L’Athletic Bilbao, de l’eau pour l’OM ?

0

En plus d’une rime plus ou moins recherchée, le titre évoque l’expression « On va les boire », très utilisée par les supporters de football, en France. Et si nous l’évoquons sur Furia Liga, c’est parce que le match opposant l’Athletic à l’Olympique de Marseille (OM) approche à grands pas. Le club basque est-il un rival facile pour les amateurs de pastis ?

ATHLETIC – OM : SOUVENIRS DE 2016

Si les supporters de l’OM ont majoritairement à cœur de jouer contre l’Athletic, c’est avant tout – voire uniquement – à cause des souvenirs de leurs oppositions en 2016.

À l’époque de leur première confrontation, le 18 février 2016 à Marseille, l’équipe locale avait encore dans ses le milieu de terrain Lassana Diarra, aujourd’hui au Paris Saint Germain. Ce match aller, très faible offensivement – un tir cadré pour chacune des deux équipes – avait été marqué par une incroyable reprise de volée d’Aritz Aduriz à 35 mètres des cages de Mandanda. Les Basques s’étaient imposés 0-1 en laissant l’espoir aux hommes de Michel de remonter à San Mamés.

Ultras marseillais et Ertzaintza [Crédits : Foro Policia]

Le match retour a su être plus intéressant, autant sur la pelouse quand dans la ville de Bilbao. En effet, les Ultras de l’Athletic – associés à ceux des Girondins de Bordeaux – se sont violemment affrontés avec ceux de l’OM. La Ertzaintza (police régionale basque, ndlr) avait dû intervenir en dehors mais aussi à l’intérieur du San Mamés. Justement, avec une ambiance folle créée par les fumigènes marseillais et les chants basques, les 22 joueurs se sont livrés un combat sportif intense. L’Olympique de Marseille domine largement la première période en parvenant à marquer un but (permettant aux Marseillais de revenir à égalité au score total) mais un relâchement en seconde mi-temps permettra aux hommes d’Ernesto Valverde de reprendre l’avantage. Sabin Merino, qui a remplacé Raul Garcia cinq minutes auparavant, parvient à glisser une frappe au ras du poteau gauche et permet ainsi à l’Athletic d’éliminer l’OM en 1/16e de l’Europa League.

Les joueurs et les supporters de l’Olympique ont donc une revanche à prendre.

ATHLETIC : CHANGEMENT DE COACH, CHANGEMENT DE JEU

L’Athletic Club qui avait difficilement éliminé le club marseillais en 2016 était alors dirigé par Ernesto Valverde, l’actuel coach du FC Barcelona. Mais désormais, celui qui cri depuis le banc des Leones n’est autre que José Angel « Kuko » Ziganda, celui qui dirigeait à l’époque le Bilbao Athletic (l’équipe réserve, ndlr).

Le nouveau coach commence tranquillement la saison, matchs amicaux globalement maitrisés, quatre victoires européennes avant d’intégrer le groupe J d’Europa League et un seul but encaissé lors de ses quatre premières rencontres en championnat (dont deux victoires). Pourtant, les matchs qui suivirent lancèrent le mouvement ‘Kuko vete ya’ (Kuko va-t-en, ndlr), très présent au sein des supporters aujourd’hui.

En effet, dans les 19 matchs (comprenant des rencontres de championnat, d’Europa League et de Copa del Rey) disputés entre le 14 septembre et le 02 décembre 2017, les joueurs dirigés par Kuko Ziganda n’ont célébré la victoire que trois fois. Huit défaites et autant de matchs nuls. L’évènement le plus marquant est sans doute l’élimination de la Coupe d’Espagne dès les 1/16, qui opposaient l’Athletic au SD Formentera (D3 espagnol, ndlr) et où les Basques étaient fortement favoris. Défaite 1-2 au score cumulé, avec notamment une défaite 0-1 à domicile, lors du match retour. Les défaites à San Mamés – car il s’agit alors de la seconde hors championnat – sont l’un des évènements déclencheur de la perte de soutien envers Ziganda. En effet, à titre d’exemple, l’Athletic de Valverde ne s’était incliné à domicile uniquement contre le Barça et le Real, lors de la précédente saison de Liga.

Aduriz après son but contre l’OM [Crédits : RMC Sports]

José Angel Ziganda est sauvé par les trois derniers matchs du groupe d’Europa League, où les zori-gorriak ne sont imposés à trois reprises, permettant au Club de terminer premier, devant Östersunds.

[highlight]Pour en savoir plus sur Ziganda : Cliquez ici pour lire un article de novembre 2017[/highlight]

ZIGANDA : À LA RECHERCHE DE CHANGEMENTS

Kuko semble vouloir se détacher des tactiques mises en place par son prédécesseur Ernesto Valverde, mais difficile d’imposer rapidement ses changements dans un effectif très positivement marqué par l’actuel coach du Barça.

Reconnu en Espagne pour avoir fait monter l’équipe réserve de l’Athletic en seconde division espagnole en 2015, une majorité des supporters n’a pourtant pas été très emballée par cet entraineur. Ces derniers y voyaient en général un manque d’ambition du Josu Urrutia (le président, ndlr), qui n’est pas allé chercher un remplaçant à Valverde très loin. Mais difficile de dire que c’est mauvais lorsque n’a pas goûté.

Ziganda a un gros avantage sur tous les entraineurs qui le concurrençaient à son poste, en effet il est le seul à bien connaître la politique du club, mais aussi l’effectif. Avoir entrainé l’équipe B lui permet de connaître la majorité des joueurs qui composent la A. Pourtant, des joueurs qu’il a vu exploser la saison dernière, tel qu’Ager Aketxe – aujourd’hui partit au Toronto FC en MLS – n’ont pas eu leur chance dans l’équipe.

À contrario, des monuments des anciens effectifs de Valverde – dont le meilleur exemple est le milieu de terrain Beñat Etxeberria – ont perdu leur place de titulaire. La venue sur le banc du natif d’Igorre a justement créée une forte contestation à Bilbao. Ce n’est que depuis deux semaines que le joueur a retrouvé la place qu’il mérite, permettant à l’actuel effectif de gagner en dynamisme mais aussi en dangerosité sur coup de pied arrêté. Le pivot Iturraspe-San José, était vivement critiqué par les supporters, qui n’ont pas arrêté de demander le retour de l’ancien du Real Bétis. Celui-ci, au côté de San José, a finalement prouvé – grâce au soutien des fans et à son niveau de jeu – qu’il mérite de retrouver sa place.

Ziganda et Josu Urrutia [Crédits : Athletic Club]

Pour faire changer d’avis Ziganda, il faut le bousculer, c’est ce qu’on fait les joueurs pour Beñat. Mais d’autres footballeurs semblent être mis au placard – ou aux vestiaires – tel que l’attaquant Kike Sola. Disposant déjà de peu de temps de jeu avec Valverde, il ne voit désormais jamais son nom dans la convocation.

ATHLETIC : D’IMPORTANTES ABSENCES

Décision juridique ou médical, plusieurs joueurs importants de l’effectif de Kuko ne pourront pas participer aux rencontres entre l’Athletic Club et l’OM.

Parmi eux, le défenseur central Iñigo Martinez, digne remplaçant d’Aymeric Laporte, partit pour Manchester City. L’ancien joueur de la Real Sociedad, ayant débuté l’édition 2017/2018 de l’Europa League avec l’équipe de Donostia (Saint Sébastien, ndlr) ne peut pas la continuer avec l’équipe rivale. Titulaire en Liga, son agressivité et sa capacité à attaquer autant qu’à défendre vont manquer face aux Marseillais.

Nous pouvons donc aussi citer l’absence d’Aymeric Laporte, vendu à Manchester City pendant le mercato hivernal. Actuellement en train d’impressionner les amateurs de première ligue anglaise, le Français suivait pourtant une forme mitigée en championnat. Cependant, ses performances européennes avaient de quoi plaire. La non-disponibilité de ces deux centraux peut donc rassurer les supporters comme les attaquants marseillais.

[highlight]Pour en savoir plus sur le départ d’Aymeric Laporte : Cliquez ici[/highlight]

Dans un domaine médicale, l’attaquant Iker Muniain, blessé au genou droit depuis septembre 2017 ne pourra pas participer. Très en forme auparavant, connecté en Bluetooth avec Iñaki Williams, celui que l’on surnomme Bart aurait été un danger de taille pour la défense adverse.

Joie après le but de Sabin Merino contre l’OM [Crédits : beIN Sports]

Il faut cependant noter que Muniain et Mikel Balenziaga – défenseur gauche lui aussi blessé – se sont entrainés normalement lors de la session de lundi. Ce qui est inédit. Le défenseur a d’ailleurs été convoqué par l’entraineur basque.

[highlight]Pour en savoir plus sur la blessure de Muniain : Cliquez ici[/highlight]

Mais ce qui est le plus inquiétant, c’est la vague de joueurs incertains depuis une semaine. En premier lieu, celui qui jouait défenseur central avec Aymeric Laporte, Unai Nuñez, s’entraine à part depuis une semaine. Il faut aussi rajouter l’incertitude d’Iñigo Cordoba, jeune remplaçant d’Iker Muniain, blessé à la cheville à Madrid lors de la défaité (2-0) face à l’Atlético. Mikel Rico, qui s’est entrainé seul lundi, souffrant visiblement au pied gauche, est le plus incertain des deux.

ATHLETIC : DES JOUEURS EN FORME

Malgré les blessures et ses trois derniers matchs mitigés (une victoire, un nul et une défaite, chronologiquement), l’Athletic garde en son effectif des joueurs très en forme.

Nous pourrions commencer par le gardien de but, Kepa Arrizabalaga, qui malgré les buts encaissés reste l’un des éléments clefs de Ziganda, mais il devrait être remplacé par Iago Herrerin contre l’OM. Ce gardien, justement, est le préposé aux matchs de Coupe du Roi (où les Basques ont été éliminés) et de Coupe d’Europe. Méconnu dans l’hexagone, il est pourtant de plus en plus apprécié en Espagne, où il a parfaitement remplacé Kepa en championnat, pendant que ce dernier était blessé. Cette saison est une vraie renaissance pour lui. Longtemps dans l’ombre d’Iraizoz – puis de Kepa – il montre aujourd’hui un nouveau visage, celui d’un gardien déterminé et en mesure de ne rien laisser franchir sa ligne.

Aduriz après son but contre l’OM [Crédits : Jean-Paul Pelissier]

Du côté de l’attaque, Aritz Aduriz continue d’être la réelle menace offensive pour l’équipe adverse. Devenu le quatrième meilleur buteur de la C3 (Europa League et Coupe de l’UEFA confondue, ndlr) après un doublé contre le Spartak Moscou, l’attaquant de 37 ans – bien connu des Marseillais – garde la forme. Comparé par les médias français à du bon vin se bonifiant avec l’âge, Aduriz ne sera pas simple à boire pour les Phocéens.
Toujours en attaque, Raul Garcia, le milieu offensif de 31 ans semble suivre le même chemin que l’attaquant, formant d’ailleurs un très bon duo avec lui. Sans oublier Iñaki Williams, peu convainquant contre l’OM en 2016, l’attaquant a pris en confiance et en maturité, devenant une menace importante pour l’OM.

Beñat Etxeberria, dont nous parlions tout à l’heure, est en train de retrouver son grand niveau de 2015 et pourrait – s’il est titulaire – menacer les cages de Mandanda par sa lecture du jeu et sa force de frappe sur coup franc.
En défense, Yeray Alvarez revient de blessure mais n’a pas perdu son niveau pour autant, avec un bon partenaire central, il pourrait protéger Herrerin comme il se doit.

UNE RENCONTRE À HAUT RISQUES

Les Basques – qu’ils soient supporters de l’Athletic ou non – garde un mauvais souvenir de la venue des supporters olympiens en 2016. Les incidents qui avaient alors éclaté entre Ultras rappellent les récentes altercations entre hooligans russes et antifascistes Basques.

[highlight]Pour en savoir plus sur les altercations : Cliquez ici[/highlight]

Le comité de sécurité du Pays Basque a déjà classé la rencontre à haut risques et semblent se préparer à y remédier. La Ertzaintza, qui a perdu l’un de ses membres au milieu des incidents d’il y a deux semaines, pourrait donc être tentée de se venger autant sur les Bilbayens que les Marseillais.

La mobilisation pourrait donc être forte dans les deux camps, bien que différente de celle lors de la venue du Spartak Moscou. En effet, les antifascistes présents ce jour-là ne devraient pas revenir jeudi, les Marseillais n’était ni réputés fascistes, ni néonazis.

Le trophée pour le vainqueur de l’Europa League [Crédits : La Dépêche]

Le onze probable de l’auteur : Herrerín, De Marcos, Yeray, Etxeita, Saborit, Beñat, San José, Raúl García, Williams, Córdoba et Aduriz.

Ce seront donc deux équipes en forme mitigée qui vont s’affronter ce jeudi, à 21h05 sur la pelouse de l’Orange Vélodrome. La motivation semble aussi être la même, tant pour les joueurs que pour les supporters. L’Europa League est le dernier espoir de Ziganda, et les Leones vont se donner à fond pour ne pas perdre leur place dans cette compétition.

Jérémy
@Euskarade

Commentaires