Allemagne : Bernd Schuster, l’enfant terrible du football allemand

0
Crédits Photos : FCB Archives
Crédits Photos : FCB Archives

Joueur et entraîneur amateur du jeu spectacle, Bernd Schuster a marqué les supporters en Espagne. Véritable légende du football allemand, il est surtout connu pour avoir été l’enfant terrible du ballon rond.

Sa moustache et son caractère sont devenus légendaires. A priori, rien ne prédestinait Bernd à jouer treize années en Liga. Huit ans au Barça, deux ans au Real et trois à l’Atlético Madrid pour finir. Oui, Schuster n’avait que faire des rivalités. Ce qui l’intéressait, c’était les trophées et les victoires. Un palmarès qui peut faire des envieux : trois championnats d’Espagne, six Coupes d’Espagne, deux SuperCopa et une C2. Sa rigueur allemande s’est transformée au fil des saisons en folie espagnole. Un joueur qui a déclaré sa flamme au pays et à son football jusqu’à prendre les commandes des bancs du Real, de Xerez, de Levante et de Getafe. Un homme de goût mais surtout imprévisible.

Une légende au caractère bien trempé

C’est un grand cru que les supporters espagnols ont pu savourer au milieu de terrain. Doté d’une qualité technique sans pareil, Bernd Schuster a été le moteur du Barça pendant près d’une décennie. S’il se distinguait pour sa force physique et sa puissance de tir, l’Allemand avait également une vision de jeu redoutable. Digne successeur de Wolfgang Overath au FC Cologne, il débuta sa grande carrière sous le maillot du numéro 10, le 21 octobre 1978 lors de la 10e journée de Bundesliga face à l’Eintracht Francfort. Deux saisons après, frustré d’avoir été éliminé en demi-finale de Ligue des Champions par Nottingham Forest, Schuster décida de passer à la vitesse supérieur en s’engagent avec le FC Barcelone et entra dans une nouvelle dimension. Malgré des débuts décevants, avec le temps il devint un membre indéboulonnable et indispensable de l’entre jeu Culé. Une Liga, une Coupe du Roi, une Coupe des Coupes gagné en 1982 au Camp Nou en poche, il s’imposa sur le trône catalan. Avec Diego Maradona il forma LE duo du rêve. Avec maillot du Barça, Brend Shuster disputa 170 matches pour 63 réalisations.

Cependant, considéré comme l’enfant terrible du football allemand des années 80, le joueur allemand devien intenable. Talent parfois trop exigeant, brouillé avec les dirigeants du Barça, il a réalisé l’impensable et franchi la frontière interdite entre les deux géants sacrés du football en 1988. Baroudeur un peu fourbe, « Shusti » n’a toujours eu qu’un seul objectif : gagner. Après deux saisons au Real Madrid, il passe chez le deuxième rival le plus détesté par les supporters des Merengues : l’Atlético de Madrid. Peu importe d’avoir le titre de traître quand on réussit à empiler les titres de champions d’Espagne.

Crédits Photos : FCB Archives

Mais voilà, en sélection l’histoire est tout autre. Son brio ne l’emportera pas sur son tempérament bien trempé. En désaccord avec son entraîneur Jupp Derwall et en grand conflit avec le capitaine de l’époque, Paul Breitner, son parcours avec la Mannschaft s’est retrouvé stoppé, son compteur bloqué à 21 sélections. Malgré un titre de champion d’Europe en 1980, son unique titre de gloire, Bernd Shuster finit par mettre un terme à sa carrière internationale à seulement 25 ans. En club c’est la descente aux enfers. En 1981, à cause du tacle assassin du défenseur de l’Athletic Bilbao, Andoni Goikoetxea, le genou droit se brise, Schuster n’arrivera jamais à retrouver son plus haut niveau. Après un retour au pays au Bayer Leverkusen durant trois saisons, il termine sa carrière professionnel dans la ville de Mexico chez les Pumas en 1997.

Un entraîneur avec l’amour du risque

Revanchard, « Schusti » se lança de nouveaux défis, mais cette fois en tant qu’entraîneur. Il se fera la main tout d’abord au pays, au Fortuna Cologne puis au FC Cologne avant de revenir à ses premiers amours. Conseiller technique du FC Barcelone en 2000, Schuster finira par devenir un entraîneur convoité en Espagne. Après un passage sur le banc de Xerez, club de deuxième division, Schuster entraînera Getafe, puis Levante qu’il a mené en première division en 2004. L’Allemand qui aura transformé Getafe, alors petit club de banlieue en club de référence, finaliste de la Copa Del Rey en 2007 était pourtant très attendu ailleurs, et par les plus grands. Socio actionnaire et abonné du FC Barcelone, le club Culé était près à lui offrir un poste sur son banc, jusqu’à l’ultime trahison de ancien joueur. Le 09 juillet 2007, Schuster cède à nouveau aux sirènes madrilènes et signe à contrat jusqu’en 2010 pour entraîner les Merengue.

Credits Photos : CC Commons – Florian K

Dès son arrivée, Schuster affichera ses ambitions. « Je ne veux pas seulement gagner le Championnat mais je veux aussi gagner la Ligue des Champions. » Exit Fabio Capello, limogé avec un chèque de 6 millions d’euros en proches, coupable d’avoir notamment gâché le talent de David Beckham, bonjour « Schusti » et son jeu spectaculaire. Lors du Clasico de la phase retour de la saison 2007-2008, Schuster réussira même à savourer un beau Pasillo où les joueurs du Barça ont applaudi l’ultime traitre. Mais voilà, encore une fois rien ne s’est passé comme prévu. En décembre 2008, deux jours après que l’entraîneur a déclaré qu’il serait « impossible » que le double champion d’Espagne l’emporte contre Barcelone lors du Clasico de fin de saison, Schuster sera limogé au bout d’une saison passé sur le banc du Real et après avoir permis au club de remporter son 31e titre de champion d’Espagne.

A 49 ans, Schuster était loin de s’avérer vaincu, après de cours passage sur les bancs du Besiktas et de Malaga, l’Allemand accepta un nouveau challenge en mars 2018, celui d’entraîner le club de l’élite du football chinois, le Dalian Yifang devenu l’entraîneur de Carrasco et Gaitan notamment. Son goût pour la gagne n’a visiblement pas d’égal et s’entend jusqu’à l’autre bout du monde.

Soledad Arque-Vazquez
@solearquev

Commentaires