Guedes et Valence, quand un coup de foudre change tout

0

ENFIN ENFIN ENFIN ENFIN. Enfin, le feuilleton Guedes est terminé, et d’une excellente manière. Valence a officialisé ce lundi soir le retour de la pépite portugaise après un après-midi de négociations. Guedes a signé pour 6 ans et dispose d’une clause de 300 millions. Retour sur la saga qui a animé tout l’été valencien et parisien.

Peter Lim et Guedes, officialisant le retour du joueur à Mestalla / Crédits photo : Valenciacf.com

En janvier 2017, Guedes quitte son club formateur le Benfica Lisbonne lorsque le PSG, alors mené par Patrick Kluivert, soumet une offre de 30 millions pour l’attaquant de 20 ans. Cette recrue hivernale en surprend plus d’un. Le joueur est talentueux, mais encore relativement peu connu ; les Parisiens misent clairement sur l’avenir en l’achetant. Catalogué comme espoir, le jeune Guedes ne joue quasiment pas lors de ses 6 premiers mois dans la capitale française : il ne portera la vareuse parisienne que pendant 292 minutes. Très déçu de ses premiers pas au PSG, le Portugais espère obtenir davantage de temps de jeu la saison suivante. Mais, c’est là qu’intervient la politique sportive d’un PSG en quête de joueurs de classe mondiale. Neymar et Mbappé arrivent alors au club. Rapidement, Guedes comprend avec énormément de peine que ces nouveaux renforts lui fermeront des portes. Mais heureusement pour lui, quand une porte se ferme, une autre s’ouvre, dans ce cas-ci celle de Valence.

L’explosion à Valence

Nous sommes fin août 2017, le mercato est sur le point de se terminer et le Valence cherche encore de quoi renforcer son noyau à moindre coût. Jorge Mendes propose alors son petit protégé à son ami Peter Lim. L’occasion fait le larron, Valence saute sur l’occasion et accueille Guedes pour une saison. Tout le monde est content, Valence tient enfin son ailier, Guedes du temps de jeu. Les six premiers mois de Guedes à Valence dépassent toutes les attentes : il marque des buts splendides, donne le tournis aux défenseurs adverses et des caviars à ses coéquipiers. Un peu à l’image de Guedes, c’est toute l’équipe de Valence qui marche sur l’eau pendant une première partie de saison historique en restant invaincue pendant 13 journées. La suite est individuellement et collectivement plus compliquée : Guedes se blesse, l’équipe commence à marquer le coup. Après deux mois compliqués, le club redresse progressivement la tête sans pour autant retrouver l’inarrêtable fougue de début de saison. Pareil pour Guedes, il revient, mais son jeu paraît plus stéréotypé, les défenseurs le musèlent plus facilement. Il terminera tout de même la saison en ayant été directement impliqué dans 15 buts (6 buts et 11 assists). Un bilan très honorable pour une première saison en Liga.

Crédits photo : Valenciacf.com

Valence entame une première fois durant la saison  des négociations avec le club parisien pour s’acquérir définitivement les services du jeune ailier. Fin décembre, un accord semble même avoir été trouvé pour 35 millions, le PSG étant dans le viseur du Fair-Play après les achats de Neymar et de Mbappé. Mais il n’en sera rien au final, aucun accord officiel n’est trouvé puisque 6 mois plus tard – et contrairement aux rumeurs – le joueur est toujours parisien.

Un feuilleton sans fin

Par la suite, au fur et à mesure que la saison approche de son terme, Paris ne semble plus trop vendeur, du moins pour une somme avoisinant les 35 millions, il est dorénavant question de 50, 60 voire 70 millions. Le PSG voit en Guedes une manne d’argent idéale pour renflouer les caisses pendant l’été. C’était toutefois sans compter sur le joueur qui était littéralement tombé amoureux de Valence (ville et club). Le joueur n’aura plus d’yeux que pour les Blanquinegros. Guedes refuse de négocier avec des écuries anglaises (qui sont elles prêtes à répondre aux exigences financières du PSG), pire Guedes fera même pression sur Jorge Mendes afin que le futur deal n’inclue aucune clause de rachat par le club parisien. Commence alors un véritable bras de fer entre le PSG d’un côté et le joueur soutenu par le club de Valence de l’autre côté. Ces deux derniers se jurent en quelque sorte fidélité et se promettent de tout faire pour se retrouver pour la saison 18/19, même si cela doit se faire dans les toutes dernières heures du mercato. Conscient de la situation du joueur et celle du club parisien clairement pas en position de force dans ce dossier (pourquoi garder un joueur, continuer à le payer pour qu’il perde ensuite de la valeur ? Economiquement, c’est insoutenable), Alemany se montrera d’une confiance extrême durant tout l’été :  » Guedes sera Valencien cet été, il nous faudra attendre, mais nous sommes confiants ». Et l’homme, véritable architecte de la renaissance sportive du club, ne s’était pas trompé.

Après l’explosion, la confirmation ?

Acheté pour une somme de 40 millions (hors bonus, lesquels pourront s’élever à environ 10 millions) après une coupe du monde pour ainsi dire ratée, Guedes devient ainsi le joueur le plus onéreux de l’histoire du club de Valence, et vole par la même occasion la vedette à des joueurs comme Negredo ou encore Rodrigo. Contrairement à ce qu’on pu observer dans le passé, où Mendes utilisait Lim pour placer ses pions à Mestalla – en s’octroyant bien sûr de jolies commissions -, Peter Lim a su utiliser Jorge Mendes à son avantage, c’est-à-dire pour le bien du club. L’arrivée de Guedes au Valence est salvatrice dans le sens où le club dispose enfin de l’ailier tant attendu. Tellement attendu que le club lui avait réservé le numéro 7, pour dire ! Le système de Marcelino nécessite un ailier apportant percussion et vitesse sur le flanc. Avec Cheryshev et Guedes, Marcelino peut désormais compter sur deux véritables ailiers gauches ; le côté droit étant plus occupé par des joueurs moins véloces mais plus à l’aise dans le jeu de passes ou de combinaisons, à savoir Soler et de Wass.

Guedes tout sourire lors de son arrivée à Valence. / via Twitter @gguedesoficial

Guedes est arrivé cette semaine en véritable héros sur les rives de la Turia, la donne a considérablement changé par rapport à l’année passée, où il arrivait dans la peau d’un renfort inattendu. Le talent de Guedes est évident, il crève même les yeux, il n’en reste pas moins que le Portugais doit encore progresser comme garder une certaine constance ou encore peaufiner son jeu et ses mouvements des fois encore trop prévisibles. Et Valence lui donne le cadre idéal pour s’épanouir. A lui de confirmer.

Valencia Sports

@VLC_Sports

Commentaires