Deportivo la Corogne – Las Palmas : Un match à la mort ?

0

Un confrontation entre le 18e et le 19e, à la vieille d’une trêve internationale pour lancer le sprint final, ça vaut toujours son pesant de cacahuètes. C’est l’affiche que nous propose la Liga pour ouvrir notre samedi de football. Peut-être pas l’affiche la plus excitante sur le papier… Cependant beaucoup de choses peuvent se jouer sur le terrain de Riazor en ce samedi après-midi. Présentation de l’autre partidazo de la journée.

Un match à la mort ? Pas vraiment pour Paco Jemez qui a tenté de calmer l’emballement autour de la confrontation lors de la conférence d’avant match : « Je ne pense pas que celui qui perd va aller en Segunda et celui qui gagne va sauver. Il est encore trop tôt pour tuer quelqu’un. » C’est sympa de faire des ronds de jambe et de dire qu’avoir 7 points voire plus de retard sur le 17e et premier relégable ce n’est pas très grave à moins de 10 journées de la fin ; sauf que personne n’est dupe. Ce match vaut réellement 6 points et tout le monde le sait, surtout avec le nouvelle forme de Levante (2 victoires en 2 matchs). Tout d’abord parce que le vainqueur peut mettre le vaincu à 3 voire 4 longueurs. En plus de l’aspect mathématique, une victoire peut libérer toute une équipe et lui permettre d’aborder le sprint final avec un peu plus de confiance. Surtout que ce match couperet précède une trêve internationale. Ce moment de répit, s’il arrive après une victoire dans un match aussi important peut permettre au coach de pouvoir travailler dans une certaine tranquillité. L’équipe ne verrait pas sa dynamique positive être cassée tout de suite pendant que le vaincu ruminerait son sort durant 2 semaines. Cet affrontement vaut réellement plus que 3 points, malheur au vaincu, il est prévenu.

Crédits : MundoDeportivo

Docteur Paco et Mister Jemez

A lire :Le voyage initiatique de Paco Jémez

Depuis son arrivée sur le banc de son club, de sa UD comme il a plaisir à dire, Paco est passé par pas mal de sentiments. Entre la violence des débuts, la désillusion avec en point d’orgue la déroute à Montivili et l’espoir par la suite, la vie aux Canaries n’est pas un long fleuve tranquille pour l’ancien du Rayo. Cependant Paco semblait trop calme sur son banc ces derniers temps, à se féliciter des matchs nuls, à bétonner en fin de match pour sécuriser des résultats. Ce n’était pas lui, et, chassez le naturel, il revient au galop. Ce naturel est revenu et a claqué violemment le visage de l’équipe jaune le week-end. Lassé de tous ces nuls, de ce manque d’allant offensif, Paco a demandé à son équipe de se ruer à l’attaque face à Villarreal lors de la dernière journée. Comme face à Girona, Las Palmas n’a pas été plus dangereux qu’à l’accoutumée mais a en plus laissé des boulevards en défense. Ce match devait permettre aux hommes de Paco de lancer leur sprint final, ça c’est fini en eau de boudin avec une défaite sèche et une expulsion. Des errements défensifs bien trop importants face à une équipe comme Villarreal qui dispose de passeurs de très grande qualité. Voilà Las Palmas et Paco renvoyés à leurs incertitudes et leurs faiblesses alors que le coach semblait avoir trouvé une formule sur laquelle travailler. Las Palmas est de retour au point de départ, loin de la 17e place et avec l’obligation de gagner pour rester en vie.

Las Palmas, dans une situation familière ?

Jouer un match qu’on ne doit surtout pas perdre, le Las Palmas de Paco l’a déjà fait. C’était début février, pour le compte de la 22e journée, avec la réception de Malaga alors dernier de Liga. C’était une opposition identique à celle qu’on va vivre à Riazor ce samedi. Les deux ne pouvaient pas se permettre de perdre. Dans ce match à couteaux tirés, c’est Halilovic qui va libérer toute une île et permettre aux siens de lancer une petite série où l’équipe a pris quelques points (3 nuls et 3 défaites).

En face, en Galice, Seedorf n’a toujours pas disputé de finale comme celle qui s’annonce en cette 29e journée. Un sentiment inconnu qui peut être problématique pour les hommes de Willy Wonka. Surtout que Paco a déjà connu des courses au maintien en tant qu’entraîneur, une situation totalement inconnue pour l’ancien du Milan AC et du Real Madrid. On peut alors logiquement douter des capacités de Clarence à réussir à trouver les mots pour permettre à ses joueurs de se surpasser et sortir victorieux de ce choc.

Crédits : riazor.org

Clarence Seedorf, profesor sans projet ni idées ?

A lire : Profesor Seedorf au tableau

Présenté en grande pompe, le séjour de Seedorf en Galice n’est clairement pas une réussite. En 6 journées sur le banc des Turcos, le Néerlandais n’a jamais connu la victoire : 4 défaites et 2 nuls. Pire, son équipe n’a marqué qu’un seul but sous ses ordres alors que le secteur offensif des Galiciens est qualitativement très bon : Adrian, Andone, Lucas Perez, Bakkali, Colak ; il y a réellement de quoi faire. Après 6 matchs on ne voit toujours pas ce que veut mettre en place Clarence avec le Depor et c’est problématique. Sans idées, sans projet, sans volonté, les Turcos sont fades au possible.

Pire encore, le choix des hommes est souvent problématique. Colak est le symbole d’un Clarence qui ne sait pas où il va. Le dernier très bon match du Depor (et la seule fois où ils ont marqués), c’était avec le Turc à l’organisation. Sorti à la pause pour compenser l’expulsion de Koval, le petit meneur de jeu sera de nouveau sur le banc lors de la défaite des siens face à Girona le week-end suivant. Un choix réellement incompréhensible quand on voit le niveau et l’importance du Turc dans l’organisation offensive du Depor. Clarence tâtonne, et ça se voit.

Des absents en pagaille

En plus d’avoir une confrontation entre deux équipes à la rue mentalement, les groupes sont plus qu’amoindris. Coté Las Palmas, le génial Etebo, le maître à jouer Peñalba ou encore le roc défensif Galvez sont absents. Jaïro est aussi trop court pour ce choc même si Paco ne ferme pas la porte à une présence dans les 18. Cependant, il a décidé d’emmener tout le monde avec lui, même les absents.

« L’idée était que nous soyons tous ici, ensemble, pour aider a la cohésion pour faire un groupe. Bigas n’est pas venu car il va devenir père et il m’a fait part de son souhait de rester. » Paco Jemez 

Sur les absents notables, deux vont vraiment faire mal. Ce sont des recrues hivernales mais qui ont pris une place réellement importante dans le XI titulaire des jaunes. Etebo est le catalyseur au milieu de terrain. Réellement partout il fait un bien fou dans l’entre-jeu de Jemez. Bon dans les duels, très utile pour avaler les espaces et casser des lignes balles au pied, l’ancien de Feirense va énormément manquer. L’autre absent notable pour les Pio-Pio est Galvez. Contrairement à Etebo, l’ancien du Rayo est suspendu. Auteur d’un tacle aussi stupide qu’inutile lors du dernier match, il a été expulsé. Un geste qui ne correspond pas au niveau proposé par l’ancien d’Eibar depuis son arrivée. Il solidifie parfaitement la ligne défensive, forme une paire complémentaire avec Ximo. Il aide à la relance et essaye de colmater les brèches. Sans lui, la défense de Las Palmas n’est plus du tout la même.

Coté Depor, il y a aussi de nombreuses absences. Luisinho, Cartabia, Valverde et Boveda ne sont pas convoqués. Les absences, à part celle de Luisinho, sont par contre beaucoup moins notables que pour son adversaire du jour. Clarence Seedorf a clairement plus d’armes pour aligner un XI de qualité et arracher les 3 points. Le roc Sidnei est en tout cas confiant :« Nous avons le matériel pour nous sortir de cette situation et ensemble nous réussirons ». 

Colak pourrait être titulaire dans le coeur du jeu. Le trio Adrian-Andone-Perez devrait être aligné d’entré. Guilherme et Muntari pour couper les contres et protéger la charnière défensive galicienne. Le XI aligné par Seedorf devrait alors fortement ressembler à celui utilisé d’entrée face à Eibar. Un XI qui avait été plus qu’au niveau et dans le coup avant le rouge de Koval avant la mi-temps. Surtout que comme face aux Basques d’EIbar, Riazor devrait répondre encore une fois présent. Stade mythique qui ne mérite pas du tout la Segunda. Les Riazor Blues vont être en feu et contribuer à rendre ce match encore plus électrique. Vous êtes prévenus, ce match s’annonce réellement bouillant. Bloquez votre samedi après-midi.

Stats en vrac

Le Depor a marqué 14 de ses 25 buts en Liga à domicile.

Seulement 6 des 20 buts de Las Palmas en Liga ont été inscrits à l’extérieur.

4 fois le Depor est rentré au vestiaire sur un 0-0 à Riazor.

7 fois Las Palmas est rentré au vestiaire sur un 0-0 à l’extérieur.

Le meilleur buteur du Depor est Andone avec 7 buts.

Le meilleur buteur de Las Palmas est Calleri avec 7 buts aussi.

Benjamin Bruchet 

@BenjaminB_13

Commentaires