Juventus-Real Madrid (0-3) : Comment les Vikingos ont battu la Vieille Dame

0

Avec un succès net et sans bavure, le Real Madrid a validé sa qualification pour le dernier carré de la Ligue des Champions dès le match aller au Juventus Stadium. Une rencontre marquée par le but d’anthologie de Cristiano Ronaldo et l’hommage des tifosi bianconeri au Portugais.

Marquer tôt, ça aide

C’est une phrase bateau, une « Courbissade » comme on les aime, mais hier, on a encore vu l’importance de marquer tôt dans un match. À la 3e minute, sur un caviar d’Isco et en grillant la priorité à Benzema, Cristiano Ronaldo a ouvert la marque en jaillissant devant Andrea Barzagli. Petites mèches blondes façon Backstreet Boys et gel effet mouillé, le Portugais voulait sortir un partidazo. Ce but a cueilli à froid la Vieille Dame et a permis aux Vikingos deux choses : sécuriser leur milieu de terrain et surtout gérer parfaitement leurs temps faibles.

À lire : Juventus – Real Madrid, les notes du match

Kroos-Modric-Casemiro en gestion

Dans un match où les blocs sont restés bien en place et aucune des deux formations n’a exercé un pressing haut sur le terrain, ce but a donc permis au Real Madrid de sécuriser son milieu de terrain. La raison ? Aucune obligation de demander du dépassement à son trident au milieu vu que les Vikingos menaient et n’étaient pas harcelés. Les trois compères du milieu ont donc pu réciter leur football en étant comme à Valdebebas. Avec le ballon, le trio Kroos-Modric-Casemiro a rayonné et a été maître de son sujet. Le bloc plutôt bas de la Juve, sans réelle agressivité, a aussi permis à un homme de rayonner côté Merengue. Derrière un Cristiano Ronaldo qui a attiré toute la lumière sur lui, Isco a pu dicter tranquillement le jeu. Une sorte de remake de la finale de Cardiff en somme.

À lire : Flamboyant avec l’Espagne, énigmatique avec le Real: le point sur Isco Alarcón

Pas dans sa meilleure forme avec la Casa Blanca en ce moment, l’ancien de Málaga a pu avaler les espaces et s’amuser au milieu de terrain. Lui qui avait le lourd rôle d’assurer seul la liaison milieu-attaque a profité d’une liberté assez incroyable à ce niveau de la compétition (voir photo, 100% de ses passes dans le camp adverse sont réussies).

Ce sentiment de gestion/contrôle après le but et pendant une grosse heure est renforcé par le peu de ballons touchés par Cristiano Ronaldo et Karim Benzema. Le Real Madrid avait les cartes en mains et la Juve a été incapable de retourner la table. Une impression de Real tout puissant assez folle, surtout quand on connaît la puissance de la Juve chez elle.

Défense de fer et Keylor Navas de gala

En plus de disposer de joueurs de football incroyables au milieu de terrain, le Real possède une charnière vraiment complémentaire et un gardien de très haut niveau. Hier, comme face au PSG, toutes les lignes madrilènes ont été au niveau voire davantage. En plus de contrôler le rythme au milieu de terrain, Raphaël Varane et Sergio Ramos ont été impériaux lors des incursions italienne dans la maison de Keylor Navas. Percutant dans les duels comme souvent, le duo a écœuré les Bianconeri.

Pour ne rien arranger du côté des Italiens, Keylor Navas était dans une forme rayonnante. Bien protégé par sa charnière, il a su sortir l’arrêt qu’il fallait (l’occasion à bout portant de Gonzalo Higuaín). Une parade cruciale car une égalisation de la Juventus aurait pu changer pas mal de choses sur le plan tactique.

Mise à mort lors de la dernière demi heure

Outre sa supériorité dans le jeu, le Real Madrid n’a jamais été réellement inquiété sur le plan mental. Cette fraîcheur, les Merengue ont pu s’en servir en fin de match. Tandis que la Juve courrait après le score sans réellement trouver la solution, Cristiano Ronaldo s’est élevé dans les cieux pour éteindre les maigres espoirs des Turinois. Cette chilena a détruit les Juventini. Paulo Dybala est exclu. Les Vikingos maintiennent la pression et cherchent à achever leurs adversaires. Ils y parviennent grâce à Marcelo qui parachève l’œuvre quasi-parfaite des hommes de Zinedine Zidane avec un but tout en toucher.

Comme à son habitude, le Real Madrid n’a pas paniqué et a su placer des banderilles qui ont fait mal. En face, cette Juventus a commis trop d’erreurs pour espérer quelque chose face à cette troupe d’élite. Sans avoir réalisé un mauvais match, les joueurs de Max Allegri ont pris la marée et sont rentrés chez eux exténués et avec un 3-0 dans les chaussettes. Même Gigi Buffon n’a plus d’espoirs pour le retour. C’est aussi ça la force du Real Madrid en Ligue des Champions depuis près de 3 ans : ne jamais laisser planer le doute.

Bruno de la Cruz

Commentaires