Athletic : Vente de Laporte, de l’argent parfaitement géré

0
32

Le transfert d’Aymeric Laporte, en janvier 2018, avait fait grand bruit. Six mois plus tard, nous ne pouvons qu’observer que l’argent de ce transfert a été parfaitement géré. D’autant qu’il a aussi profité en dehors de Bilbao. 

Ce 30 janvier, veille de la fermeture du mercato hivernal, une bombe – précédemment annoncée – éclate à Bilbao. ETA* ? Non. L’organisation a abandonné les armes en 2011.
Il s’agit d’Aymeric Laporte, le défenseur de 23 ans de l’Athletic Club. L’explosif provient d’Angleterre, et plus précisément de Manchester.

* : (Euskadi Ta Askatasuna, ancienne organisation séparatiste basque, ndlr) 

En effet, c’est le service communication de Manchester City qui officialise l’arrivée du rojiblanco. La presse spécialisée s’emballe et parle d’un transfert de 70 millions d’euros. En réalité, il semblerait qu’il soit 5 millions d’euros moins élevé.

Laporte à l’Athletic, en 2017 [Crédits : Ghanasoccernet]

Ce sont donc environ 65 millions d’euros qui viennent dans la boite aux lettres du n°23 de l’avenue Alameda Mazarredo de Bilbao. Bien entendu, le siège social de l’Athletic est équipé pour les recevoir. D’autant que seule la moitié de cette somme va prolonger son séjour ici. Nous y reviendrons.

Laporte sauve son club formateur…

Connaissez-vous la règle de la FIFA, permettant aux clubs ayant formé un joueur âgé de 16 à 23 ans, de percevoir une partie de la somme de son ou ses transfert(s) ?

Avec ceci, un club doit toucher 0,25% – multiplié par le nombre d’années où le joueur a évolué ici – du montant du transfert, si ce joueur était âgé de 12 à 15 ans. Ce pourcentage passe à 0,5% lorsque le joueur est âgé de 16 à 23 ans.

C’est grâce à ces indemnités que le club du Sporting Union d’Agen va sortir de sa crise. Natif de cette ville, Aymeric Laporte a été formé pendant quatre ans à Agen, jusqu’à ses 15 ans. Le SU Agen s’en tire finalement avec une belle somme, 650 000 euros (0,25% du montant du transfert, multiplié par les quatre ans). Cet argent permet au club de remonter financièrement à la surface. À Agen, les dettes s’empilent depuis plus de cinq ans, les trois récentes relégations n’aidant pas à faire des bénéfices.

On dit qu’un grand joueur n’oublie pas d’où il vient, ni où il a été formé. C’est bien le cas d’Aymeric Laporte, qui a toujours parlé avec respect de ceux qui l’ont formé plus jeune. Ses belles saisons en Liga ont aussi permis à son entraineur agenais de passer sur Téléfoot. En janvier, Laporte a offert bien plus qu’un passage à la télé. Il a sûrement sauvé son premier club formateur d’une faillite presque certaine.

…Et fait profiter son premier club basque

Un second club profite aussi de la vente de l’ancien défenseur de l’Athletic. Il s’agit de l’Aviron Bayonnais. Connu pour son rugby, plus que pour son football, il est cependant un centre de formation très prisé des recruteurs du Pays Basque Sud.

Laporte à son arrivée à Bilbao, en 2011 [Crédits : Sud Ouest]

C’est donc après une saison à Bayonne qu’Aymeric Laporte a rejoint le Lezama. À 16 ans, il découvre un centre de formation reconnu à l’international, et qui peut lui permettre d’espérer un jour une place dans l’équipe première. C’est d’ailleurs ce qui arriva, deux ans plus tard.

La seule saison d’Aymeric Laporte au sein de l’Aviron Bayonnais va permettre à ce club de recevoir la moitié de la somme perçue par le SU Agen. En effet, les 16 ans du défenseur font que le pourcentage des Bayonnais passe à 0,5% en cas de vente.

Ce sont donc 325 000 euros qui sont offerts par l’Athletic à son partenaire du Pays Basque Nord.

Un remplaçant signé le jour même

Les plus doués en mathématiques auront remarqué que les indemnités devant être versées par l’Athletic aux clubs ayant formé Laporte ne dépassent pas 1 million. Pourtant, nous parlions de 32 millions d’euros (la moitié de la vente de Laporte) ne restant pas à Bilbao.

Vous l’aurez compris, cette somme n’est pas destinée à indemniser d’autres équipes. Il s’agit d’un transfert, d’une nouvelle recrue.

Quelques heures après l’annonce du départ de Laporte, un nouveau défenseur central rejoint les rangs de l’Athletic. Beaucoup pensaient que remplacer le Français par un joueur d’un niveau proche serait impossible. C’est pourtant ce que Josu Urrutia (président de l’Athletic, ndlr) est parvenu à faire.

Laporte sur Téléfoot [Crédits : MyTF1]

Ce 30 janvier, l’international espagnol Iñigo Martinez signe à l’Athletic. L’ancien de la Real Sociedad, le rival historique, remplace donc Laporte. Le tout pour la somme de 32 millions d’euros. Les supporters bilbayens sont fous… de joie. Leur club parvient à recruter un joueur dont ils connaissent les capacités. Mais surtout, ce joueur provient de l’équipe rivale.

Le montant de ce transfert est tout aussi important. En effet, la moitié de l’argent obtenu avec la vente de Laporte est utilisée. Ce qui fait que l’autre moitié est toujours à Bilbao. Recrutement, améliorations des équipements, économie… Les socios ont chacun leur petite idée de ce qui doit être fait de la moitié restante.

Le PSG, club qui a fixé l’utilisation des 32 millions restants

Qui aurait pensé que le Paris Saint-Germain fixerait l’utilisation de l’argent restant ? À vrai dire, quelques personnes. En effet, il semblerait que cela fait plusieurs années que l’Athletic s‘intéresse à un certain Yuri Berchiche.

D’autant que ce latéral gauche était encore dans le centre de formation de l’Athletic il y a une dizaine d’années. Avant d’y revenir, le 2 juillet dernier.

Plusieurs raisons sont à l’origine de la réussite de ce transfert. La première concerne l’entraineur du PSG. Pendant sa seule saison à Paris, Yuri était sous l’autorité d’un autre Basque, Unai Emery. Comptant sur lui, il a permis au joueur d’avoir du temps de jeu. Mais l’arrivée de Tuchel compromet les choses. D’après plusieurs médias locaux, cet entraineur ne compte pas sur les services de Berchiche et ne s’est donc pas opposé à sa vente.

Laporte en Équipe de France [Crédits : Le Parisien]

La seconde raison nous renvoi à nouveau au monde financier, plus particulièrement au fair-play. L’UEFA avait demandé au club parisien d’avoir vendu pour au moins 40 millions d’euros, avant le 30 juin. Avec les départs d’Odsonne Eduard au Celtic FC pour 10 millions, et celui de Pastore à la Roma pour 24 millions, le PSG n’y était pas encore.

L’intérêt prononcé de l’Athletic pour Yuri est donc une aubaine pour le PSG. D’autant que le club basque a accepté de monter à 24 millions d’euros pour ce joueur (bonus compris). Les Parisiens avaient dépensé 16 millions (bonus compris) pour le prendre à la Real Sociedad l’année dernière.

D’autres transferts mais pas avec les mêmes sous

Six autres millions d’euros ont été utilisés par l’Athletic en transfert. Trois pour Ander Capa (ancien arrière droit du SD Eibar) et un pour Cristian Ganea (ancien défenseur gauche du FC Viitorul). Mais ces deux transferts ont été réalisés avant la vente de Laporte.

Avec un calcul simple et arrondi, nous pouvons nous rendre compte que l’argent de la vente de Laporte a été très bien utilisé (en millions) :

65 (vente de Laporte) – 1 (indemnisations clubs) – 32 (achat de Martinez) – 24 (achat de Berchiche) = 8

Laporte à City [Crédits : SUNU FOOT]

Nous constatons donc qu’il reste 8 millions d’euros de la vente d’Aymeric Laporte, après remplacement du joueur et indemnisation des clubs formateurs. Si le montant de la vente de Laporte est de 70 millions, comme l’ont affirmé certains médias, cette différence passe à 12 millions d’euros de bénéfices.

Aymeric Laporte a donc quitté l’Athletic en lui laissant au moins 65 millions d’euros, et en sauvant son club formateur de la faillite. Un départ de toute beauté non ?

Jérémy
@Euskarade

Commentaires