La Previa 1/4 de finale C1 – Olympique Lyonnais – FC Barcelone : la maîtresse face à l’élève

0

Au Parc OL, le FC Barcelone est face à un immense défi : ramener un résultat de la capitale des Gaules en 1/4 de finale aller de la Ligue des Champions (18h45) pour avoir un espoir de qualification contre l’Olympique Lyonnais. Face à l’armada de Reynald Pedros, les Blaugranas ne sont pas favorites mais croient en leur destin.

Sur le papier, c’est impossible. Du haut de ses 4 Ligues des Champions remportées depuis 2011, l’Olympique Lyonnais est un ogre du football féminin européen. Doubles tenantes du titre, les Fenottes sont les grandes favorites pour se succéder une nouvelles fois à elles-mêmes. Pour ce quart de finale aller de C1 qui se dispute au Parc OL, le Barça est condamné à l’exploit. Si le football féminin se développe, que 3 matches de Liga Iberdrola sont diffusés chaque semaine, que la Roja vient de remporter la Cyprus Cup et que les filles jouent de plus en plus souvent dans les enceintes réservées jusque-là aux garçons (le Betis Feminas a joué le 10 mars au Benito-Villamarín et le derbi madrileño entre l’Atleti et le Madrid CFF a été disputé au Wanda Metropolitano samedi dernier), l’Espagne n’a pas encore l’expérience pour lutter face à l’OL, au PSG et à Wolfsburg qui a étrillé les Colchoneras en 1/8 de finale en octobre dernier. Les championnes d’Espagne ont encaissé un sévère 15-2 sur l’ensemble des deux matches, preuve que le fossé demeure immense.

A LIRE : On était au Benito-Villamarín pour Betis-CD Santa Teresa

Alors que peut concrètement espérer le Barça à Lyon ? La saison dernière, les Blaugranas étaient tombées contre le Paris Saint-Germain. Cette fois-ci, le morceau est encore plus gros. « Nous jouons contre la meilleure équipe d’Europe, a affirmé l’entraîneur Fran Sánchez en conférence de presse. Néanmoins, nous allons les affronter avec un maximum d’enthousiasme ». Certes, c’était le pire tirage possible mais hors de question d’aller au Parc OL défaitiste : « L’idée, c’est de passer à l’étape suivante et notre objectif est de réaliser le meilleur match possible pour ramener un bon résultat en vue du match retour ».

Loin de la crainte de prendre un excédent bagage, Vicky Losada (27 ans, milieu, 49 sélections avec la Roja), une des grandes figures du football espagnol, l’assure : « Nous entrerons sur le terrain avec énormément d’envie ». Même son de cloche pour Marta Torrejón (28 ans, défenseur, 79 sélections) : « Les Lyonnaises joueront avec beaucoup d’intensité mais nous voulons gagner. Il faudra être très concentrées défensivement et profiter de chaque occasion ». Le défi est de taille car, à la fois en termes de budget et surtout d’expérience européenne, les Culés ont un déficit conséquent : « Lyon dispose d’une équipe composée de joueuses dotées d’un niveau physique et technique très supérieur à celles que nous avons l’habitude d’affronter. Ce sera à nous d’essayer de nous adapter ».

Où en est le Barça à l’heure actuelle ? Championnes d’hiver avec sa victoire 5-0 contre Levante le 6 janvier dernier, les Blaugranas ont enchaîné 4 victoires, 2 nuls et 1 défaite. Après la trêve, elles ont concédé deux matches nuls, contre l’Atlético et Huelva. La semaine dernière face aux Andalouses, les filles de Fran Sánchez (qui a remplacé Xavi Llorens qui avait passé 11 ans sur le banc, ndlr) n’ont pas su profiter du match nul concédé par les coéquipières d’Aurélie Kaci contre le Madrid CFF et restent donc deuxièmes au classement. Meilleure attaque (71 buts) et meilleure défense (9 buts), le Barça avait-il en tête ce duel au sommet en Ligue des Champions ? Ce qui est certain, c’est que ce 1/4 de finale servira de référence quant à l’avancée du projet du Barça féminin : « Quand on est compétitrice, qu’on s’entraîne tous les jours, c’est pour affronter les meilleures, confessait Élise Bussaglia dans une interview donnée à ¡Furia Liga! il y a 1 mois. Et puis ce sera un bon moyen de voir où on en est, savoir ce qu’on fait bien et ce qu’on a encore à améliorer ».

A LIRE – Elise Bussaglia : « J’avais envie de voir comment le Barça mettait en place sa philosophie de jeu au quotidien »

En somme, l’OL est le meilleur adversaire pour juger du chemin qu’il reste à faire pour que le football féminin espagnol se hisse parmi les meilleures nations européennes et mondiales : « Ça fait une dizaine d’années que Lyon développe sa section féminine, que ce soit en termes de moyens, d’infrastructures, de masse salariale, poursuivait l’internationale française arrivée cette saison en Catalogne. L’OL recrute beaucoup de joueuses exceptionnelles. Le président Aulas a voulu mettre à égalité les femmes et les hommes en ce qui concerne les installations, les entraînements, la récupération, l’hygiène de vie. C’est vrai que Lyon possède un temps d’avance sur un club comme le Barça mais le FCB essaye aussi de développer correctement la section et d’ici peu de temps le club pourra figurer parmi les meilleures mais il faut laisser le temps au temps pour que les choses se mettent en place. A l’Olympique Lyonnais, les joueuses évoluent ensemble depuis de nombreuses années, il faut laisser un peu de temps au Barça pour développer ce vécu ».

Le sort n’a pas été clément pour les Catalanes mais c’est uniquement en se jaugeant face au gratin européen que le football féminin espagnol grandira. Le potentiel est immense, peut-être encore plus qu’en France. Le Barça, au même titre que l’Atlético et le reste de la Liga Iberdrola, a du retard dans son développement mais la philosophie de jeu et les bases sont posées. Au Parc OL, les Blaugranas n’ont absolument rien à perdre et énormément à gagner.

François Miguel Boudet

Commentaires