SD Huesca, taillé pour la Liga ?

0

Ils découvrent la Liga et ils se sont permis de s’offrir Eibar lors de leur première sortie en match officiel. « Ils », ce sont les joueurs et le coach du SD Huesca, club modeste, d’une petite ville qui n’était pas préparée à jouer à ce niveau. Pourtant au terme d’une saison de Segunda exceptionnelle et d’un recrutement intelligent, ce club aragonais va vivre une saison tout en haut de la pyramide du foot espagnol. Cependant une question nous brûle les lèvres, sont-ils taillés pour ça ?

Fin mai, après près de 40 journées de Segunda un club blaugrana se met à avoir des étoiles plein les yeux. Huesca, qui vient de s’offrir Lugo à l’extérieur et surtout de mettre 7 points au Sporting alors 3e bascule dans une autre dimension. L’un des plus petits budgets de D2 valide sa promotion directe en Liga deux journées avant la fin du championnat. Huesca fut un club de premier plan en Espagne au début du 20e siècle avant de disparaître durant un long moment. Devenu bien plus modeste, il avait recommencé à faire de lui quand Tebas a repris le club et quand Javier est devenu patron de la LFP par la suite. Maintenant, les azulgranas vont découvrir la Liga pour la première fois.

A lire : SD Huesca : chronique d’une montée historique en Liga

L’euphorie passée, la direction doit se mettre à travailler avec un leitmotiv : comment préparer un club à jouer le maintien en Liga alors qu’il était à peine tailler pour le maintien en Segunda ? Seul débutant à ce niveau dans les grands championnats cette saison (entendez formation à découvrir la D1 cette saison) le club a en prime perdu son guide durant l’inter-saison : le magicien Rubi s’envolant pour l’Espanyol. Le casse-tête semble compliqué à résoudre pour le club formé par des fans du Barca et qui en a même récupéré les couleurs.

Crédits : Heraldo

Mélange d’expérience et de jeunes débutants

L’été s’est pourtant relativement bien déroulé dans la petite ville de Huesca. Peuplée de moins de 60 000 places (on peut donc faire entrer littéralement la population dans plusieurs stades espagnols tout en ne les remplissant pas entièrement). La raison ? Le club avait anticipé quelque peu la montée. Loin du tumulte d’un Rayo qui recrute encore alors que le championnat a repris, Huesca a bouclé le gros de son recrutement début août. Ce bon mercato s’explique en grande partie par une réflexion amorcée depuis janvier dernier. Alors que Huesca truste seul la tête de la Segunda, les dirigeants se sont mis à coucher sur papiers deux plans. Le A : le club monte en Liga et une liste de noms est écrit pour renforcer le club, le B : le club ne monte pas mais se renforce pour rejouer la montée avec une liste de joueurs à démarcher.

« Nous avons montré que le football n’est pas que de l’argent », le président de Huesca.

Cette anticipation a permis d’amorcer des contacts très tôt et donc de permettre à Leo Franco d’avoir son groupe avant le début du championnat. Le recrutement de la formation se décompose en plusieurs parties : des jeunes à fort potentiel, des vieux briscards connaissant la Liga et revanchard et des garçons habitués aux divisions inférieures sans référence à ce niveau.

Alex Gallar en exemple

L’ailier gauche Alex Gallar permet de facilement comprendre comment Huesca à construit sa réussite et compte continuer de le faire. Déjà au club la saison passée (il a notamment ouvert le score face à Lugo lors du match qui a validé la promotion), l’ancien du Cultural Leonesa a marqué un doublé lors du premier match de Liga de sa formation pour lui offrir sa première victoire dans la division reine.

Sauf qu’Alex Gallar à déjà 26 ans, qu’il était déjà un débutant un Segunda la saison passée et est de nouveau un débutant cette saison en Liga. Rempli de talent, il a surtout fait ses classes en Tercera et Segunda B avant de gravir rapidement les échelons à l’image de Huesca. Dans le XI qui a battu Eibar ils étaient nombreux dans ce cas : Jorge Miramom, Melero notamment . Cette base de bons joueurs qui sont passés entre les filets des clubs de Liga rappellent la méthode Girona qui avait très bien fonctionnée la saison passée.

« Ceux d’entre nous qui sont arrivés sont des gens qui ont de l’expérience dans la première division et il y a eu aussi une d’autres arrivées, mais le bloc de l’année dernière demeure. » Etxeita à Mundo Deportivo.

Pour encadrer ce groupe qui découvre le haut niveau, les dirigeants de Huesca se sont mis en quête de joueurs habitués à la Liga mais pouvant les rejoindre. Des habitués à la Liga comme Luinsinho, latéral aux 112 matchs de Liga, Insua défenseur aux 74 matchs de Liga ont signé cet été . En prime, Huesca c’est offert le luxe d’avoir en prêt Etxeita, garçon aux 90 matchs de Liga et aux près de 30 matchs de coupe d’Europe. Le choix du club est claire, la ligne de 4 défensive, sur lequel va s’appuyer Leo Franco toute la saison est expérimentée et doit connaître la Liga.

A lire :“Cucho” Hernández : le successeur de Falcao joue en Segunda

En plus d’avoir gardé quasiment tous ses cadres de la saison passée, notamment Cucho LE dynamiteur offensif, avoir mis sur pied une ligne défensivement habituée à la Liga, Huesca devait se doter de joueurs offensifs capables de rivaliser en Liga. Pour se faire la logique de recrutement fut quelque peu différente. Les Aragonais ont fait des emplettes dans d’autres championnats moins cotés. Par exemple ils étaient proche de Ghobbos, avec qui ils avaient même un pré-accord mais l’offensif a finalement choisi Amiens. L’objectif est clair, étoffer l’effectif à moindre coup tout en récupérant de grands talents.

« Semedo est très fort physiquement, sans raideur, il a même joué un match en prison » Emilio Vega sur Ruben Semedo et le FC Prison à El Larguero.

Avec cette logique ils ont démarché et recruté Gurler qui est devenu le plus gros investissement du club. Serdar est un franco-truc formé en France mais ayant fait l’essentielle de sa carrière au pays d’Erdogan. L’ailier qui a été appelé il y a un an par la sélection turque est une valeur sure de SuperLig. Il a notamment dépassé la barre symbolique des 10 buts en championnat sur les deux dernières saisons. Avila déjà au club la saison passée et qui a vu son prêt être reconduit découvre la Liga après avoir régulièrement joué en D1 Argentine. On peut aussi rajouter Semedo qui arrive en prêt de Villarreal mais qui a fait sa préparation au FC Prison. Leo Franco a résumé le mercato de Huesca à AS : « nous créons un groupe de barbares ».

Leo Franco, jeunot à la tête d’un groupe cohérent

Ce groupe semble équilibré et surtout suffisant armé pour avoir son mot à dire en Liga. Cependant, l’homme à sa tête est aussi un mystère. Gardien connu en Espagne et qui a fini sa carrière à Huesca s’est assis maintenant sur le banc pour remplaçant Rubi. Sauf que c’est la première expérience de l’argentin avec cette nouvelle casquette et elle semble loin d’être aisée.

Crédits : Besoccer

Son discours semble réfléchi, sauf que sa capacité à lire les matchs ou à gérer les enchaînements de mauvais résultats est inconnue, ce qu’on a vu face à Eibar rassure un peu . Huesca était préparé, à jouer un bon football et a tenu le résultat malgré des Basques qui se sont montrés bien plus véhément en fin de match. Le contexte : petit stade, un Eibar fortement amoindri … a sûrement aidé Huesca a entré dans son championnat sans trop de pression .

« Jouer à San Mamés montre où Huesca est arrivé » Leo Franco à Mundo Deportivo.

Cette victoire a gonflé la confiance de tout un groupe et leur a permis de ne pas avoir trop d’appréhension pour la suite. Le deuxième test, face à l’Athletic à San Mames ne sera pas aussi simple mais nous en dira encore plus sur le niveau réel de la formation aragonaise. Surtout que San Mamés fait parti des stades capables d’accueillir tout en entier la ville de Huesca … La chose qui peut les rassurer est que la saison passée, aucun club promu n’est redescendu. Huesca semble taillé pour réaliser l’exploit fait par Girona de se maintenir en Liga pour leur première à ce niveau, comme Eibar et Leganes avant eux mais le foot sait être imprévisible.

Benjamin Bruchet 

@BenjaminB_13

Commentaires