Éibar : Dani García, les adieux d’un grand capitaine

0

Après 6 saisons à Ipurua, Dani García (27 ans) a officialisé son départ d’Éibar en fin de saison. Arrivé en prêt en Segunda B et devenu capitaine des Armeros, le milieu de terrain devrait rallier l’Athletic au terme de la saison.

Ça ne pouvait finir que dans les larmes. C’était acté depuis un moment : Dani García, le capitaine d’Éibar, quitte Ipurua après 6 saisons de très bons et loyaux services. Prêté deux ans par la Real Sociedad dont il n’a jamais porté le maillot chez les professionnels, le canterano txuri-urdin passé par Alicante CF et la B de Getafe a connu la Segunda B, la Segunda, la Liga, le sauvetage miraculeux grâce à la relégation administrative d’Elche et le brassard de capitaine. Rouage essentiel du 4-4-2 de José Luis Mendilibar, Dani García est allé au bout de son contrat, lui qui était déjà très convoité la saison dernière. « Quand je suis arrivé ici, personne ne me voulait, ni en Segunda B ni en Tercera, a rappelé le natif de Zumárraga, à une demi-heure en voiture d’Éibar. Ce furent 6 ans avec plus de bons moments que de mauvais. Je garde tous les amis que je me suis fait et les montées. J’ai profité ici et je dois beaucoup à ce club. C’est une grande peine intérieure ».

Des tréfonds de la Segunda B aux ors de la Liga

Dani García a été un joueur majeur du cycle vertueux d’Éibar, modeste club de Gipuzkoa coincé entre l’Athletic à Bilbao, la Real Sociedad à Saint-Sébastien et le Deportivo Alavés à Vitoria. Cette saison, c’est pourtant le club armero qui est le mieux classé des Basques. Une prime à la régularité et à l’intelligence, même si avec un peu plus de carburant dans le réservoir Éibar aurait bien pu finir européen pour la première fois de son histoire. Avec Ander Capa qui, lui, annoncera officiellement son départ ce vendredi, Dani García était le seul à avoir tout connu à Ipurua : « quand je suis arrivé, nous voyagions en bus et on faisait les mises au vert dans des hôtels 3 étoiles, s’est-il remémoré lors de sa conférence de despedida à laquelle assistait ses coéquipiers, le staff et la présidente Amaia Gorostiza qui s’était installé à côté de lui. Aujourd’hui, nous nous déplaçons en avion et nous allons dans des 5 étoiles. Cela dit, je pense que le vestiaire et le club restent les pieds sur terre ». Forcément, partir n’a pas été une décision facile à prendre pour le capitaine, tant Éibar est un club familial et humain : « pendant un moment, j’ai pensé rester ici toute ma vie mais je crois que j’ai accompli tout ce que je pouvais et je devais me fixer un nouvel objectif, Il y a des moments où je n’en voulais d’avoir pris cette décision de m’en aller mais c’est le bon moment ». Ce nouvel objectif devrait s’appeler l’Athletic, même si le joueur n’a pas voulu confirmer, attendant la fin officielle de la Liga pour dévoiler le nom de sa future équipe.

Capitaine emblématique

S’il n’égalera pas José Ignacio Garmendia et ses 398 matches sous le maillot d’Éibar, Dani García laisse une trace indélébile dans l’histoire du club. Titulaire indiscutable, il est le premier Armero à avoir disputé 100 matches de Liga (il en a joué plus de 200 depuis son arrivée). « Tout ce que j’ai fait, j’ai essayé de le réaliser de la meilleure des manières. Je suis fier de tout ce que j’ai donné pour le club. En arrivant, je voulais monter en Segunda mais personne n’imaginer que nous pourrions jouer en Liga. Ces années ici à Éibar m’ont montré plus de choses que j’ai pu le faire ». Charge désormais à Éibar de reconstruire son entrejeu sans son capitaine emblématique. La mission de son successeur à Ipurua s’annonce des plus complexes : « Éibar est un club qui se différencie par le collectif. Personne n’est intouchable ou indiscutable. La présidente est préoccupée mais je lui ai dit d’être tranquille car je laisse le vestiaire entre de bonnes mains, avec des gens capables d’exercer le rôle de capitaine ». A présent, le futur du friki total de Games of Thrones part à la conquête d’un autre royaume : San Mamés. En quête de renouveau, l’Athletic a misé sur un joueur réputé pour ordonner le jeu et montrer l’exemple sur le terrain. Sans doute l’un des meilleurs coups du mercato estival.

François Miguel Boudet

Commentaires