Getafe CF 2018-2019

0

Image associée

Fondation : 1983

Coliseum Alfonso Pérez (17.000 places)

Hymne

En Espagne, Getafe c’est  :

  • Un quart de finale en Coupe UEFA (2007-2008) avec Michael Laudrup sur le banc et une élimination dans les dernières secondes de la prolongation par le Bayern (1-1 ; 3-3)
  • Double finaliste de la Coupe du Roi en 2007 et 2008.
  • Un stade qui sonne très souvent tristement creux.

Président : Ángel Torres

Classement 2017-2018 : 8e

Entraîneur : José Bordalás (54 ans, ESP)

Son Getafe a impressionné la saison dernière, sa première en tant qu’entraîneur dans l’élite du football espagnol après une belle carrière en deuxième division. Entraîneur qui donne un style pour le moins rugueux à ses formations, le schéma de Pepe Bordalás est clair : on cherche avant tout à sécuriser derrière, et une fois que c’est fait, on cavale vers l’avant et on cherche à trouver les références offensives rapidement. Et contrairement à ce qu’on pourrait penser, les attaquants se régalent avec ce système, Jorge Molina ou Angel Rodriguez pourront en témoigner. Bordalás fait aussi partie de ces tacticiens capable de tirer le meilleur de chaque joueur, et cet été, ses dirigeants lui ont fait quelques beaux cadeaux, à l’image du pichichi de la dernière édition de Segunda, Jaime Mata, ou d’Ivan Alejo. Pas de doutes, les Azulones seront encore sacrément compliqués à négocier cette saison.

L’équipe 

Depuis quelques saisons, Getafe est un club qui se remet la tête à l’endroit. Si la formation madrilène a longtemps été une sorte d’antichambre des échecs ou un tremplin pour des joueurs à la relance, la balance s’est équilibrée et Getafe devient une formation où les talents à polir ou de seconde zone peuvent faire un saut. Preuve de cette politique fleurissante, Getafe a dépensé comme jamais en claquant 15 millions d’euros cet été afin de combler la grosse dizaine de départs que l’effectif a connu ains que rajeunir ses rangs et faire un bond qualitatif. Parmi les pertes notables, on note celle du portier Guaita, Loic Rémy, ou le toujours très utile Fajr. Dans le sens inverse, Getafe a ramené Mata (libre), meilleur buteur de Segunda, rapatrié définitivement son latéral gauche Antunes, et a signé des joueurs pour figurer dans le top 10 de la Liga : les gardiens Chichizola et Soria, l’ailier d’Eibar Ivan Alejo, le défenseur de Málaga Ignasi Miquel et le milieu relayeur serbe de Valence, Maksimovic.

De nombreux mouvements qui devront se greffer à ce Geta au onze plutôt séduisant et qui aura finalement réussi à conserver -pour l’instant-, son playmaker Gaku Shibasaki, la révélation Djéné (il devrait quand même partir) et son coach José Bordalás. Huitièmes à trois points de l’Europe l’an passé, Getafe souhaite surtout pérenniser sa politique actuelle et assurer durablement sa place en Liga, sans s’imaginer plus beau qu’il n’est. Dans son histoire, Getafe n’a pas fait mieux que la 6e place. Voilà pourquoi l’exercice 2017-2018 est une source d’espoir pour avancer.

Le joueur à suivre : Jaime Mata (29 ans, ESP)

L’an passé, Furia Liga avait coché le nom de Gaku Shibasaki comme perle à suivre. Après ce probant pronostic, c’est Mata qui apparaît dans la rubrique. Une évidence vu la saison réalisée par le buteur de Valladolid l’an passé. Avec 35 buts claqués en Segunda, l’attaquant avait l’embarras du choix au moment de choisir sa destination (Séville et Villarreal étaient sur le coup). Pourtant, à 29 ans, cet ancien pensionnaire de Girona doit rattraper le temps perdu et n’a pas choisi une écurie capable de lui donner un contrat plus juteux. Joueur de surface qui sent bien les coups, pas franchement impressionnant balle au pied, Mata va animer le système à deux pointes de José Bordalás, en compagnie d’Angel Rodriguez, du vétéran Jorge Molina ou du revenant Sergi Guardiola. Ce dernier, passé par Getafe en 2012, est prêté au club azulón avec une option d’achat de 10 millions d’euros. Bombe à retardement ou simple feu de paille, on sera vite fixé au sujet de Jaime Mata.

Le canterano à suivre : Hugo DUro (18 ans)

Club au moyens modestes, Getafe n’a pas l’habitude de s’appuyer sur son centre de formation. Un fait symbolisé en mai dernier par un événement historique intervenu à l’occasion de la 36e journée. À l’occasion d’une victoire sur la pelouse de Las Palmas (0-1), Getafe avait aligné pour la première fois de sa jeune histoire trois éléments formé à la maison (Barri, Alba, Alberto Redondo). Pour autant, cette nouvelle saison a vu Getafe recruter dans des proportions plus grandes qu’à l’accoutumée. Par le passé, Getafe piochait justement dans les réserves voisines des éléments à terminer en post formation. On mettra quand même en avant le nom d’Hugo Duro. Ce frêle attaquant de 18 ans, encore entré en jeu lors du dernier match de préparation et auteur de 5 apparitions l’an passé, plaît à Bordalás.

L’effectif 

Gardiens : Leandro Chichizola (BRE), David Soria (ESP), Rubén Yáñez (ESP).

Défenseurs : Vitorino Antunes (POR), Dakonam Djené (TOG), Bruno González (ESP), Oswaldo Alanis (MEX), Damián Suárez (URU), Ignasi Miquel (ESP), Leandro Cabrera (URU).

Milieux : Mauro Arrambarri (URU), Markel Bergara (ESP)Nemanja Maksimovic (SER), Gaku Shibasaki (JAP), Francisco Portillo (ESP), Robert Ibañez (ESP), Iván Alejo (ESP), Álvaro Jiménez (ESP)

Attaquants : , Jorge Molina (ESP), Ángel Rodríguez (ESP), Jaime Mata (ESP), Amath Ndiaye (SEN), Sergi Guardiola (ESP).

Commentaires