Barça 1 – 0 Atlético : les notes

0

C’était un match pour décider du sort de cette Liga 2017-2018. C’était un match au couteau. Et si le score ne le laisse pas transparaître, l’écart entre le Barça et l’Atlético a été immense au Camp Nou. Un coup franc de Messi a simplement une évidence : le FC Barcelone est la meilleure équipe espagnole cette saison. Voici nos notes du match. 

FC Barcelone

 

Marc-André Ter Stegen (7) : peu de choses à faire mais bien faites.

Jordi Alba (7) : il a multiplié les courses pendant 90 minutes et défensivement on a eu droit à sa meilleure version.

Samuel Umtiti (8) : le patron, tout simplement. Top 3 mondial des centraux actuels et encore on est sévère.

Gerard Piqué (7) : lundi, il détruit la Coupe Davis ; mardi, il convainc le Barça d’investir dans l’e-sport ; mercredi, il hurle sur Mateu Lahoz ; dimanche, il met Diego Costa et Antoine Griezmann dans sa poche. Et chaque soir, Shakira lui demande « tu as passé une bonne journée mon amour ? ». Ce type est un génie, impossible d’en douter. SOn a cru qu’il allait sortir sur blessure histoire de croire qu’il est un peu humain mais même pas !

Sergi Roberto (6) : le plus discret des Culés cet après-midi. Forcément, en comparaison de ses coéquipiers, il fait un peu pâle figure.

Sergio Busquets (7) : le joueur invisible mais s’il n’était pas là son absence crèverait les yeux.

Iván Rakitic (7) : le joueur aux cheveux sortis d’un manga s’est toujours projeté vers l’avant pour distribuer. Il revient à son meilleur niveau et en plus il nous devait une revanche après son match moyen contre Chelsea.

Philippe Coutinho (8) : match au presque parfait pour le Brésilien, titularisé par Ernesto Valverde pour l’occasion. Match de très très haut niveau, on dirait qu’il fait déjà parti des meubles. Remplacé par Paulinho (84′).

Don Andrés Iniesta (7) : il est sorti très tôt à cause d’une douleur à la cuisse mais c’est lui qui donne le « la » en début de match. Pendant 20 minutes, on n’a vu que le Don, à croire qu’il y en avait deux sur le terrain. Remplacé par André Gomes (35′) qu’on ne va pas accabler.

Luis Suárez (7) : toujours aussi intenable et physique, El Pistolero a été remuant mais n’a pu tirer pour la première fois qu’à la… 91e minute ! Et malgré ça, il sort un match costaud.

Lionel Messi (9) : il n’y a plus de superlatifs pour le qualifier. Coup franc « Messiesque », accélération, vista, grinta. Profitons de le voir chaque semaine.

 

Atlético de Madrid

Jan Oblak (6) : au fond, il n’a pas eu grand-chose à faire, hormis ce paradón sur cette frappe de Sergio Busquets à un quart d’heur de la fin. Il effleure le coup franc magistral de Leo Messi mais à l’impossible nul n’est tenu.

Filipe Luis (6) : percutant offensivement surtout en première période, le Brésilien a été à la hauteur de l’événement mais il a été beaucoup trop seul. Remplacé par Lucas Hernández (75′)

Diego Godín (5) : on l’a senti sans mordant, emprunté, bien moins incisif que son compatriote Giménez.

José María Giménez (7) : au marquage de Luis Suárez, le Charrua s’est démultiplié au Camp Nou pour colmater les brèches. Le meilleur Indio cet après-midi.

Sime Vrsaljko (6) : il était là pour défendre et caresser quelques chevilles, il a fait le job. Remplacé par Ángel Correa (60′).

Koke Ressurrección (4) : on attend tellement plus d’un joueur de sa trempe dans un match de ce niveau…

Gabi Fernández (4) : le capitaine colchonero n’a plus beaucoup d’essence dans le réservoir. Le double pivot qu’il a formé avec Thomas Partey a été trop lent face à la vitesse de la ligne offensive blaugrana. Remplacé par Kevin Gameiro (67′) auteur d’un but refusé pour un hors-jeu de Diego Costa.

Thomas Partey (5) : sa faute plein axe qui amène le coup franc victorieux de Messi. Plus actif que Gabi mais pas assez rapide dans ses transitions. Rien ne nouveau sous le soleil.

Saúl Ñiguez (4) : très peu visible sur le côté.

Diego Costa (5) : le Luis Suárez barbu a pesé, râlé, mis des coups mais rien n’y a fait.

Antoine Griezmann (5) : une bonne entame de match, marquée par un excellent travail défensif puis grand-chose à se mettre sous la dent.

Commentaires