Joaquín, Isco, N’Zonzi et des golazos : El Once de ¡Furia Liga! (32e journée)

Aujourd’hui notre Once de la 32e journée de Liga joue en 4-4-1-1, une formation solide et une dose de talent très élevée. Des latéraux et des milieux qui n’ont pas peur de tenter leur chance, un meneur de jeu plein d’expérience et de grinta : cela donne un cocktail parfait.

Fernando Pacheco (Alavés) : Il a réalisé pas moins de 4 arrêts pour mettre en échec les tentatives des voisins basques d’Eibar. Si Alavés revient avec les 3 points d’Ipurua c’est en grande partie grâce à lui. De retour au meilleur de sa forme après un début de saison compliquée.

Damián Suárez (Getafe) : dans la “famille” Suárez, je voudrais Damián ! Dans un match fermé contre l’Espanyol, le latéral droit a allumé une mèche à 35 mètres pour tromper Pau López. Le seul but du match et quel but, Getafe se remet à l’endroit et officialise son maintien en Liga.

Rodrigo Ely (Alavés) : Encore impérial dans les airs, il a coupé un nombre incroyable de centres adverses. Une fois n’est pas coutume, le meilleur Rodrigo de la journée n’est pas celui de Valencia.

Marc Bartra (Betis) : C’est devenu une habitude mais Bartra est tellement rayonnant du côté du Betis que c’est naturel que l’ancien du Barça soit régulièrement nommé. Encore une fois impeccable, il a permis aux Verdiblancos de revenir avec 3 points et sans but encaissé de Montivili. Une sacrée performance avec une jolie dose de réussite, sachant que Girona a marqué trois buts… hors-jeu.

Luisinho (Depor) : Le latéral a été déterminant sur son côté gauche. Malgré ses cheveux blancs, le Portugais a couru comme un jeune homme et a fait un mal fou à la défense de l’Athletic. Dommage que ça intervienne si tard pour sauver le Depor…

Mikel Oyarzabal (Real Sociedad) : A l’image de son équipe, Oyarzabal revit depuis le départ d’Eusebio Sacristán. Appliqué et de nouveau décisif devant les bois, il a été le seul buteur à Gran Canaria dans un stade désespérément vide…

Steven N’Zonzi (Seville) : Son équipe prenait l’eau depuis 60 minutes, il a sonné la révolte et a claqué un GO-LA-ZO pour permettre à Seville de revenir à 2-2 et éviter de perdre une nouvelle fois contre un concurrent direct. On appréciera la défense en bois de Villarreal sur le coup. Leçon nº1 : ne jamais laisser un ancien de Premier League armer sa frapper à cette distance !

Joaquín (Betis) : Joaquin est éternel ! Quand Bartra a tenu d’un main de maître la défense, lui a laissé parler son génie pour offrir un avantage décisif au Betis. Joli passage de témoin : l’icône s’arrache pour glisser un amour de ballon à Loren, la relève bética. Ce Betis est beau et jouera l’Europe la saison prochaine. On a hâte !

Ángel Correa (Atlético) : On a souvent critiqué les choix dans le jeu du petit Ángel. Dimanche après-midi face à Levante, il a été excellent. Son geste qui élimine 3 défenseurs pour s’ouvrir le chemin du but sur l’ouverture du score est un modèle. Il se paie même le luxe d’offrir un but à la légende Torres, le 100e d’El Niño avec les Colchoneros. Partition 5 étoiles pour l’Argentin.

Isco (Real) : Isco n’est pas au mieux au Real Madrid mais dimanche soir dans son ancien jardin de la Rosaleda, il a retrouvé la flamme. Buteur et passeur, il a mis à mort son ancienne équipe et encore une fois montré le joueur frisson qu’il est capable d’être.

Adrián López (Depor) : Un doublé en première mi-temps et des buts importants qui plus est ! Le Depor a disposé de l’Athletic et l’ancien de l’Atleti a été essentiel dans ce 2e succès consécutif des Galiciens. Et si ce n’était pas complètement plié pour le Depor ?

Commentaires