Real Sociedad 2018/2019

0

Fondation : 1909

Estadio de Anoeta (42’000 places à partir de 2019)

Hymne

En Espagne, la Real Sociedad c’est : 

  • 2 Ligas, en 1981 et 1982
  • 2 Copas del Rey, en 1909 et 1987
  • le club avec lequel Raynald Denoueix a failli être champion en 2003
  • le plus grand représentant du Pays-Basque en Liga, avec l’Athletic Bilbao

Président : Jokin Aperribay

Classement 2017-2018 : 12e

L’équipe

La saison passée, la Real Sociedad a déçu. Alors qu’elle avait pour ambition d’accrocher l’Europe, en vue de confirmer les progrès effectués lors de l’année précédente, elle a fini sur une douzième place impropre des joueurs de son effectif. Alors, pour initier un nouveau cycle, c’est Asier Garitano qui a été appelé à la barre cet été. De cette façon, l’homme aux miracles accomplis avec Leganés continue son ascension sur les bancs de touche, tandis que la Real récupère un entraîneur de valeur sûre, à même de la remettre sur les bons rails.

Dans le jeu, il y a fort à parier que les deux parties vont devoir faire un pas vers l’autre. Les joueurs habitués aux sorties de balle propres, à la multiplication des passes en camp adverse et au contrôle du rythme du match pourraient bien voir leur football agrémenté de quelques artifices propres à leur nouvel entraîneur. À Leganés, conscient de l’infériorité individuelle de ses joueurs, il avait formé une équipe capable de défendre autant bas qu’à mi-hauteur, dans le but de gêner l’adversaire le plus possible. Le ballon récupéré, il s’agissait de donner une bonne première passe et de trouver la profondeur sans coup férir. Difficile d’imaginer une proposition semblable à San Sebastián, tant les joueurs de l’effectif sont de bons manieurs de ballons. En revanche, on peut imaginer qu’ils incorporeront dans leur arsenal de telles manœuvres.

À noter que l’adjoint de Garitano sera Rúben de la Barrera, l’ancien coach de la Cultural Leonesa. Âgé de 33 ans, il avait mené les siens en deuxième division, avant de se faire reléguer la saison passée. Pourtant, le football prôné par son équipe, un jeu de position agréable à voir bien que limité, avait été salué par une grande partie de l’opinion publique. Ayant choisi de continuer son apprentissage, il sera intéressant de voir comment fonctionnera le tandem avec Garitano, bien différent de lui sur le plan des idées footballistiques.

Entraîneur : Asier Garitano (48 ans, ESP).

Le technicien basque connaît le football espagnol de long en large. Il l’a découvert en tant que joueur, au long d’une carrière de 14 ans qui l’a amené du Pays basque à l’Andalousie en passant par la Galice, puis en tant qu’entraîneur depuis 2008. Les divisions inférieures, il les a écumées et c’est à leur contact qu’il est devenu l’entraîneur qu’il est aujourd’hui. La consécration est venue à Leganés, qu’il a fait monter de Segunda B en Liga, maintenant les Pepineros au plus haut niveau deux saisons durant. On aurait pensé qu’il irait entraîner l’Athletic, enfant du club qu’il est, finalement, c’est chez le voisin de la Real qu’il signe son retour au pays.

Le joueur à suivre : Mikel Merino (22 ans, ESP)

Depuis que la promesse basque a quitté Osasuna pour Dortmund en 2016, la vie à l’étranger s’est avérée plutôt difficile. Dès lors, on a entendu les rumeurs se multiplier quant à un retour en Espagne. Après une saison somme toute correcte à Newcastle sous les ordres de Rafa Benítez, le retour du milieu de terrain a été acté.

À la Real Sociedad, Mikel Merino devrait s’épanouir à nouveau. Son équipe aura besoin de sa première qualité : la passe. Révélée à Osasuna, perfectionnée à Dortmund avec Tuchel, verticalisée à Newcastle, cette arme fera grand bien aux txuri-urdin à l’heure de trouver Oyarzabal, Januzaj ou Willian José. Des passes qui cassent les lignes dans le camp adverse, voilà ce qui avait manqué à la Real la saison passée.

Le canterano à suivre : Jon Bautista (23 ans, ESP)

Jon Bautista n’est pas inconnu au bataillon. À 23 ans, il entame sa troisième saison sous les couleurs de la Real. En 27 matches de Liga, il a marqué cinq fois. Loin d’être mauvais pour un joueur qui a dû se contenter de bouts de matches épars, il est désormais attendu à un niveau supérieur. Derrière Willian José dans la hiérarchie des attaquants, txuri-urdin, Agirrexte étant encore blessé, c’est le moment où jamais. Il devra faire en sorte de gratter le maximum de minutes et tenter d’apporter quelques buts aux siens. D’une part, il en a besoin personnellement, d’autre part, la Real a besoin de buts que Willian José ne peut pas lui apporter à lui tout seul.

Gardiens : Gerónimo Rulli (ARG), Miguel Ángel Moyà (ESP).

Défenseurs : Héctor Moreno (MEX), Raúl Navas (ESP), Diego Llorente (ESP), Kevin Rodrigues (FRA), Alberto De la Bella (ESP), Héctor Hernández (ESP), Joseba Zaldua (ESP), Andoni Gorosabel (ESP), Théo Hernández (ESP).

Milieux : Asier Illarramendi (ESP), Mikel Merino (ESP), Rubén Pardo (ESP), Igor Zubeldia (ESP), David Zurutuza (FRA), Ander Guevara (ESP), Luca Sangalli (ESP), Eneko Capilla (ESP)

Attaquants : Mikel Oyarzabal (ESP), Adnan Januzaj (BEL), Juanmi (ESP), David Concha, Willian José (BRe), Jon Bautista (ESP), Imanol Agirretxe (ESP).

Commentaires