Coke, Rodrigo, Griezmann : el once de ¡FuriaLiga! (28e journée)

0

Un XI résolument offensif avec une attaque de feu, un milieu rempli de talent et un gardien en feu : ce XI de la 28e journée respire le football offensif et la grinta.

Neto (Valencia CF) : Si Valencia a tenu le 0-0 avant d’ouvrir le score à Séville et n’a pas douté ensuite, c’est en grande partie grâce à lui. Tout simplement en feu, l’ancien de la Juve a rassuré toute sa défense en étant impérial. Auteur de 5 arrêts, il a dégoûté la ligne offensive de Seville, notamment Luis Muriel. Pour couronner le tout, le voilà sélectionné avec le Brésil.

Coke (Levante) : Il est le sauveur de Levante. Son but de la victoire à Getafe a permis aux Granotes de prendre 4 points sur la zone rouge. Un bol d’air pour un club qui était en chute libre. L’ex capitaine de Séville a délivré toute une équipe. Un but qui va compter dans la course au maintien.

Juanpe (Girona) : Il est là pour son but mais pas uniquement car il représente fièrement toute la défense de Girona. Avec le général Bernardo et Jonas Ramalho, il compose une des meilleures charnières de Liga. Intelligents avec le ballon, solides dans les duels ils sont pour beaucoup dans la réussite actuelle des Catalans. Si les hommes de Pablo Machín n’ont pas encaissé de but depuis 5 matchs à domicile, ce n’est pas un hasard.

Iván Ramis (Éibar) : Il est le symbole d’Eibar. Il représente parfaitement ce collectif tellement fort qu’il permet aux joueurs de se sublimer. Auteur une nouvelle fois d’un but de la tête qui a permis à Eibar d’égaliser, il a tout ratissé de la tête mais n’a pas pu empêcher la défaite des siens.

Jordi Alba (FC Barcelona) : Le départ de Neymar lui a permis d’être de nouveau roi de son couloir. Il avale les kilomètres et recommence à peser offensive. Leo Messi absent pour cause de paternité, c’est à Luis Suárez qu’il a offert une galette. Alba est grand seigneur et aime faire croquer.

Geoffrey Kondogbia (Valencia CF) : Le poulpe était de nouveau de sortie. Face à Séville, il a rayonné au milieu et a envoyé Steven N’Zonzi au tapis. À la récupération et à l’ouverture, l’ex-Palangana était au four et au moulin avec deux passes décisives pour Rodrigo dont une deuxième qu’il va vraiment chercher tout seul. Kondogbia fait plus que frapper à la porte de l’Equipe de France : il est en train de l’enfoncer à coup d’épaule.

Philippe Coutinho (FC Barcelona) : Le petit Brésilien monte en puissance de match en match. Sans Lionel Messi, il a pris les reines de l’attaque du Barça. Il est celui qui a le plus frappé au but face à Málaga (7 fois). Ses tentatives répétées ont été récompensées par un très joli but, une talonnade derrière le pied d’appui. Plus collectif aussi, il entre petit à petit dans le moule Barça.

Loren Morón (Betis) : Que dire ? Il est sorti du chapeau de Quique Setién alors que personne ne le connaissait. Depuis il est juste excellent, avec un physique et un style qui rappel Alex Alegría, l’attaquant marche sur l’eau depuis son premier match de Liga. 2 buts encore lundi soir contre Alavés, ce qui porte son total à 5 buts en 6 titularisations. Hier il a ouvert le score et fait le break pour mettre le Betis à l’abri. Des Verdiblancos qui ont maintenant 40 points et peuvent rêver d’Europe.

Rodrigo Moreno (Valencia CF) : contre Séville, il a été Monsieur 100% avec 5 tirs, 5 cadrés. A deux reprises, il a trouvé les filets. Un doublé qui fait du bien à Valencia. Le premier est magnifique, entre l’ouverture de Kondogbia, le dribble d’Escudero et la manière dont il fixe Sergio Rico… Splendide. Rodrigo marche sur l’eau et ce sont les Blanquinegros qui respirent. En s’imposant à Séville pour la première fois depuis… 14 ans, les hommes de Marcelino sécurisent leurs places en Champion’s et c’est amplement mérité.

Cristiano Ronaldo (Real Madrid) : Il est à l’image du Real, en forme au bon moment. On le savait et c’est une surprise pour personne, la Maison Blanche était préparée pour être au niveau à cette période de l’année pour viser le triplé en C1. L’ouverture du score du Portugais représente bien cette nouvelle dynamique. Ce contrôle poitrine suivi d’une frappe limpide est une merveille.

Antoine Griezmann (Atlético de Madrid) : Le Français rayonne en ce moment. Un premier but tout en intelligence et en maîtrise. Un passe décisive pour Vitolo pleine de génie pour faire le break. « Grizi » est en pleine forme et a retrouvé sa joie de jouer au meilleur des moments pour l’Atleti et les Bleus.

Commentaires