Marc Bartra, un joli cadeau pour Quique Setién

0

Après une saison et demi en Allemagne, Marc Batra signe son retour – surprenant en Espagne. Et c’est du côté du Betis que le Catalan va poursuivre sa carrière, sous les ordres d’un coach qui avait bien besoin d’un profil comme le sien.

Ce fut l’un des gros coups du dernier mercato hivernal de l’autre côté des Pyrénées. Dix millions d’euros ont suffit au Betis pour s’offrir le défenseur central catalan, qui évoluait du côté de Dortmund ou il avait atterri à l’été 2016. En Allemagne, le joueur formé à La Masia avait connu des hauts et des bas, livrant des performances correctes lorsqu’il était aligné, tant en tant que défenseur central que sur le flanc droit de la défense, mais ne parvenant jamais à se faire une vraie place dans les onze titulaires de Thomas Tuchel, de Peter Bosz ou de Peter Stöger, pas aidé par les pépins physiques. Le tristement célèbre épisode du bus avant un match de Ligue des Champions face à Monaco semble aussi avoir laissé des traces.Du haut de ses 27 ans, il est face à l’occasion idéale pour enfin devenir le patron défensif d’une équipe. Mais ce n’est peut-être pas pour ses qualités défensives que l’on peut affirmer qu’il va faire énormément de bien au Betis.

Dans le 4-3-3 – souvent 4-1-4-1 sur les phases offensives – de Quique Setién, la circulation du ballon se doit d’être fluide et rapide. Le duo de ‘relayeurs’ Fabian-Guardado parvient généralement à bien distribuer le ballon vers les joueurs positionnés un peu plus haut sur le terrain, tous deux étant dotés d’une qualité de passe et d’une vision de jeu au-dessus de la moyenne, pour le plus grand bonheur de joueurs comme Joaquin ou Sergio Leon. Seulement, le ballon a souvent un peu de mal à parvenir jusqu’à ce duo du milieu. Et pour cause, derrière eux, Javi Garcia, dont les qualités défensives sont certaines, ne semble pas en mesure de briser des lignes par une passe ou une feinte de corps. Résultat, il est souvent contraint de jouer en retrait vers des défenseurs qui ne sont pas forcément brillants à la relance, d’envoyer un long ballon devant, ou pire, de prendre un risque inconsidéré qui peut déboucher sur une erreur. C’est aussi le cas pour Amat lorsque ce dernier est aligné à ce poste. Des lacunes qui obligent d’ailleurs souvent Guardado et Fabian à descendre relativement bas pour chercher le ballon ;  ce qui prive le Betis d’un pion et d’une solution supplémentaire dans la moitié de terrain rivale.

Exemple face à Villarreal : Bartra remonte le ballon jusqu’à la ligne médiane de la moitié de terrain adverse avant d’éliminer plusieurs joueurs avec un ballon pour un joueur offensif. Il termine cette action devant Amat, aligné au milieu pour ce match.

Marc Bartra, dont la vision du jeu et la qualité de passe ont de quoi faire rougir bon nombre de milieux de terrain, va donc devenir la première rampe de lancement des offensives beticas. On peut donc s’attendre à le voir évoluer quasiment au niveau de la ligne du milieu lors des séquences de possession, voire plus haut encore. Il n’hésitera pas à s’emparer du ballon, cherchant à trouver des solutions devant lui ou à temporiser lorsqu’aucune ouverture ne se présente. On a d’ailleurs déjà eu quelques aperçus de son apport potentiel lors son premier match sous sa nouvelle tunique, face à Villarreal, où il a réussi 35 de ses 38 passes, et a réussi ses trois dribbles tentés, et a souvent pris des initiatives balle au pied. Il faut dire que l’ami Bartra a été formé à la bonne école, tant au FC Barcelone qu’au Borussia Dortmund. Fabian et Guardado seront donc en quelque sorte libérés d’un poids, alors que Javi Garcia pourra déléguer ce rôle de relancer au Catalan. Une bonne nouvelle pour les latéraux également, qui devront a priori toucher plus de ballons désormais.

« Je connaissais le coach depuis son passage à Las Palmas, j’adore son style de jeu. Je me sens très identifié et je pratique ce football depuis longtemps », confirmait le joueur lors de sa présentation. Mais n’oublions tout de même pas ses qualités défensives qui vont également être utile. Le Betis en aura d’ailleurs bien besoin, puisque l’équipe encaisse énormément et c’est ce qui l’empêche d’être classée plus haut au classement. Bartra est habitué à défendre dans des équipes jouant assez haut, ce qui lui a permis de développer un bon sens de l’anticipation et une bonne lecture des trajectoires des rivaux et du ballon. Le central de 27 ans affiche aussi certaines qualités dans le jeu aérien, où il est plutôt à l’aise. Il faudra cependant veiller à ne pas être pris dans le dos trop souvent. Contre le Sous-Marin Jaune, l’équipe avait justement joué en 3-5-2, et Mandi et Feddal étaient alignés aux côtés du Catalan, probablement pour le couvrir et lui permettre de se projeter vers l’avant sans trop se soucier de ce qui se passe derrière lui. C’est simple, si le Barça est més que un club, Bartra est més que un défenseur.

Commentaires