Valencia – Real Madrid : les notes de la rencontre !

0

Dans un Mestalla chauffé à blanc, ce n’était pas encore le podium qui se jouait mais presque. Au terme d’un match plutôt plaisant à voir, c’est le Real qui a disposé d’un Valence qui confirme sa mauvaise passe du moment. Qui a surnagé, qui a été à la cave ? Voici les notes du FuriaLiga sur ce Partidazo de la 21e journée de Liga. 

Valence

 

Neto (2) : courageux devant Bale (7′) malgré son choc avec Garay, le portier s’est incliné face au penalty de Cristiano Ronaldo (14′). Vigilant devant une déviation du portugais sur un centre de Bale (68′), il ne sort pas la parade devant Marcelo (83′) et Kroos (88′). Pas décisif.

Garay (2) : sa mésentente avec Neto (7′) a failli coûter un but, et il a semblé longtemps souffrir de la clavicule. L’ex défenseur de Santander a peiné face au jeu de déviation de Benzema, et Ronaldo l’a piégé plus d’une fois, sans conséquence. Il se fait avoir comme un débutant sur le troisième but signé Marcelo (83′).

Coquelin (3) : solution ultime pour accompagner Garay dans l’axe, l’ancien Gunner a tenu le baraque grâce à sa lecture des trajectoires, gérant tant bien que mal un alignement approximatif avec son compère du jour. Un intérim de très bonne facture, vu l’adversité.

Montoya (0) : sa faute grossière sur Ronaldo en pleine surface (14′) a vite entamé sa confiance, et il a récidivé vingt minutes plus tard en bousculant bêtement Benzema, coupant les jambes de ses partenaires. Un cauchemar, mais Marcelino l’a laissé sur la pelouse, et le joueur a rendu un second acte plus correct jusqu’au débordement de Marcelo (89′).

Lato (2) : régulièrement secoué, le jeune latéral n’a pas démérité et s’est accroché tant bien que mal. Quelque coups de reins de Bale l’ont fait souffrir mais il ne s’est jamais caché derrière Gaya.

Dani Parejo (5) : hormis sa piètre simulation (41′), il a assurément été le meilleur joueur des siens : sûr dans le relais (101 ballons touchés, soit 4 de moins que le meilleur otal derrière Kroos), inspiré dans ses passes entre les lignes, mordant sans le ballon, l’ex de Getafe été au niveau du rendez-vous. C’est lui qui botte le corner sur le but de Mina, et il est à deux doigts de prendre Navas à contre pied sur une action qu’il a initié avec brio (65′). Digne.

G. Kondogbia (3) : il a mis du temps à se mettre dans le bain, gêné par le harcèlement du duo Kroos-Modric. Un magnifique numéro de soliste ponctuée d’une superbe frappe détournée par Navas a réveillé son match (24′). Il a égaré quelques ballons, mais sa faculté à résister au pressing reste précieuse. A terminé très fatigué.

Santi Mina (3) : sur sa lancée, l’espoir a enchaîné sa 8e titularisation avec une 8e perle enfilée, en roublard (57′). Avant ça, il s’était montré plutôt inspiré balle au pied et malin dans ses déplacements. Un sens des responsabilités appréciable mais pas suffisamment bien accompagné pas ses différents compères d’attaques.

Guedes (2) : une collection de mauvais choix que son poste (ailier droit) n’explique pas tout. Plus intéressant quand il est rentré à l’intérieur pour s’appuyer sur son duo d’attaquants, comme lorsqu’il cadre avant la pause (45′). Malheureusement pour lui, il se blesse sur cette occasion. Remplacé à la pause par un Carlos Soler (3) qui a tout de suite apporté de la maîtrise au jeu che, faisant vivre le ballon avec bonheur pour toucher des partenaires et faire souffler son équipe.

Gaya (2) : de l’activité et un souci permanent d’apporter le surnombre dans les deux surfaces, mais l’homme du couloir gauche n’a jamais transformé l’essai en offrande. Un contenu qui manque de relief.

Rodrigo Moreno (2) : d’un canon au dessus, il lança son match (9′). Sa mission de piston dans les transitions offensives a été plutôt menée à bien, mais il n’a jamais su exister dans la surface adverse, considérablement gêné dans son travail dos au but. Comme un symbole, il ne parvient pas à redresser un centre -certes puissant- de Santi Mina alors que le but semblait ouvert. Il cède sa place à la 75e minute à Zaza. L’Italien rentre au moment où le Real fait le break.

Real Madrid

Navas (3) : le gardien qui a plus que jamais la confiance de son coach a encore sorti une partition aboutie. Solide sur sa ligne, il a tenu la baraque quand la tempête secouait le bateau Real. Il confirme qu’il est encore dans le coup et que ZZ a raison de ne pas vouloir de renfort cet hiver à ce poste.

Carvajal (3) : face à Guedes, Carvajal n’a pas eu la vie facile. Peu porté vers l’offensive, il s’est surtout contenté de bien défendre et de bloquer son couloir. Ce n’est pas pour rien si Guedes a été peu influent dans le jeu. Un match solide du latéral espagnol.

Nacho (3) : bien que fautif sur le but de Mina où il perd le marquage, le soldat Nacho a répondu présent. Récupérant un grand nombre de ballons (plus haut total du match), il forme une paire solide avec Varane. On attend peut-être un peu plus de lui à la relance, mais l’essentiel est rempli.

Varane (3) : moins en vue que son comparse, il a beaucoup dezonné pour suivre Mina ou Rodrigo qui ont beaucoup permuté. Pas dans un fauteuil, il a été souvent mis hors de position mais n’a jamais été vraiment pris à défaut. Un match solide avec un apport intéressant à la relance.

Marcelo (4) : le virevoltant latéral retrouve des couleurs. Loin de son niveau depuis le début de saison, le Brésilien a sorti un match exceptionnel. Premier contre-attaquant, il a fait un mal fou à son vis à vis. Il est l’auteur d’un très beau but au terme d’un joli échange avec Asensio pour mettre à l’abri le Real en fin de match. Il est aussi décisif sur le contre qui amène le premier but de CR7. Un match plein pour lui.

Casemiro (2) : match en demi-teinte de la sentinelle brésilienne. Intéressant dans la lecture du jeu, il a récupéré beaucoup de ballons. Cependant il a été souvent dépassé dans l’impact physique, surtout en première période. Souvent dans le mauvais tempo, il a été un poids lorsque le Real a eu le ballon. Tout n’est pas à jeter pour le brésilien, mais il est encore très loin de son niveau.

Kroos (4) : sans son but, il aurait eu 3. Petite main dans le jeu du Real, l’Allemand est un rouage essentiel du jeu des Vikingos. Comme d’habitude, l’Allemand est frustrant par son manque d’initiative, il préfère être propre quitte à faire une passe inutile et ne pas tenter d’allonger pour lancer un coéquipier. Son but en fin de match scelle la victoire des siens.

Modric (3) : l’homme qui doit apporter de la folie dans le jeu des Merengues a été plutôt discret aujourd’hui. Bien qu’important et utile notamment par des coups de rien bien sentis pour se défaire du marquage, Modric a eu un peu de mal à faire des différences balle au pied. Il est cependant sur la bonne voie, et retrouve petit à petit son niveau. Remplacé par Kovacic à la 88e, le Croate a quand même eu le temps de décaler Kroos pour le 4-1.

Bale (2) : le Gallois qui avait été étincelant face au Depor a été beaucoup moins en vue aujourd’hui. Il rate une très grosse occasion en première période, et n’a que trop peu pesé dans le jeu. Il n’a touché que 38 ballons et fait 22 passes. Le seul point positif de son match c’est l’absence de blessure, et c’est déjà beaucoup pour lui. Remplacé par Vazquez à la 68e.

Cristiano Ronaldo (4) : le Portugais à l’œil au beurre noir a été excellent. Tueur tout d’abord sur les deux penaltys des siens, il n’a pas tremblé face à Neto. Dans le jeu aussi, on a retrouvé un Portugais impliqué, concentré, il ne s’est pas perdu dans des numéros de soliste voués à l’échec. Deuxième doublé en deux matchs de Liga pour lui. Même si tout n’a pas été parfait, il a été le référent offensif du Real, rôle qui lui va bien.

Benzema (2) : pour un retour dans le XI titulaire du Real en Liga, le Français a fait le match qu’on attendait de lui, ni plus ni moins. Là pour mettre dans les meilleures conditions CR7, il a beaucoup dezonné pour apporter des solutions. Il a touché beaucoup de ballons et a été utile dans la conservation de balle. Sa remise pour le Lusitanien sur l’action qui amène le penalty est l’exemple de son travail de fourmi. Il n’a pu tirer qu’une fois et garde cependant son compteur bloqué à 2 unités en Liga ce qui est insuffisant pour un attaquant de pointe. Remplacé par Asensio à la 78e, le jeune Espagnol a été l’auteur d’une jolie passe décisive pour Marcelo ensuite.

Benjamin Bruchet et Bruno de la Cruz

– Le barème –

0 : Match ultra préjudiciable pour son équipe et/ou avec un comportement dangereux

1 : Match très faible

2 : Match insuffisant

3 : Match correct

4 : Bon match, apport net dans le jeu de son équipe

5 : Super match

Un joueur doit au moins jouer 30 minutes pour être noté.

Commentaires