De Keirrison à Cassano en passant par Faubert : Top 10 des pires transferts en Liga

0

La Liga est pour beaucoup le meilleur championnat du monde, celui qui rassemble les deux icônes du football moderne, Messi et Cristiano, et qui jouit de la dualité éternelle entre Madrid et Barcelone. Une ligue où des milliers de joueurs sont passés et… qui ne méritent pas tous d’être considérés parmi les meilleurs de la planète. Furia Liga se souvient pour vous des 10 plus grands flops en matière de transferts dans l’histoire récente de la première division espagnole.

On aurait pu en faire une encyclopédie. Chaque saison, la valse bi-annuelle des joueurs nous apporte son lot de surprises, bonnes comme mauvaises. Il nous a fallu faire un choix. Les critères en termes de ridicule, de montant de transfert et de salaire nous ont permis de faire une sélection qui on l’espère, vous laissera pantois.

Numéro 10 :

Jackson Martinez

crédit Sky Sports

Originaire de Colombie, Jackson Martinez est un attaquant qui a débuté sa carrière en 2004 au CDI Medellin puis au Chiapas FC mexicain en 2009. Avec un ratio de 95 buts en 212 matchs en Amérique latine, il débarque au FC Porto en 2012 où il finit 3 fois de suite meilleur buteur du championnat portugais. L’Atletico Madrid voit alors en lui le nouveau Falcao. Le club madrilène sort le porte-monnaie et l’achète 35 millions d’euros. 6 mois plus tard, ayant joué 22 matchs et scoré 3 fois, il est transféré au Guangzhou Evergrande pour 42 millions d’euros. Même si au final, l’Atletico n’a pas perdu d’argent, ce transfert raté est le symbole des rares mauvais choix des Colchoneros en terme de recrutement sur la dernière décennie.

Numéro 9 :

Dmytro Chygrynskiy

Résultat de recherche d'images pour
crédit Score.fr

Déjà d’avoir un nom à faire péter le score au Scrabble et de ne pas s’écrire partout avec la même orthographe, l’ukrainien est une priorité pour Pep Guardiola et le FC Barcelone en 2009. Il s’est fait connaître grâce à ses excellentes prestations défensives avec le Shakhtar Donetsk. Pourtant en discussion avec les dirigeants Blaugranas, il joue un match préliminaire de Ligue des Champions durant l’été avec son club ukrainien. Malgré ce couac qu’il l’empêchera de jouer les compétitions européennes durant la saison 2009/10, il est transféré au Barça pour 25 millions d’euros avec un salaire annuel qui oscille entre 1,2 et 2 millions. Après 14 matchs joués, sans jamais vraiment avoir réussi à s’imposer, il repart au Shakhtar pour 15 millions d’euros, l’été suivant.

Numéro 8 :

Keirrison

Résultat de recherche d'images pour
crédit Gentside Sport

Le jeune brésilien au ratio de 99 buts en 140 matchs entre 2007 et 2009 avec les clubs de Coritiba et Palmeiras débarque au Barça en même temps que Dmytro (ci-dessus). Avec un contrat de 5 ans et un transfert de 14 millions d’euros, le buteur ne jouera aucun match avec les blaugranas. Il sera prêté au Benfica, à la Fiorentina, au Santos, au Cruzeiro et au Coritiba durant cette période. Ce mercato 2009/10 est à marquer d’une pierre noire pour les Catalans.

Numéro 7 :

Antonio Cassano

Image associée
crédit Goal.com

On ne présente plus l’éternelle future merveille qui pose ses valises au Real Madrid en 2006 pour 5 millions d’euros. Pourtant doté d’un énorme talent, de ses dires, il connaîtra plus de filles que de matchs joués avec les merengues soient 29 pour 4 buts. Après avoir insulté Capello, il est mis à l’écart et repartira sous forme de prêt en Italie, à la Sampdoria.

Numéro 6 :

Sabin Ilie

Résultat de recherche d'images pour
crédit Marca

Sabin Ilie, frère de Adrian, arrive à Valence en 1998. Après un bon début de carrière dans son pays natal, la Roumanie, puis un passage en Turquie; l’attaquant pose ses valises et ses kilos en trop en Liga du côté des blanquinegros pour 1 million d’euros. En 4 saisons, il ne jouera aucun match et sera prêté dans plusieurs clubs. Il sera plus connu pour son mauvais caractère et ses frasques que pour ses talents de buteurs.

Numéro 5 :

Julien Faubert

Résultat de recherche d'images pour
crédit Sport Gentside

On connait tous le parcours de notre petit français : Girondins de Bordeaux, West Ham puis le grand Real Madrid, le trop grand Real Madrid. Pellegrini cherche un joueur capable d’évoluer dans tout le couloir droit. Faubert qui a été victime d’une rupture du tendon d’Achille quelques mois auparavant, n’entre pas dans les plans de son club anglais et part en prêt pour 1,5 millions d’euros. Il jouera 2 matchs avec la Maison Blanche. Cette étape est pour lui, synonyme de fierté mais aussi un tournant négatif dans sa carrière. Il ne retrouvera jamais son niveau qui était le sien en 2007.

Numéro 4 :

Stan Collymore

Résultat de recherche d'images pour
crédit La Liga News UK
Notre grand Stan!! Celui de Nottingham Forrest et de Liverpool qui faisait peur à toutes les défenses du Royaume-Uni au milieu des années 90. Après un passage à vide, en Championship, il tente de se relancer en Espagne, au Real Oviedo coaché par Radomir Antic. Le technicien croate déchante rapidement et ne peut que mettre à l’écart sa star déchue, hors de forme. Celui qui faisait rêver tout un peuple bleu, ne jouera que 3 matchs et prendra sa retraite cette année-là.

Numéro 3 :

Renaldo

Résultat de recherche d'images pour
crédit Marca
Cet avant-centre brésilien arrive au Depor en 1996 en provenance du Brésil et de l’Atlético MG avec un ratio de 31 buts en 63 matchs. Pour sa première conférence de presse en Galice, il dira :  » Je suis comme Ronaldo mais avec un e ». Tous les regards étaient donc posés sur lui lors de ses débuts. Après 5 buts en 23 matchs, il sera prêté dans divers clubs de Segunda comme Las Palmas, Lleida ou Extremadura. Bon joueur mais n’ayant jamais passé le cap du très haut niveau, il laisse de bons souvenirs dans les clubs où il a joué à part à La Corogne, bien sûr.

Numéro 2 :

Marcelo Sosa

Résultat de recherche d'images pour
crédits : As.com

L’Uruguayen qui jouit d’une bonne réputation dans son pays avec ses débuts au Danubio FC, arrive en 2004 en Europe au Spartak Moscou. Après seulement 8 matchs avec le club russe, il est transféré par l’Atletico Madrid. Sa présentation est digne d’un mauvais gag. Le joueur aux cheveux longs peroxydés commence les traditionnelles jongles et tombe à la renverse sur les fesses. On ne se doutait pas à l’époque que cela serait à l’image de son passage chez les colchoneros. Il sera ensuite prêté à Osasuna où il jouera peu. La suite n’est pas flamboyante et il finira sa carrière dans le club de ses débuts, le Danubio FC.

Numéro 1 :

Christian Rigano

Résultat de recherche d'images pour
crédit Gazetta

À l’image de Stan Collymore, Rigano a connu une période faste dans sa carrière lorqu’il évoluait à la Fiorentina. Chaque week-end entre 2002 et 2006, il faisait trembler les filets des portiers de la Serie A. Sur le déclin, il signe pour 1 million d’euros à Levante en 2007 afin de relancer sa carrière. Le club est alors lanterne rouge et 6 mois plus tard, au mercato hivernal, il repart en Italie où il jouera quelques saisons avant de prendre sa retraite.

Jé Pintio
@JePintio

Commentaires