Álvaro Odriozola

0

Álvaro Odriozola

Poste: Latéral droit
Âge : 22 ans
Lieu de naissance : San Sebastián (Pays Basque)
Club 2017-18 : Real Sociedad
4 sélections. 1re sélection : 6 octobre 2017

 

 

 

 

 

 

 

 

La blessure de Dani Carvajal l’a propulsé sur le terrain du Rico Pérez d’Alicante en octobre dernier. En club c’est aussi il a aussi profité de blessures de coéquipiers pour saisir sa chance. Le Donostiarra a fait ses grands débuts avec le maillot txuri-urdin le 16 janvier 2017 à Málaga pour prendre la place de Zaldua, aujourd’hui à Leganés, et Carlos Martinez tous les deux blessés. Ses prestations en Liga pourraient justement lui permettre de retrouver Dani Carvajal mais en club alors que le Real Madrid est intéressé par son profil depuis quelques mois maintenant.

Un an et demi, voilà ce dont a eu besoin le latéral de 22 ans pour passer de troisième division à un Mondial de football. Comme souvent pour les latéraux espagnols Odriozola est plus offensif qu’autre chose. À la Jordi Alba, il se caractérise par ses montées, il commence d’ailleurs toujours les actions très haut sur le terrain. Il a très vite assimilé le jeu de l’Espagne face aux sélections regroupées qui veut garder le ballon et attend les appels de rupture des latéraux. C’est là que le petit txuri-urdin excelle, son sens du jeu et sa fougue lui permettent d’étirer les blocs adverses pour libérer ses partenaires qui plongent dans le dos de la défense. Sa qualité de centres, qui lui a notamment permis de délivrer huit passes décisives en 50 matches de Liga, est un atout supplémentaire pour la Roja. Même s’il a encore plusieurs carences défensives à gommer, Odriozola est déjà aujourd’hui un chainon qui s’ajuste à la perfection dans le style prôné par Julen Lopetegui. À Krasnodar, le latéral de la Real sera bien entouré avec les Kepa, Saúl ou encore Marco Asensio, eux aussi finalistes de l’Euro U21 2017 en Pologne sous Celades.

Playa, larmes et chevaux

« J’étais invité à deux ou trois mariages cet été, mais j’ai la chance de ne pas pouvoir y aller » souriait Odriozola dans ABC au début du mois quand il a su qu’il serait le premier Realista à disputer une Coupe du Monde depuis 2002 (De Pedro). La carrière du joueur de 22 ans s’est lancée à une vitesse quasiment aussi fulgurante que la sienne (il fait partie des joueurs les plus rapides d’Europe avec des pointes à 35 km/h, ndlr). Dans le football moderne les latéraux sont de plus en plus des ailiers reconvertis, comme lui, même s’il n’a pas vraiment apprécié sa première en club sur un terrain. « Lors de mon premier entrainement à Aldapeta (son premier club à l’école du même nom), l’entraineur Iñigo Caminaur – aujourd’hui secrétaire technique de la Real – nous regardait un peu jouer avant de nous désigner un poste. Moi j’ai dit à Luca Sangalli ‘’tu vas voir je vais jouer attaquant’’ et puis il m’a placé en défense et j’ai commencé à pleurer parce que je ne voulais pas jouer défenseur ». Aujourd’hui l’Espagne remercie Monsieur Caminaur d’avoir pris cette difficile décision que le jeune de l’Aldapeta a eu du mal à encaisser.

Crédit : Mundo Deportivo

Aldapeta est d’ailleurs marqué dans la vie de cet amateur des courses de chevaux. Odriozola et très attaché à sa ville de Saint-Sébastien lui qui a très souvent défilé pour Aldapeta lors de la Tamborrada du Día de San Sebastián, lors des fêtes de la ville. Donostia n’a aucun secret pour lui, il se souvient également avec le sourire des fameux tournois qui se disputent sur la plage avec son école d’Aldapeta aux couleurs de l’Ajax d’Amsterdam. C’est sur cette magnifique plage de la Concha que tout a commencé pour Odriozola qui sera peut-être content de ne pas retrouver Leroy Sané en Russie, un joueur qui l’avait marqué à Anoeta avec les jeunes de Schalke : « Il était super grand. Il était largement supérieur. C’est la défaite la plus douloureuse de ma carrière. Je suis resté deux jours chez moi après, totalement abattu » se souvenait Odrio fin 2017. Ayant impressionné son sélectionneur pour valider son billet pour la Russie, l’international espagnol tient surement sa petite revanche personnelle sur le jeune allemand qui devra lui patienter. Concernant Odriozola, ceux qui le connaissent sont unanimes, c’est un jeunot très talentueux mais qui garde la tête sur les épaules. Par contre, si on lui donne la possibilité de s’exprimer en Russie sa clause de 40 millions pourrait facilement sauter une fois de retour dans son Pays Basque natal…

Nicolas Faure

@Nicommentator

Commentaires