Atlético de Madrid – Valencia (1 – 0) : les notes du match

0

Purge annoncée pour les uns, partie d’échecs pour les autres : le duel entre l’Atlético et le Valencia CF a souri aux Colchoneros grâce à un golazo signé Ángel Correa. Qui a cartonné ? Qui n’a pas été au niveau ? Et les Français Lucas, Grizi et Kondogbia ? Voici nos notes du partidazo de la 22e journée de Liga. 

Atlético de Madrid

Jan Oblak (non noté) : il aurait pu oublier ses gants et ses crampons ça n’aurait rien changé puisqu’il n’a rien eu à faire du match.

Lucas Hernández (3) : d’abord latéral gauche, il est passé dans l’axe après la sortie de Diego Godín. Il a bien bloqué son couloir avant d’être plus tranquille en charnière, Valencia ne jouant que sur les côtés.

Diego Godín (3) : avant de se faire exploser la mâchoire par Neto, ce qui va lui permettre de retrouver le goût ancestral de la purée et de la soupe, l’Uruguayen n’a pas commis d’erreurs, se contentant de faire le boulot. La routine. Remplacé par Juanfran.

Stevan Savic (non noté) : rapidement blessé et remplacé par José María Giménez qui a fait la paire avec Lucas sans trop de soucis.

Sime Vrsaliko (3) : latéral droit puis latéral gauche, le Croate reste propre. Très bonne pioche de l’Atleti qui confirme sortie après sortie.

Yannick Carrasco (1) : un gros premier quart d’heure pour accélérer puis faire le mauvais choix, invisible ensuite. Ángel Correa sans le but quoi. Remplacé par Gabi qui aurait dû être exclu pour un 2e jaune évident mais il avait le totem d’immunité.

Saúl Ñiguez (4) : une bonne frappe quoique non cadrée pour réveiller Neto et surtout une très grosse prestation au milieu. Valencia ne s’est aventuré qu’une seule fois dans cette zone, en fin de 1re mi-temps. Mais bon Mina-Zaza, y avait pas de quoi s’affoler.

Koke Resurrección (4) : le footballeur à la tête d’acteur de pornac a tenu la boutique colchonera. Pas un hasard si, quand il est au top, l’Atleti ne recule pas après avoir marqué. Ça faisait un bail que ce n’était pas arrivé d’ailleurs.

Ángel Correa (4) : Yannick Carrasco avec le but. Son derechazo a littéralement anesthésié les Blanquinegros. On ne va pas se mentir, ça sortait un peu de nulle part tant l’Argentin avait disparu des radars. Sa dernière demi-heure est bien meilleure. Et même si son rendement laisse à désirer, son but fait de lui le héros du match.

Antoine Griezmann (1) : pas un ballon à grailler, des tentatives certes mais bien trop peu pour un joueur de son niveau. À qui était adressé ce doigt sur la bouche en fin de match ? Bref, un match à oublier.

Diego Costa (2) : son dunk sur José Gayà en 1re période a failli finir au fond sans la détente laser de Neto. Puissant, pénible à marquer, la Bestia a essayé de peser sur la défense che. Rien de bien fou car il n’a jamais pu se mettre en position de tir dans le jeu.

Valencia CF

Neto Murara (3) : sa parade sur la tête de Diego Costa en 1re période est superbe. Ne peut rien sur la sacoche de l’espace d’Ángel Correa.

José Luis Gayà (2) : hormis cette « erreur » de marquage sur la tête de Costa (en même temps qui a décidé que c’était lui qui devait s’y coller ?), beaucoup de centres qui ne trouvent personne, des passes en retrait. Son association avec Lato ne fonctionne pas plus que la semaine dernière contre le Real Madrid.

Gabriel Paulista (3) : le Brésilien a promené sa maxi-tête sans trop d’encombres alors que l’opposition du soir était bien relevée. Beaucoup plus rassurant que lors de ses dernières sorties.

Ezequiel Garay (3) : convenable mais pas transcendant comme à son habitude. Son duo avec Gabriel Paulista est rôdé, Antoine Griezmann et Diego Costa n’ont jamais pu se mettre en bonne position tout au long du match.

Rubén Vezo (3) : on s’attendait à un match très compliqué en position de latéral droit mais il s’en est plutôt bien tiré. Joli coup d’épaule pour envoyer valdinguer Diego Costa.

Toni Lato (2) : vu que Valencia ne joue que sur les côtés, il a eu des opportunités pour se mettre en valeur. Mais comme écrit plus haut, son binôme avec Gayà n’est pas optimal pour le moment. Remplacé par Rodrigo Moreno.

Dani Parejo (1) : il couvre du terrain mais c’est à peu près tout. Dans l’ombre de Kondogbia. On attend plus du capitaine.

Geoffrey Kondogbia (3) : le Taureau, le Poulpe, le Patron, appelez-le comme vous voulez. Kondogbia a été une nouvelle fois remarquable pour remonter les balles et défendre. C’est lui qui va chercher le coup franc plein axe pour Dani Parejo. Mais c’est aussi lui qui oublie Ángel Correa dans son dos sur le but, histoire de rappeler combien Valencia est dépendant du Français.

Nemanja Maksimovic (3) : annoncé remplaçant, le Serbe était bien titulaire sur le côté droit. Pas facile d’être serein avec le duo Lucas-Carrasco devant et Rubén Vezo derrière. Dans un rôle moins offensif que Carlos Soler, Maksimovic a fait du très bon travail pour bloquer les deux flèches colchoneras. Remplacé par Carlos Soler.

Santi Mina (1) : quand il est titulaire, le Galicien annule les efforts de son binôme. De l’envie, du dézonage mais des contrôles calamiteux en 1re période. Le néant en 2nde.

Simone Zaza (1) : il se bat, il fait les efforts mais il se complique beaucoup trop la vie, surtout quand dans un tel match, les occasions de but sont minces. Un 9 ça doit marquer et ça fait un bail que ce n’est plus arrivé à l’Italien. Pas au niveau ce soir.

– Le barème –

0 : Match ultra préjudiciable pour son équipe et/ou avec un comportement dangereux

1 : Match très faible

2 : Match insuffisant

3 : Match correct

4 : Bon match, apport net dans le jeu de son équipe

5 : Super match

Un joueur doit au moins jouer 30 minutes pour être noté.

Commentaires