Imanol Agirretxe, une fin de carrière gâchée par les blessures

0
Agirretxe au sol [Crédits : Getty Images]

Nous l’avons appris le 29 août dernier, Imanol Agirretxe prend sa retraite à 31 ans. Il aura passé toute sa carrière professionnelle dans les rangs de la Real Sociedad, l’équipe de sa vie, comme il aime le dire. Retour sur un attaquant qui aura fait polémiquer au Pays Basque.

« José María Amorrurtu est sûrement l’entraineur qui a marqué ma carrière »

Cette déclaration faite par Imanol au Diaro Vasco est loin d’être actualisée. En effet, elle a été formulée il y a presque onze ans. Pour autant, il ne serait pas étonnant que cette affirmation soit encore d’actualité. En premier lieu, elle peut paraître étonnante. José María Amorrurtu étant le directeur de Lezama, le centre de formation de l’Athletic Club. Difficile alors de croire qu’un ‘One Club Man’ de la Real Sociedad soit reconnaissant envers une personnalité éminente de l’Athletic. Mais lorsque l’on cherche un peu plus loin, l’explication ne se fait pas attendre.

Agirretxe après un but face au Sevilla FC, en 2015 [Crédits : Diaro Vasco]

Alors qu’il a treize ans, il dispute des petites compétitions sous le maillot de l’Antiguoko, face aux équipes du Lezama. C’est ainsi qu’il tape dans l’œil José María Amorrurtu. Son entraineur de l’époque ne s’en étonne pas : « Je l’ai coaché de ses 10 à 13 ans. À cette époque, il avait un style de jeu très rapide, marquant de nombreux buts et de différentes manières. Il avait beaucoup de potentiel ». C’est ainsi qu’il rejoint les rangs des U15 de l’Athletic. La transaction du joueur s’est faite facilement, grâce au partenariat entre les deux clubs. Tout proche de ses 14 ans, le natif d’Usurbil (dans la province du Gipuzkoa, ndlr) se déplace seul à Bilbao et y progresse rapidement.

Imanol, à gauche, avec l’Athletic [Crédits : Cantera de Lezama]

En 2004, cela fait trois ans qu’Amorrurtu a quitté Lezama pour devenir entraîneur à part entière. Cette même année, il prend le contrôle du banc de touche de la Real Sociedad. Ce qui ne le fait pas oublier son attrait pour les jeunes joueurs. C’est ainsi qu’il parvient à ramener Imano Agirretxe au Sanse, l’équipe réserve de la Real.

En Une des journaux basques à 17 ans

Certains journalistes ne vont pas par quatre chemins et parlent d’un joueur volé à l’Athletic. Mais Imanol ne tarde pas à défendre son nouveau club. « Cette décision est la mienne, et celle de personne d’autre ». C’est à ce moment qu’il confirme les doutes de certains supporters rojiblancos. « J’ai toujours été pour la Real ». On apprendra plus tard que de nombreuses équipes se manifestaient pour Agirretxe en 2004. Arsenal en aurait d’ailleurs fait partie. Mais la Premier League n’intéressait pas Imanol, qui avoue ne pas avoir trop réfléchi lorsque la Real Sociedad s’est manifestée.

Agirretxe lors de sa conférence d’adieu [Crédits : Real Sociedad]

Ce recrutement est rapidement devenu un élément phare de la rivalité entre les deux équipes d’Hegoalde (le Pays Basque Sud, ndlr). Un jeune joueur recruté par la Real Sociedad à Lezama, cela fait couler beaucoup d’encre. Mais cela permet surtout d’écouler plus de journaux. Cependant, la vente étant conclue, il faut trouver autre chose. Un autre élément intéresse alors les journalistes, Imanol Agirretxe est un pur basque. Lors de son passage à l’Antiguoko, il ne parle presque uniquement l’Euskara (la langue basque, ndlr). Ses difficultés en Castillan ne disparaîtront que des années plus tard.

Agirretxe avec l’Euskal Selekzioa [Crédits : EiTB]

Cette anecdote est encore régulièrement ressortie par les rédacteurs, Furia Liga se permet de confirmer cela.

Des douleurs physiques dès le plus jeune âge

Revenons à la raison ayant entraîné la retraite prématurée d’Imanol Agirretxe, les blessures. Il faut savoir qu’elles sont apparues dès son plus jeune âge, suite à des problèmes de croissance. Lorsque l’attaquant a 14 ans, l’un des médecins de l’Athletic – qui l’a consulté avant qu’il intègre Lezama – prédit qu’Imanol mesurera aux alentours du mètre 88 lorsqu’il sera adulte. Une prédiction qui va se révéler juste puisque le Basque atteindra 1m87.

Lorsqu’il était à l’Antiguoko, il lui arrivait de se plaindre de fortes douleurs, l’empêchant parfois de entrainement. Le médecin en question explique que sa croissance osseuse tend ses tendons. Telle était la raison de ses douleurs. Ces dernières doivent alors être traitées, mais l’Antiguoko ne dispose pas des moyens nécessaires à cela. De plus, son budget ne lui permet pas de le faire. L’entraineur de l’Antiguoko en parle alors à la mère d’Imanol, qui accepte de le transférer à Lezama, où il pourra profiter de soins supplémentaires.

Agirretxe au sol [Crédits : Getty Images]

Aujourd’hui, nous pouvons envisager que certaines de ses blessures soient en lien avec sa rapide croissance, lorsqu’il était adolescent.

Tout bascule le 30 décembre 2015

Ce 30 décembre 2015, la carrière sportive d’Imanol Agirretxe se fêle pour la première fois. C’est lors d’un choc entre lui et Keylor Navas qu’il se fait une très forte entorse à la cheville. La Real Sociedad s’inclinera par trois buts à un. Après avoir raté huit matchs, l’entraîneur David Moyes lui accorde seize minutes de match contre Málaga CF. Suffisant pour inscrire l’égalisation à la 81e, mais trop long pour en sortir indemne. Agirretxe rechute. Cette fois, il doit passer par la table d’opération.

Agirretxe lors de sa conférence d’adieu [Crédits : RTVE]

Le 19 août 2017, il est autorisé à jouer huit minutes du match contre le Celta Vigo (Victoire de la Real, 3-2, ndlr). Il reste disponible pendant six matchs, participe à 28 minutes de jeu, avant de sombrer à nouveau. Cette fois, c’est sa jambe gauche qui est touchée, et plus précisément son quadriceps. Il lui faudra attendre février 2018 pour jouer à nouveau un match entier, à l’occasion de la victoire 2-0 contre Levante UD. En avril de la même année, c’est à nouveau sa cheville qui est touchée.

Agirretxe lors de sa conférence d’adieu [Crédits : Real Sociedad]

Cheville, genou, tendon… Agirretxe a collectionné les blessures aux membres inférieurs depuis cette date de décembre 2015. C’est après un nouveau claquage, en août dernier, qu’il décide de mettre définitivement fin à sa carrière sportive.

Dans les deux premières divisions espagnoles, il aura participé à 270 matchs avec la Real Sociedad, et inscrit 74 buts. Il restera un joueur respecté du football espagnol, et même du côté de l’Athletic. Le club de Bilbao a d’ailleurs souhaité le meilleur pour le futur d’Imanol, sur son compte Twitter.

Désormais, il parait fort probable que le natif d’Usurbil devienne – tôt ou tard – le premier joueur de la Real a recevoir le trophée One Club Man de la part de l’Athletic.

Jérémy
@Euskarade

Commentaires