Islande : Eidur Gudjohnsen, joker de luxe du Barça et symbole de son pays

0

 

Héros quelque peu baroudeur, Eidur Gudjohnsen a longtemps été la tête d’affiche de la sélection islandaise. En Espagne, son nom n’est pas méconnu et les supporters espagnols le reconnaissent comme l’atout de luxe du Barça. Portrait d’un joueur atypique.

27 mai 2009 : le FC Barcelone remporte la troisième Ligue des Champions de son histoire. Pas seulement grâce à Eto’o et Messi, mais grâce également à un certains héros islandais. Eidur Gudjohnsen n’a certes pas l’aura de Leo Messi, mais il partage quand même un point commun avec son coéquipier de l’attaque : lui aussi est adulé dans son pays. Durant deux décennies, il a été l’emblème d’un drakkar islandais qui peinait pourtant à naviguer dans les eaux internationales. Passé par au total 17 clubs, dont le FC Barcelone ou encore Chelsea, il est le plus célèbre héros baroudeur du football islandais. Joueur à la bougeotte prononcée, il gardera pourtant l’Espagne comme point de repère de ses aventures.

De père en fils

Son aventure débute à l’âge à 17 ans, en remplaçant… son père Arnor lors d’un match amical contre l’Estonie. Jeune talent prolifique, il ne tarde pas à attirer l’œil des plus grands clubs. Milieu offensif ou attaquant, Eidur Gudjohnsen a hérité du jeu de son paternel porté vers l’avant. Le premier club à vouloir exploiter ses qualités est le PSV Eindhoven où il apprendra aux côtés d’un très grand : Ronaldo Fenomeno. Malgré un passage à vide lors de son retour au pays dû à une grave blessure à la cheville, le reste de son parcours à de quoi en impressionner plus d’un. Comme le bon vin Eidur vieillit bien.

La force, la technique et la ruse ont été les marques de fabrique de Gudjohnsen tout au long d’une carrière qui lui promettait un grand avenir. De son arrivée à Bolton, alors en deuxième division, puis Chelsea où il reste jusqu’en 2006, il marque 78 buts et se fait une place au milieu de joueurs comme Hasselbaink, Drogba, Kezman, Crespo ou Mutu, excusez du peu. Joueur offensif polyvalent, le Barça est séduit par son profil et fait une belle affaire en le recrutant pour 12 millions d’euros.

Le joker

Pendant deux saisons au sein du club Culé il joue son rôle dans l’une des campagnes les plus réussies du club Blaugrana. Considéré par Frank Rijkaard et Pep Guardiola comme un joueur capable d’apporter explosivité et profondeur au jeu catalan, Gudjohnsen a su conserver une place régulière dans l’équipe, même s’il a été plus souvent remplaçant que titulaire. Mais ce que les supporters et joueurs catalans retiennent encore aujourd’hui, c’est son côté engagé, sa capacité à ajouter de la motivation et de l’ambition à son équipe. Des qualités qui ont permis aux Catalans de remporter ce troisième titre de champion d’Europe. Cette victoire contre Manchester United a fait de lui le premier joueur islandais à remporter ce trophée. Dans l’ombre de Xavi et Iniesta il n’a pu cependant subsister, contraint de s’envoler vers de nouveaux horizons.

Crédits Photos : Lluis Gene-AFP-Getty Images

La Liga, une histoire de famille

La suite de sa carrière, Gudjohnsen l’a menée en tant qu’aventurier naviguant de club en club. Il joue notamment pour Monaco, Tottenham, l’AEK Athènes, Bruges, Bolton, Shijiazhuang Ever Bright, Molde, avant de s’éclipser peu à peu en Inde, à Pune City et de s’offrir une retraite paisible avec les jeunes du HK Kópavogur, club de seconde division islandaise où il évolue encore aujourd’hui. En sélection, son dernier gros challenge remonte à l’Euro 2016, où il annonce la fin de sa carrière internationale après le 1/4 de finale perdu contre la France. A bientôt 39 ans, Eidur Gudjohnsen reste le meilleur buteur de l’histoire de la sélection islandaise avec 26 buts. L’Espagne et la Liga sont restés dans un coin dans sa tête. En effet, cette étape importante de sa carrière a un impact dans sa vie de père. Son savoir-faire et sa connaissance du jeu espagnol, il les transmet aujourd’hui à ses fils. L’aîné, Adri, est attaquant des U16 de la terre de glace et évolue actuellement à l’Espanyol. Le cadet, Daniel Tristan, joue en U11 au Barça. Il se murmure qu’Adri pourrait retrouver son hermanito chez les Blaugranas mais le Real Madrid est aussi très attentif à sa trajectoire. L’histoire des Gudjohnsen n’a pas fini de s’écrire.

Soledad Arque-Vazquez
@solearquev

Commentaires