Isco

0

Francisco « Isco » Alarcón 

Poste : Milieu de terrain
Âge : 26 ans
Lieu de naissance : Benalmádena (Andalousie)
Club 2017-18 : Real Madrid
28 sélections. 1re sélection : 6 février 2013

Palmarès 

Espagne : Euro U21 (2013)

Real Madrid : Ligue des Champions (2014, 2016, 2017, 2018), SuperCoupe d’Europe (2014, 2016, 2017), Mundialito (2014, 2016, 2017), Liga (2017), Copa del Rey (2014)

 

 

 

 

L’école de la rue

Avec le Real, comme en sélection, Francisco Román Alarcón Suárez, alias Isco, éblouit tous les amoureux du ballon rond. Véritable virtuose, il ne joue pas au football, il l’incarne. Sur un terrain il danse avec la balle, la caresse avec grâce, la manie et l’anime sans jamais l’agresser. Mais comme tout surdoué, il a parfois rencontré -et rencontre encore- des difficultés pour atteindre le sommet.  Dès ses premiers pas, son plus fidèle compagnon devient son ballon. Son talent, il le cultive pendant des heures Plaza de Las Flores, dans son quartier d’Arroyo de la Miel à Benalmádena. Cette école de la rue, il la gardera toujours en lui. Précoce, il rejoint à 5 ans l’école de foot Patronato Deportivo Municipal. Lors de sa première saison, Isco mène son équipe à remporter le championnat inter-provincial, en battant en finale Malaga 7-1.

Ici, nous commençons à accepter les enfants à partir de six ans, mais le génie et la confiance en soi d’Isco avait déjà fait de lui un garçon spécial. À 5 ans, il avait des qualités bien au-dessus de la moyenne. C’était un joueur de la rue. Son intelligence et son talent nous ont vite fait comprendre que nous avions un footballeur différent entre les mains, un de ceux pour lesquels on paye pour le voir jouer. Nous avions une grande équipe, mais en réalité nous avons gagné le championnat grâce à lui«  Juan Bañasco, premier entraîneur d’Isco, à ABC.

Deux ans plus tard il rejoint l’Atlético Benamiel où il reste jusqu’à 14 ans. Un passage important dans sa carrière, où il développe ses qualités techniques et son repli défensif. « Non seulement c’était le meilleur techniquement, mais c’était aussi celui qui courait le plus. Avec Isco nous étions invincibles. » raconte José Enrique García, son entraîneur de l’époque.

Un talent unique et un physique atypique 

Le crack passe au niveau supérieur en 2006, et intègre le centre de formation de Valence. Gentiment surnommé el gordo (le gros), Isco continue à gravir les échelons et marquer les esprits par son talent unique. Unai Emery, coach des Chés à l’époque, lui offre une chance en novembre 2010, face à l’UD Logroñés en Copa del Rey. L’Andalou s’offre un doublé pour sa première titularisation en pro avec Valence. Pourtant son physique atypique et sa tendance à grossir, malgré ses nombreux régimes, lui ferment les portes du plus haut niveau. Jugé « trop gros » par Emery, Isco ne percera pas à Valence.

Crédits : 1001greatgoals

L’explosion et le haut niveau

Avant de rejoindre le Real Madrid, c’est à Malaga qu’Isco explose aux yeux de tous. À 19 ans il retourne dans son Andalousie natale. Sous Manuel Pellegrini, Isco laisse libre cours à son talent, électron libre et meneur de jeu il brille enfin. 18 septembre 2012, il inscrit son premier doublé en Ligue des Champions face au Zénith Saint-Pétersbourg. Lors de cette saison 2012-2013 il participe au succès de Malaga, avec 12 buts et 6 passes décisives tcc. Suite à ça, Francisco signe au Real Madrid le 27 juin 2013. Il y découvre les joies et difficultés du très haut niveau. Titulaire discutable il doit gérer les changements tactiques, d’entraîneur et la concurrence.

Les aléas avec la Roja

En sélection espagnole avec les jeunes, Isco flambe. En 2009 il termine 3ème de la Coupe du monde U17 au Nigéria et inscrit 3 buts. Il participe à la Coupe du Monde -20 en 2011 et aux JO d’été 2012. La victoire il la connait finalement le 18 juin 2013, lorsqu’il devient champion d’Europe Espoirs avec la Rojita. Isco est l’auteur de 3 buts lors de cette compétition dont un en finale face à l’Italie (4-2). De bons débuts qui se compliquent avec la Roja. Il reçoit sa première sélection en février 2013 mais ne joue son premier match que le 15 octobre suivant contre la Géorgie.

Absent du Mondial 2014 au Brésil et de l’Euro 2016 en France, Isco va jouer en Russie sa première grande compétition sous le maillot de la Roja. Devenu l’un des éléments clés de cette sélection espagnole, Isco participe à l’obtention de la 1ère place lors des éliminatoires. Il a crucifié l’Italie d’un doublé en septembre dernier, dans son aire de jeu habituel : le Bernabéu. Flamboyant avec la Roja, il s’est de nouveau illustré le 27 mars dernier au Metropolitano face à l’Argentine en amical. La Magia avait inscrit le premier triplé de sa carrière et montrait à son sélectionneur de l’époque, Lopetegui, qu’il était fin prêt pour le Mondial en Russie. À lui aujourd’hui de prouver et de répondre aux nombreuses attentes qu’ont les espagnols à son égard.

Chloé Girardin

@ChloeWest_

Commentaires