Real Betis Balompié 2018-2019

0

 

Fondation : 1907

Stade : Benito Villamarín (60.000 places)

 

Hymne

En Espagne, le Betis c’est : 

  • 50.000 abonnés
  • Joaquín « Hulio » Sánchez
  • Denilson le transfert le plus cher de l’Histoire

Président : Ángel Haro

Classement 2017-2018 : 6e

Entraîneur : Quique Setién (59 ans, ESP)

Il avait séduit avec Las Palmas, il a confirmé avec le Betis. L’ancien joueur de l’Atlético, passionné d’échecs, Quique Setién est l’un des entraîneurs les plus cotés de Liga. Toujours désireux de développer un jeu séduisant et cohérent, le Cantabrique a prouvé qu’il pouvait appliquer sa méthode chez un grand d’Espagne. Cependant, en dépit de beaux résultats, il ne faut pas oublier que les équipes de Setién ont tendance à ne disputer qu’une moitié de saison. Son objectif en 2018-2019 est donc de performer toute l’année. Avec un effectif renforcé et une base identique, le Betis peut faire très mal avec son tacticien.

L’équipe

Cela faisait une éternité qu’on attendait le retour au premier plan du Betis. Après une série de mauvais choix qui ont plombé les Verdiblancos, la saison 2017-2018 a été une réussite, non seulement au niveau du classement avec une qualification pour la Ligue Europa, mais aussi sur le plan du jeu. Si Quique Setién a tâtonné lors de la phase aller, son équipe a véritablement pris son envol à partir de janvier, alors même que son avenir était encore flou. L’arrivée de Marc Bartra a constitué un point d’inflexion dans la saison du club d’Héliopolis. Avec une défense stabilisée malgré la grave blessure de Zou Feddal, le Betis a ravi les amateurs de beau jeu. Forcément, les attentes sont élevées car les Andalous doivent confirmer. Avec un mercato intelligent (Pau López, Takashi Inui et Sergio Canales sont arrivés libres), les Béticos ont fait de bonnes affaires à moindre coût. Et avec plus de 50.000 abonnés, le Villamarín est prêt à rugir !

 

Le joueur à suivre : Takashi Inui (30 ans, JAP)

Après 3 saisons à Éibar, Takashi Inui a quitté le Pays Basque pour rallier l’Andalousie. Excellent sous les ordres de José Luis Mendilibar, le Japonais franchit un cap en signant dans un club à la forte pression populaire. Ambassadeur de son pays en Espagne, Inui est dans la forme de sa vie, comme en témoigne son Mondial de très haute qualité. Même s’il ne maîtrise pas la langue de Cervantes et que Joaquín prend un malin plaisir à lui apprendre les bases des terminologies andalouses, Inui a tout de la bonne pioche pour le Betis qui sera présent sur les trois tableaux.

Le canterano à suivre : Loren Morón (24 ans, ESP)

Il est sorti de nulle part la saison dernière mais il a marqué la phase retour du Betis. En pleine lumière à 24 ans, Loren a profité de la confiance de Quique Setién pour se faire une place de titulaire en attaque. Cette saison doit être celle de la confirmation. Les ambitions sont affichées même s’il ne faut pas oublier qu’Alex Alegría, le dernier canterano à avoir brillé en attaque, n’a pas pu supporter la pression mise sur ses épaules. Pour Loren, le plus dur commence mais il est acquis qu’il aura du temps de jeu pour démontrer que ses 6 derniers mois ne devaient rien au hasard.

L’effectif

Gardiens : Pau López (ESP), Joel Robles (ESP)

Défenseurs : Antonio Barragán (ESP), Alin Tosca (ROM), Aissa Mandi (ALG), Zouhair Feddal (MAR), Marca Bartra (ESP), Sidnei (BRE), Junior Firpo (DOM), Francis (ESP)

Milieux : Ryad Boudebouz (ALG), Javi García (ESP), Andrés Guardado (MEX), Cristian Tello (ESP), Sergio Canales (ESP), Takashi Inui (JAP), William Carvalho (POR), Darko Brasanac (SRB)

Attaquants : Joaquín Sánchez (ESP), Sergio Léon (ESP), Arnaldo Sanabria (PAR), Loren Morón (ESP), Álex Alegría (ESP), Juanjo Narváez (COL).

Commentaires