Expatriés – Igor Angulo : l’attaquant basque qui affole les cages polonaises

0

Aujourd’hui âgé de 34 ans, Igor Angulo enchaine les buts avec le Górnik Zabrze. Mais l’avant-centre revient de loin. Explications.

Une incroyable patience

En 1996, alors âgé de douze ans, il rejoint les rangs de l’équipe infantile B de l’Athletic Club. Montrant tout son potentiel avec succès, il atteint l’équipe première à 18 ans, en 2002. Trop jeune pour rentrer dans les plans de Jupp Heynckes, l’attaquant est envoyé au CD Baskonia, l’une des filiales du Club.

27 matchs et quinze participations à un but plus tard (dont neuf passes décisives), il rejoint les rangs du Bilbao Athletic (équipe réserve des Leones, ndlr). Cette évolution, qui intervient en 2003, lui permet de disputer des matchs en troisième division espagnole. Igor profite de participer à tous les matchs pour montrer sa capacité à créer des occasions. Une quinzaine de passes décisives et cinq buts plus tard, la saison 2003/04 se termine et il est convoqué en équipe première.

Angulo à l’Athletic [Crédits : MiAthletic]

L’Athletic, désormais aux ordres d’Ernesto Valverde – l’actuel coach du FC Barcelona –, lui offre sa chance dès septembre 2004. Titulaire lors de la défaite face au Deportivo La Corogne (1-2 à San Mamés), il participe à trois autres matchs de première division.
Valverde lui offre même une chance en Europa League, lui permettant d’être l’un des 11 acteurs basques de la victoire face au Parma Calcio (2-0).

Après avoir participé à cinq matchs avec l’Athletic, Angulo est finalement prêté au Nàstic de Tarragona en début d’hiver 2005. Un petit but en onze matchs marque son prêt et il retourne au Bilbao Athletic dès l’entame de la saison 2005/06.

En bref, le bilbayen ne marqua aucun but pendant cette saison. À la suivante, il est demandé en prêt par l’AS Cannes, chez qui il marque trois buts et fait 10 passes décisives.
Un bilan correct. Lors de la saison 2007/08, il joue à nouveau avec le Bilbao Athletic. Pour la dernière fois. Ayant compris qu’il ne jouera pas avec l’équipe première, il quitte le Pays Basque en 2008.

Un nouveau parcours dans les divisions inférieures

Igor Angulo alterne ensuite les clubs espagnols toutes les deux saisons. Passant de la troisième division à la seconde, pour finalement retourner en D3.

Après le Bilbao Athletic, la première équipe à l’accueillir est l’Écija Balompié, en Andalousie. 52 matchs joués dans l’équipe sévillane, le tout sur deux saisons. 15 bus et 22 passes décisives. Telles sont les statistiques fleurissantes du natif de Bilbao, remis en confiance après ses mauvaises performances des années précédentes.

Pourtant, les deux saisons qui suivent sont les pires de sa carrière. En 2010 il rejoint la seconde division espagnole, dans les rangs du CD Numancia. Une chance pour lui de se rapprocher de l’élite. Pourtant, il ne jouera que 25 matchs en deux saisons, sans se créer la moindre occasion.

La meilleure partie de sa carrière espagnole se joue en 2011, lorsqu’il retourne jouer en troisième division. C’est le club basque du Real Uníon de Irún qui lui ouvre les bras. Et les statistiques deviennent très intéressantes. Il renoue avec la précision de la tête et ses frappes de retrouvent le chemin des filets. En deux saisons, Igor participe à 62 matchs, inscrit 21 buts et fait 13 passes décisives.

Angulo au Górnik [Crédits : Roosevelta 81]

Ce retour dans ses terres d’origines semble lui avoir fait beaucoup de bien. Mais une réussite en troisième division espagnole n’attire pas les plus grands clubs espagnols. Il accepte alors un grand départ, à plus de 3 200 kilomètres du Pays Basque, à Chypre.

Étapes à Chypre et en Grèce, la confirmation de ses performances

Accueilli gratuitement par l’Enosis Neon Paralimni en 2013, évoluant en première division de Chypre, Igor Angulo va découvrir l’élite d’un pays d’Europe de l’Ouest. Il n’y reste qu’une seule saison, le temps de se faire un nom dans cette région du monde et de rejoindre le continent, en Grèce.

Après avoir inscrit 10 buts en CYTA Championship, il est recruté – toujours gratuitement – par le GS Apollon Smyrnis en 2014 et découvre la seconde division grecque. Il participe à la totalité des matchs et inscrit 20 buts, championnat et coupe confondus.
Cette performance lui créé un intérêt de la part de l’élite grec.

La saison suivante, Igor rejoint les rangs du FC Platanias, en première division de ce même pays. Il n’y reste qu’une seule saison, participant à la quasi-totalité des matchs et en inscrivant 8 buts.

C’est ensuite pour lui l’heure de tenter sa chance ailleurs, il décide de rester dans cette partie de l’Europe, mais en regagnant le Nord. C’est la première division polonaise qui lui ouvre les bras, et plus particulièrement le Górnik Zabrze.

L’explosion en Pologne

À son arrivée en Pologne, en 2016, Igor Angulo est âgé de 32 ans. Le club qui le recrute évolue en seconde division polonaise et a pour objectif de monter. En effet, le Górnik Zabrze est connu pour être l’équipe la plus titrée du pays.

Angulo [Crédits : Katowice]
Il s’habitue aussi rapidement que facilement au jeu de Pologne. Ses coéquipiers comprennent qu’un centre envoyé sur sa tête, dans la surface, permet de faire trembler les filets presque à tous les coups.

Très habile de la tête, il sait aussi utiliser la force de son pied gauche pour tirer des frappes parfois qualifiées de rakiety par les commentateurs (missiles en polonais, ndlr.)

Durant cette saison, il s’entraine aussi à mieux conduire sa balle, dans la surface ou ailleurs. Cette amélioration lui permet de passer les défenseurs mais aussi les gardiens. En bref, cette première saison en Pologne est une vraie réussite. Avec ses 17 buts, il tient le titre de meilleur buteur de la compétition. Le Górnik Zabrze termine à la seconde place du championnat et retourne en Ekstraklasa, la première division de Pologne.

Le 15 juillet 2017, Angulo découvre à nouveau l’élite d’un pays. Opposée au Legia Varsovie, son équipe s’impose par trois buts à un. Igor Angulo est titulaire et capitaine. Un doublé marque son match.

Titulaire lors des cinq autres matchs, le nouveau capitaine montre l’exemple. Cinq autres buts sont inscrit à son compteur , dont un triplé lors de la victoire 3-2 face au Wisla Cracovie. Son sixième match en Ekstraklasa est marqué par un nouveau triplé, le 25 août 2017.

Jusqu’à décembre, la saison de l’avant-centre ne peut pas être mieux. Igor inscrit une dizaine de nouveaux buts malgré la perte de son rôle de capitaine. Pourtant, après ce mois de Noël, le Basque de 33 ans perd le chemin des buts et se voit être rattrapé par Carlos López Huesca au classement des buteurs. L’attaquant, ayant pour point commun d’être lui-aussi Espagnol, enchaine les bonnes performances avec le Wisla Cracovie.

La contre-performance de 2018

Mais depuis le dernier but d’Igor Angulo, le 3 décembre 2017, le Górnik Zabrze va beaucoup moins bien.

Angulo [Crédits : El Confidencial]

Douze matchs de championnat se sont écoulés depuis, et seulement deux d’entre eux se sont soldés par une victoire. Deux fois plus de défaites, et des matchs nuls pour le reste. Telles sont les statistiques peu séduisantes du club de l’homme de maintenant 34 ans.
Mais ce qu’il faut aussi noter, c’est qu’Igor n’a participé qu’à trois buts durant cette période. Et qu’une de ses participations ne correspond à un but personnel.

À titre de comparaison, le Basque d’origine a inscrit sept buts durant ses quatre premiers matchs en Ekstraklasa.

Il est donc probable que cette absence de buts soit la cause d’une mauvaise période plus collective qu’individuelle.
C’est ce que nous explique Mathieu Pecquenard, spécialiste du football polonais pour le compte de Footballski.

Logo de la Ekstraklasa

« Il a plongé comme toute l’équipe »

Selon lui, le Górnik Zabrze du début de saison était une machine huilée, avec un jeu très typé, basé sur le contre. Il nous explique que leur technique est de laisser la balle à l’adversaire avant de convertir de façon systématique leurs occasions.

Une tactique qui avait besoin de fraicheur pour continuer de marcher. « C’est un effectif assez jeune si on exclut les S. Matuszek (29 ans), E.Grandel (29 ans) et Igor (34 ans) explique Mathieu Pecquenard, de plus, il y a très peu de profondeur de banc, donc peu de rotation. Cette absence de fraicheur aurait donc conduit le jeu du Górnik à se dilapider progressivement.

Et concernant Igor Angulo ? Mathieu continue. « Angulo était le finisseur, et quand les ballons arrivent moins souvent et moins bien, le taux de conversion baisse. Il était un rouage important d’une machine qui était infernale et qui s’est petit à petit rouillée. » Notre spécialiste du football polonais termine par expliquer que ce rouage, seul, ne peut pas faire la différence dans un jeu basé sur le collectif.

Samedi 14 avril, l’attaquant et son équipe se sont déplacés sur la pelouse de Jagiellona. L’occasion pour Igor de reprendre la tête du classement des buteurs. En effet, avec son doublé (1-2 à la fin du match), il dépasse à nouveau Carlos López sur le podium. Il semblerait donc que notre expatrié retrouve le chemin des filets. Son objectif, non-déclaré mais facile à deviner, de finir en haut du classement, est loin d’être gagné. Pourtant, il semble à nouveau en bonne forme pour y parvenir.

Angulo [Crédits : Athletic Zurekin]
En conclusion, il reste encore six matchs de championnat pour l’équipe du Basque. L’occasion pour lui d’essayer de revenir au pied d’estrade du classement des buteurs. Pour son équipe, ces derniers matchs sont le bon moment pour essayer de remettre sur le club sur roues.

Jérémy
@Euskarade

Commentaires