El D10S, el Commandante, deux débutants : notre XI de la 1ère journée

0

 

Qui dit retour de la Liga, dit retour du Once de FuriaLiga. Pour ce premier onze de la saison 2018-2019, des artificiers, des joueurs auteurs de très bon matches et de très jolis buts. Et surtout, un 4-4-2 résolument offensif rempli de talent, car le football se joue avec 2 pointes.

Oier Olazábal (Levante) : Pour réaliser un exploit, il faut un grand gardien, et au Villamarín, Levante disposait d’un Oier de gala ! Le gardien des Granotas a rayonné dans sa surface, sortant arrêt sur arrêt pour mettre en échec le peu de situations qu’ont créées les attaquants du Betis. Oier, c’est donc huit arrêts à la clé pour lui. La démonstration des hommes de Paco a débuté dans cette surface.

Luisinho (Huesca) : Luisinho, le latéral habitué à jouer des coudes pour ne pas descendre avec le Depor devait amener son expérience et son gros caractère chez le nouveau-venu Huesca. Pour cette première sortie en Liga avec sa nouvelle liquette, le portugais a rempli sa mission. Beaucoup de tacles, des interceptions et surtout peu de fautes pour tenir parfaitement son couloir, Luisinho est déjà comme un poisson dans l’eau dans sa nouvelle demeure.

Peru Nolaskoain (Athletic) : Les Basques détiennent le secret de la création d’un super défenseur.  Chaque saison l’Athletic sort un central tout de suite au niveau, et excellent qui plus est. Cette saison, cela semble être Peru Nolaskoain. Pour sa première sortie en Liga, il a été excellent. Parfait de la tête, capable de défendre débout mais aussi de sortir des tacles si nécessaire, le beau bébé a conclu sa performance d’un très joli but. Des débuts en fanfares quoi!

Nacho (Real Madrid) : La rustine du Real a encore une fois été excellent. Positionné dans l’axe pour remplacer un Varane pas encore prêt, l’international a plus que tenu la baraque. Excellent, il a enfilé son costume de sauveur de plusieurs tacles rageurs, tout à l’anticipation. Tout comme le Real a géré son match, Nacho a géré Jorge Molina, son adversaire direct. Un excellent soldat ne déçoit jamais, et Nacho en est un magnifique.

Dani Carvajal (Real Madrid) : Si Nacho a été excellent, Carvajal a rendu une copie parfaite. Il a régulièrement apporté offensivement au point de se retrouver dans la surface pour reprendre astucieusement un ballon mal renvoyé par Soria, et faire ficelle. Le Real de Lopetegui prend forme, et encore une fois il y aura sa place.

Ever Banega (Séville) : Dans ce duel entre défense à 3, c’est la bande de Machín qui a pris le large face à celle de Míchel. La partition parfaite de l’Argentin n’y est pas étangère. Métronome au milieu il s’est amusé dans les espaces laissés par le Rayo. Tantôt avec une passe, tantôt avec un dribble, Ever a toujours été dans le bon rythme, rendant les siens intraitables.

Igor Zubeldia (Real Sociedad) : Pour cette première sortie de la Real de Garitano, on a eu droit à une partition attendue. Un bloc bien compact, qui subit mais qui sait surtout piquer en contres. Les Basques n’ont pas plus frappé que le sous marin, ils ont même moins touché le ballon, mais à la fin c’est bien eux qui ont pris les trois points. Au milieu, Zubeldia a rayonné. Parfait à la récupération, excellent dans le jeu de passe, Igor continue de régaler la Liga.

José Morales (Levante) Oier a tenu la baraque défensivement, Morales a mis son génie offensif pour permettre à Levante de réaliser un coup monumental en s’offrant le Betis au Villamarín. Son premier est un régal de contre attaque, un numéro de soliste auquel on est habitué mais qui fait toujours son petit effet. Son deuxième est un vrai but d’attaquant, de renard, de gars qui sent parfaitement les espaces et les coups. Sa partition globale est  excellente, et ça donne une victoire 3-0 pour Levante. Le commandant est toujours sur le pont.


Alex Gallar (Huesca) : Pour sa première, Huesca a été plus que dominant face à Eibar, un habitué de la Liga. Luisinho a été le symbole de la solidité du promu, Alex Gallar a été celui du talent offensif dont dispose cette équipe. Son premier but est un raid solitaire magnifique, son second est plus classique mais tout aussi beau. Huesca peut être l’une des surprises en Liga, et ce très bon match va rassurer tout le monde, ainsi qu’instaurer une dose de confiance bienvenue chez les Aragonais.

André Silva (Sevilla) : Pour sa première en tant que titulaire, le Portugais a fait les choses en grand. Six frappes et un triplé pour conclure un match plein pour lui et son équipe. Face à un Rayo qui a bien trop ouvert le jeu, les hommes de Machín se sont baladés et l’ancien du Milan a fait parler la poudre. Après une saison plus que compliqué en Italie, l’international portugais débute bien en Liga. Maintenant il faut enchaîner.

Lionel Messi (FC Barcelona) : L’Argentin a une nouvelle fois été lui-même. Au four et au moulin, Leo a distillé son football généreusement, et nous, on a pris notre pied. Même si le succès a mis un peu de temps à se profiler, la domination des Blaugranas était visible. L’ouverture du score ne semblait n’être qu’une question de temps. El D10s a beau avoir trouvé deux fois les poteaux, il y est quand même allé de sa banderille habituelle. À la suite d’un coup franc malicieux, il a fait exploser son banc ainsi que le Camp Nou, malgré le vide apparent. La Pulga finit le match sur un doublé et une prestation historique, car après avoir marqué le but n°5000 du Barça en Liga, il a marqué le n°6000. Pourtant, on a l’habitude avec lui. Il n’est pas humain, il est le football.

Commentaires