Ávila et son golazo, KB9, un ancien du PSG et un Sisto volant : El Once de Furia Liga (2e journée)

0

La routine du championnat reprend petit à petit sa place dans nos vies. Le vendredi on allume sa télé (ou son stream russe) et on se pose devant le plus beau des championnats. Pour cette 2e journées pauvre en but, la Liga nous a tout de même régalé. Entre golazos, défenses de fer et un Français, voici notre XI en 3-43.

Vaclík (FC Séville) : Alors étincelant depuis la reprise des matchs officiels, le FC Séville de Machín cale pour la première fois. Un nul cette semaine en EL et encore un ce week-end face à Villarreal et dans le jeu la production fut faible. Un joueur a cependant été encore une fois plus que satisfaisant, Vaclík transfuge de Bâle cet été et qui a vite trouvé ses marques en Liga et en Andalousie.

Yuri (Athletic): Son transfert avait fait couler beaucoup d’encre surtout par méconnaissance de la spécificité de l’Athletic. Pour cette deuxième le latéral gauche a été très bon, utile dans la profondeur et auteur du 2-0 en étant à la reprise d’un joli centre d’Inaki ! Sauf qu’après ce but tout s’écroule, beaucoup d’actions sont venues de son côté et notamment le but égalisateur de Huesca. Match complet pour lui en somme.

Cabral (Celta) : La rédaction a choisi Cabral mais toute la défense du Celta aurait pu y être. Bien que mis à mal par les offensives régulières de Levante, les Galiciens ont tenu et n’ont jamais vraiment paniqué. Solide dans les duels surtout aériens, c’est là que le Celta n’a pas perdu son match et a pu ensuite exploiter les lacunes de Levante en contre essentiellement.

Hermoso (Espanyol) : Buteur lors de la première journée, Hermoso enchaîne avec une nouvelle performance de très haut vol face à Valence. Bien aidé par le peu d’envie mis par les hommes de Marcelino, il a été intouchable dans sa surface.

Sisto (Celta) : On le sait, le Danois aime être libre dans de grands espaces pour faire parler sa vitesse et sa science de la passe. Face à Levante, le Celta avait mis une défense à 3 donnant une grande liberté à Pione et il s’en est bien servi. Sur le premier but, il enrhume Morales et foudroie Oier. Sur le deuxième but, il donne un caviar à Maxi qui n’a plus qu’à conclure. Match XXL du danois qui masque encore les lacunes dans le jeu du Celta de Mohamed.

Zubeldia (Real Sociedad) : La Real a récité son sujet durant une grosse demi heure à Butarque menant même 2-0. Après cela les hommes de Garitano ont arrêté de jouer et se sont fait rejoindre sur le gong. Bien que buteur, ce n’est pas Illaramendi qui a crevé l’écran mais encore une fois Zubeldia omniprésent dans l’entrejeu des Basques. Partout, que ce soit à la récupération, aux duels et à la création, Igor continue sur les même bases que la saison passée et c’est très bien.

Granero (Espanyol) : Dans l’entrejeu des Pericos, l’attraction se nomme Sergi Darder et c’est bien normal. Sauf que l’homme qui est le sosie de la représentation du Christ en Occident a été exceptionnel face à Valence. Magnifique dans le jeu, Granero a également catapulté un coup franc sur la barre qui est retombé juste derrière la ligne pour ouvrir la marque. L’Espanyol de Rubí a ouvert son tableau de chasse avec Valence.

Nabil El Zhar (Leganés) : L’histoire d’El Zhar est particulière. De ses débuts en pro dans un énorme club comme Liverpool à l’explosion dans une Liga jusqu’à devenir un soldat parfait pour des petits clubs en quête de maintien. À Leganés, El Zhar est apprécié pour son caractère et adoré pour son talent. Face à la Real, alors que son club est mené 2-0, il enfile le costume du sauveur en s’offrant un doublé.

Ávila (Huesca) : Tout était mal embarqué pour Huesca. Malgré une première période intéressante, à l’heure de jeu les hommes de Franco sont menés 2-0. À San Mamés, il se murmure que la messe est dite, et bien non. Après un joli but de Miramón, vila qui vient de rentrer fait parler la poudre pour égaliser. Le score ne bougera plus et Huesca confirme que le club peut être plus que le tube d’un été.

Benzema (Real) : Le français se devait de récupérer le leadership offensif après le départ de CR. Être plus tueur et agir surtout comme un vrai 9 sur le pré. Face à Girona on a vu un KB surtout axé vers le but et ça a bien fonctionné avec un doublé. Dans le même match Bale confirme aussi qu’il a bien fait de rester au Real.

Iñaki Williams (Athletic) : Remplacer Aduriz est devenu un vrai problème du côté de l’Athletic. Le buteur légendaire voit le poids des années peser enfin sur lui et son physique est moins sûr. Iñaki était aligné logiquement en pointe. Malgré une première période compliquée, son second acte fut très bon. Sur le premier but il fait une remise de grande qualité pour offrir le but à Susaeta. Sur le but de Yuri il revient dans le secteur qui lui va si bien pour adresser ce centre que le latéral convertira en but. Malgré la fin de match compliquée pour son club, Iñaki montre bien qu’il est plus qu’un tout droit.

Commentaires