SD Éibar 2018-2019

0

Fondation : 1940

Stade : Ipurua (7.000 places)

Hymne

En Espagne, Éibar c’est :

  • L’un des clubs espagnols les mieux gérés
  • Une présidente élue par des socios
  • Le plus petit stade de Liga

Présidente : Amaia Gorostiza

Classement 2016-2017 : 10e

Entraîneur : José Luis Mendilibar (56 ans, ESP)

Un temps, José Luis Mendilibar a envisagé de partir avant finalement de continuer à Éibar. Le tacticien basque a réalisé de grandes choses à Ipurua et son sérieux a permis aux Armeros de s’extirper d’un mauvais pas en début de saison dernière. Le coach sait s’adapter aux difficultés et son expérience sera un indéniable avantage pour l’exercice 2018-2019 car le club s’est déplumé cet été. Une mission à sa mesure.

L’équipe

Après un départ très inquiétant, Éibar a sauvé sa place en Liga et a même envisagé une qualification en Ligue Europa. La prime à la continuité. Or, si José Luis Mendilibar a décidé de poursuivre son mandat chez les Armeros, le mercato a été très compliqué pour les Basques. Takashi Inui, Ander Capa, Iván Alejo et le capitaine Dani García ont quitté Ipurua et leur remplacement est épineux, même si le XI-type ressemble au 3/4 de ce qu’on a pu voir depuis 2 ans. Mais que l’on ne s’y trompe pas : c’est un nouveau cycle qui s’initie, pour ne pas dire un saut dans l’inconnu. Fort heureusement, le club a -pour le moment- conservé sa charnière Iván Ramis-Arnaitz Arbilla et son gardien Marko Dmitrovic. Blessés de longue durée, Pedro León et Sergi Enrich font figure de recrues revanchardes.

 

 

Le joueur à suivre : Sergi Enrich (28 ans, ESP)

Il était l’un des buteurs les plus suivis à cette même période l’an dernier mais une sale blessure au genou a coupé la courbe de progression de l’attaquant. Successeur de Borja Bastón en pointe, Enrich avait fait parler son sens du but et du combat avant que son physique ne le lâche. Cette saison 2018-2019 doit marquer le retour du Baléare. On le sait capable de planter plus de 10 buts par saison. De son rendement dépendra la survie d’Éibar.

Le canterano à suivre : aucun

Contrairement à ses voisins de l’Athletic, de la Real Sociedad et même d’Alavés, Éibar n’est pas encore réputé pour sa politique de formation. La raison réside sans doute dans le fait que le club est trop jeune à ce niveau de la compétition pour pouvoir lutter face aux politiques de captation des rivaux. Arrivé à 13 ans chez les Armeros, Ander Capa est certainement la plus belle réussite en la matière mais il a finalement rejoint l’Athletic dont il a porté le maillot entre 2002 et 2005. A l’heure actuelle, Éibar peut espérer récupérer des joueurs des alentours qui n’ont pas franchi le cut. C’était le cas notamment de Dani García qui avait dû quitter la Real Sociedad pour gagner du temps de jeu en Segunda B.

L’effectif

Gardiens : Yoel Rodríguez (ESP), Asier Riesgo (ESP), Marko Dmitrovic (SER)

Défenseurs : Alejandro Gálvez (ESP), Iván Ramis (ESP), Anaitz Arbilla (ESP), Paulo Oliveira (POR), José Ángel « Cote » (ESP), Jordi Cavalera (ESP), Pedro Bigas (ESP)

Milieux : Gonzalo Escalante (ARG), Rubén Peña (ESP), Pedro León (ESP), Joan Jordán (ESP), Pere Milla (ESP), Fabián Orellana (CHI), Pablo Hervías (ESP), Pape Diop, Sergio Álvarez (ESP)

Attaquants : Sergi Enrich (ESP), Kike García (ESP), Charles (BRE), Bebé (POR), Marc Cardona (ESP)

 

Commentaires