) – Rayo Vallecano (20e) vendredi à 21h

Duel de promus pour ouvrir cette 4e journée de Liga. Le Rayo qui compte déjà un match en moins et n’a pas joué depuis un bout de temps se déplace à Huesca. Ce match s’annonce riche en buts vu la faculté qu’ont les deux équipes à se procurer des situations.

Huesca qui impressionne pour sa première saison à ce niveau a été balayé par le Barça au dernier match mais a montré des choses intéressantes dans le jeu. La donne est identique pour le Rayo qui n’a pas encore gagné cette saison mais enchaîne les prestations encourageantes.

Niveau XI, on devrait avoir du classique, De Tómas devrait être titulaire côté Rayo, Imbula pourrait avoir ses premières minutes en Liga et Huesca sera très certainement disposé en 4-4-2.

Atlético de Madrid (10e) – Eibar (15e) samedi à 13h

L’Atletico déjà balayé et distancé en Liga ! Ce fut une des grosses surprises de la 3e journée, les hommes de Cholo ont perdu pied face au Celta. Les choix de Simeone ont posé question, notamment celui de laisser Lemar sur le banc. L’Atlético doit déjà relevé la tête pour éviter de voir les écarts s’agrandir.

Eibar, après des résultats plutôt défavorables malgré des contenus intéressants, a battu sur le buzzer la Real Sociedad. Une victoire qui fait du bien au moral des Basques mais qui ne masque pas vraiment les interrogations sur le niveau global de l’effectif et surtout sa profondeur. Habitué à répondre présent dans les gros matchs sans pour autant ramener de points, les hommes de Mendilibar vont-ils réussir à faire le gros coup ?

Niveau XI, les choix du Cholo vont encore être scrutés. Lemar est annoncé titulaire. Savic, Arias ou encore Vitolo sont déjà absents. Côté Armero, les choix ne sont pas légion et Pedro Léon est de nouveau sur le flanc. La lumière viendra-t-elle de Milla ?

 

Real Sociedad (8e) – Barça (1er) samedi à 16h15

Le Barça retrouve un stade qu’il n’aime pas vraiment. Pourtant la saison passée, Valverde semblait avoir trouvé la formule en remontant un 2-0 pour s’imposer à Donostia. Pour cette première dans ce nouvel Anoeta tout juste rénové (adieu la piste !), les Catalans arrivent en forme et sûrs de leur force. Emmené par un Messi déjà au niveau et un Dembélé remuant, le Barça veut enchaîner un quatrième succès consécutif.

Côté Real Sociedad, Garitano cherche encore la clé. Vainqueur du match d’ouverture, les Txuri-urdinak ont perdu des points bêtement en fin de match les deux journées suivantes. Le contenu est bon dans l’ensemble mais la Real se repose trop facilement sur ses acquis sans réussir à tuer les matchs. Face au Barça il ne va pas falloir faire de cadeau.

Côté XI, du classique côté Barça à part au milieu, où Sergi Roberto pourrait être aligné à la place de Sergio Busquets. Willian José est incertain pour la Real et ne devrait pas débuter.

 

 

Athletic (6e) – Real Madrid (2e) samedi à 20h45

Un classique de Liga entre ces deux géants ! Le déplacement à San Mamés n’est pas chose aisé pour les Merengue qui laissent régulièrement des points en route. Sauf que le Real Madrid de Lopetegui semble avoir trouvé son rythme. Avec une identité forte, la Maison Blanche récite un football de qualité même s’is ont encore du mal à le tenir sur 90 minutes. L’ancien sélectionneur de la Roja gagne et se donne logiquement du temps pour continuer la progression sa formation. Le retour en forme de Benzema devant les bois rassure aussi tout le monde.

Côté Athletic, la prise de pouvoir de Berizzo prend du temps à se mettre en place même si le style a déjà évolué. Le contenu n’est pas encore satisfaisant, les errements défensifs sont encore trop présents mais les résultats sont là. Attention à ne pas se perdre comme à Seville pour l’Argentin.

 

Leganés (19e) – Villarreal (18e) dimanche à 12h

Duel entre deux équipes qui n’ont pas encore remporté le moindre match dans cette nouvelle saison de Liga. Le recrutement est plutôt ambitieux du côté de Leganés et c’est normal que l’équipe se cherche dans le jeu au vu des très nombreux bouleversements estivaux. Cependant, le temps file et il va falloir rapidement enchaîner une série pour se rassurer. Offensivement, le matériel est intéressant pour Pellegrino. La preuve : les Pepineros ont déjà marqué 4 fois mais ont encaissé 8 buts. L’Argentin cherche encore l’équilibre.

Côté Villarreal, la 2e saison de Calleja tarde à prendre son envol. Le nul accroché au Pizjuán est encourageant, les deux défaites face à Girona et la Real sont un peu plus inquiétantes. La perte de Rodri, l’homme qui a stabilisé le sous-marin n’est pas encore compensée. Devant, le duo Toko Ekambi-Moreno se cherche encore un peu malgré de belles promesses.

 

Espanyol (7e) – Levante (4e) dimanche à 16h15

Duel entre équipes en forme ! L’Espanyol de Rubi a trouvé son rythme, des débuts de matchs poussifs et un but qui arrive à l’heure de jeu pour ensuite rentrer dans une sorte de gestion un peu dangereuse. Face à Alavés, dans un match où la VAR a eu un rôle prédominant, les Pericos sont repartis bredouille malgré l’ouverture du score. Cette première défaite ne remet en aucun cas en cause l’excellent travail de l’ancien de Huesca qui semble enfin donner un but et du caractère à l’Espanyol malgré des ressources limitées.

Levante continue comme prévu sur la lancée de la saison passée, vainqueur du Betis, tenant le nul face à Valence malgré une fin de match en apnée et perdant face au Celta. La bande à Paco López est enthousiasmante, avec une volonté de mettre beaucoup de rythme et de se mouvoir rapidement en contre. Porté par un Morales en feu et un Marti en grande forme, Levante a tout de l’équipe surprise cette saison en Liga.

 

Valladolid (16e) – Alavés (11e) dimanche à 18h30

L’équipe pour l’instant la plus ennuyante de Liga affronte une bande de Basque déchaînés. Valladolid qui est sur toutes les bouches en Espagne après que Ronaldo a repris le club retrouve la routine du championnat. Seule formation à ne pas avoir trouvé le chemin des filets, le club Pucela dispose aussi de la meilleure défense de la Liga. Ces stats représentent bien le style de leur coach, connu pour ses formations cohérentes défensives mais trop peu inspirées offensivement.

Côté Alavés, Abelardo continue son très bon travail amorcé en cours de saison passée mais doit trouver des solutions sans Munir reparti au Barça. Sobrino semble capable d’apporter cette touche technique à l’attaque basque. Ses choix sont multiples mais les profils peu variés. Guidetti tarde à retrouver son meilleur niveau et ça pourrait profiter à Calleri et Borja Bastón en quête de confiance.

 

 

Sevilla FC (5e) – Getafe (9e) dimanche à 20h45

Seville doit se remettre à l’endroit pour repartir de l’avant. Restant sur 2 nuls sans le moindre but en Liga, les hommes de Machín accusent un peu le coup après avoir passé de multiples tours préliminaires de Ligue Europa. Une fatigue logique dans le fond et une trêve qui a pu permettre au plus grand nombre de recharger les batteries.

Côte Getafe, l’équipe confirme qu’elle va encore être un épouvantail cette saison. Avec un gardien de qualité, un bloc de fer et des contres violents, la méthode Bordalás marche bien. Djéné, le roc de la saison dernière, interroge un peu. Pas dans le coup, son non-départ cet été semble l’affecter quelque peu.

 

 

Girona (12e) – Celta (3e) lundi à 21h

Pour le traditionnel match du lundi, une opposition de style entre Catalans et Galiciens au Montivili. Girona a remporté son premier match en Liga en braquant Villarreal avec un but de l’inévitable Stuani. En recherche d’équilibre, Sacristán temporise ses ardeurs pour éviter de se brûler les ailes comme à la Real Sociedad. Son Girona est patient avec le cuir, sûrement trop, ce qui l’empêche de surprendre ses adversaires. Les touches de balles sont multipliées et les phases de possession stériles sur la ligne sont légion. Son équipe prend moins l’eau mais marque beaucoup moins de buts.

De son côté, le Celta commence à ressembler à quelque chose d’intéressant. Aligné en 3-4-3, avec un Araújo en capitaine à l’arrière, un Lobotka en chef d’orchestre, un Sisto en dynamiteur et un Maxi bien plus libre, Mohamed donne du corps à son équipe. Une donnée habituelle pour le Celta. Maintenant la question est la capacité à enchaîner les bons résultats et créer une série positive. Restant sur 2 victoires de rang, les Galiciens seront attendu au tournant.

 

Commentaires