Unai Emery à la Real Sociedad, est-ce réellement possible ?

0

Alors que les supporters du PSG rêvent de Luis Enrique ou d’un retour de Carlo Ancelotti, ceux de la Real Sociedad espèrent Unai Emery. Mais sa venue à Saint-Sébastien est-elle réellement possible et réalisable ?

En fonction depuis juin 2016 dans l’équipe de la capitale française, Unai Emery semblerait participer à sa dernière saison aux commandes du Paris Saint-Germain. En effet, avec un contrat prenant fin le 30 juin 2018, la fin d’une étape importante de sa carrière se rapproche à grands pas. Une centaine de matchs pour plus de 80 victoires, tel est le bilan à première vue positif de l’entraîneur basque au PSG. Pourtant, ses deux éliminations en huitièmes de finale en Ligue des Champions semblent avoir fixées son départ.

Celui qui pourrait être remplacé par Luis Enrique, l’ancien coach du FC Barcelona, anime les rêves de nombreux supporters de la Real Sociedad, qui espèrent la venue du natif de Hondarribia (Fontarrabie en basque, ndlr) pour des raisons précises.

Emery avec sa coupe 2018 [Crédits : Eurosport]

Un coach temporaire à la Real

Eusebio Sacristán est désormais sans club. En proie à une très mauvaise période sportive, l’entraineur a été limogé après une défaite 1-2 à Anoeta, face au Getafe CF. En effet, la Real Sociedad d’Eusebio traine à la quinzième place du championnat à la trêve, avec seulement 33 points.

Une saison très différente de la derrière, puisque le natif de La Seca (dans la province de Valladolid) avait emmené son équipe à la sixième place de LaLiga, ce qui a permis de jouer l’Europa League. Cette compétition aurait d’ailleurs pu lui permettre de sauver sa place, mais une élimination sur un cumulé de quatre buts à trois en a décidé autrement. C’est le Red Bull Salzbourg qui l’emporte en 1/16e.

En réalité, sa dynamique est mauvaise dans toutes les compétitions. Une élimination en seizièmes (encore) contre le Lleida Esportu (troisième division, ndlr) en est un très bon exemple. Moins de 9 000 personnes avaient d’ailleurs assisté à la défaite 2-3 lors du match retour, où le club basque menait encore 2-0 à la fin de la première période. Le résultat global est donc de 3-3, puisque la Real s’était imposée 0-1 sur la pelouse catalane.

Sous la présidence de Jokin Aperribay, le club de Donostia a muri sa réflexion jusqu’à la trêve internationale, avant de décider que changer d’entraineur soit la meilleure chose à faire.

Il est remplacé par Imanol Alguacil le 18 mars dernier. L’homme rappelant involontairement l’époque des Westerns était auparavant l’entraineur de l’équipe réserve de la Real. Le communiqué officiel indique qu’il sera à ce poste jusqu’à la fin de la saison.

Imanol Alguacil [Crédits : AS]

Emery, en lien étroit avec la Real

Né dans la province du Gipuzkoa, Unai Emery Etxegoien – de son nom complet – a logiquement été en relation avec les clubs de football de cette province basque. Nous pouvons penser au SD Eibar et surtout, à la Real Sociedad. Pourtant, c’est un autre Real que la famille de l’actuel coach a dans le sang, le Real Uníon Irún.

L’histoire de ses ancêtres ramène forcément à la plus belle période de ce club proche de la frontière, puisque Antonio Emery – son grand-père – est le mythique gardien du Real Uníon lors de la présence du club en Liga. En effet, si l’équipe d’Irún est connue en Espagne, c’est parce qu’elle fait partie de la dizaine de clubs ayant participé en 1929 à la première édition de La Liga.
Le père d’Unai a lui aussi été footballeur, au même poste qu’Antinio, et a porté le maillot du Real Uníon à la fin des années 1950.

Malgré ses gènes, Unai Emery n’a jamais porté le maillot de cette équipe et a décidé de viser plus loin. En 1990 il rejoint la réserve de la Real Sociedad, un club avec lequel il garde un fort souvenir.
Cela peut d’ailleurs paraitre étonnant, puisqu’il ne participe qu’à cinq matchs avec l’équipe A, lors de la saison 1995/1996. Ce qui ne l’empêcha pas de marquer un unique but, de la tête, contre Albacete (victoire basque, 8-1). Les gênes de l’ancien joueur ne l’ont pas influencé dans son choix de poste. Malgré deux générations d’Emery gardien de but, Unai a opté pour le milieu de terrain.

Unai et son père en 2016, ce dernier est décédé en 2015 [Crédits : La Voz de Almeria]

La Real, toujours un œil sur Emery

Après quatre ans de bonnes performances avec le Valencia CF, les dirigeants de la Real Sociedad n’ont pas attendu longtemps pour revenir vers celui qui n’a jamais percé à Anoeta.

En 2012, après ses succès en terres valenciennes, le Basque quitte les frontières ibériques pour un championnat moins chaleureux – au niveau des températures –, le чемпионат России по футболу. Autrement dit, la Première Ligue Russe de Football (RFPL). Et c’est le club le plus titré qui lui ouvre les bras, le Spartak Mouscou.
Son style de jeu offensif – et ses préjugés sur les joueurs russes – l’ont conduit à être remercié par le club quelques mois après. Une occasion en or pour la Real Sociedad.

Ce n’est qu’en mars 2016, après avoir donné ses ordres sur le banc du Sevilla FC pendant trois ans, que l’entraineur accepte de livrer l’anecdote.
Sur le plateau d’EiTB, une chaîne locale basque, Unai Emery accepte de parler de la Real Sociedad, de son passage en tant que joueur mais aussi d’une offre plus récente. Après les rires liés au visionnage de son unique but en tant que txuri-urdin, celui qui signera au PSG trois mois plus tard livre une information croustillante, datant de 2013. Alors qu’il a été limogé par le Spartak Mouscou, Unai est – sans surprise – contacté par la Real Sociedad, qui souhaite remplacer Philippe Montagnier. Une offre qu’il refuse, malgré son attrait personnel pour l’équipe de Donostia.

Emery au Sevilla FC [Crédits : Les Transferts]

Un premier refus du coach

Et la raison qu’il donne aux journalistes est loin de toutes celles que nous pouvions imaginer.

Elle concerne ses parents. Le père d’Unai, qui a porté les couleurs du Deportivo Alaves et du Real Uníon, referme-t-il une rivalité avec la Real ? Certainement pas.
L’entraineur explique avoir dit à ses parents que la Real Sociedad lui proposait un poste de coach. Ceux-ci lui aurait alors demandé pourquoi n’y-va-t-il pas et Unai leur aurait répondu : « Si je viens à la Real, ce qui vont le plus souffrir, ce sont vous. »

Une phrase touchante, expliquant que l’entraineur a peur que ses parents reçoivent des insultes ou autres critiques à cause de leur fils. En effet, les rivalités entre les clubs du Pays Basque peuvent conduire certaines personnes à dire de mauvaises choses.

Pourtant, rien n’indique aujourd’hui que le coach ne serait pas favorable à un retour en Pays Basque. De nombreux clubs, qu’ils soient d’Euskadi (le Pays Basque Sud, ndlr) ou du reste de l’Espagne, semblent déjà se montrer intéressés.
Mais la peur des critiques vis-à-vis de ses parents pourrait contraindre Unai Emery à ne pas signer en terres basques. Nous pouvons d’ailleurs remarquer qu’il n’a jamais dirigé une équipe locale, même à ses débuts.

Unai Emery [Crédits : AS]

Les premières rumeurs en Espagne

La Real Sociedad n’est pas le seul club basque à chercher un nouvel entraîneur, et elle est très loin d’être le seul en Liga.

L’Athletic Club, actuellement aux ordres du très contesté Kuko Ziganda, serait selon les rumeurs de comptoir un sérieux rival des txuri-urdin pour Unai Emery. Mais les fans de l’équipe de Bilbao ne sont pas naïfs, ils savent que le cœur de cet entraineur penche largement pour l’équipe rivale. Mais comme nous le confit l’un d’eux, ce ne serait pas le premier supporter de la Real à travailler pour l’Athletic. L’espoir ne semble pas totalement perdu de leur côté.

Les médias professionnels relaient eux aussi leurs informations sur la question du changement d’entraineur de la Real. Les sources de Mundo Deportivo affirment sans broncher que le club est très intéressé par Unai Emery pour remplacer Eusebio. Ces sources parlent aussi d’autres entraineurs basques réputés, tels qu’Asier Garitano (CD Léganes) et Mendilibar (SD Eibar). Amusant de constater que les rumeurs affirment que l’Athletic pensent aussi à ces deux coaches.

En proie à une réelle instabilité au niveau des entraîneurs depuis le départ d’Unai, le Sevilla FC pourrait donc être tout aussi intéressé par un retour de son ancien coach.

Emery à la Real Sociedad [Crédits : Marca]

Quoi qu’il en soit, il est difficile d’imaginer Unai Emery sans club après son très probable départ du PSG. Reste à savoir si son retour en Espagne tant annoncé aura bien lieu, et surtout, dans quel club. Faîtes vos jeux !

Jérémy
@Euskarade

Commentaires