Athletic – Un Roumain à San Mamés : la polémique Cristian Ganea

0

Cristian Ganea vient de signer un accord de principe avec l’Athletic pour trois saisons. Les rumeurs d’arrivées de l’international roumain avaient provoqué quelques différends au sein de la communauté des supporters des Leones. Mais y a-t-il réellement matière à polémiquer ? 

POURQUOI DES DIFFÉRENDS ?

Cristian Ganea possède la double nationalité roumaine et espagnole. Né en Roumanie en 1993, dans la même région que Dracula, il rejoint le Pays basque à onze ans. Vivant désormais dans la ville de Basauri, il a pris la nationalité espagnole dès que la possibilité s’est présentée. C’est donc cette naissance dans l’Europe de l’Est qui perturbe une partie des supporters du club vizcaíno. Mais les partisans de la venue du latéral gauche opposent des arguments de taille pour prouver que le joueur est en droit de rejoindre l’équipe de Kuko Ziganda. L’entraîneur des Leones s’attirent les services de l’arrière gauche alors que Mikel Balenziaga enchaîne les incertitudes médicales. Son remplaçant, Enric Saborit, s’en tire pourtant très bien, preuve en est sa toute première passe décisive en Liga dimanche dernier, un très beau centre pour Iñaki Williams contre l’Espanyol.

Crédits : as.com

LES ARGUMENTS DES PARTISANS

Cristian Ganea commence à jouer au football en terres basques. Comme par exemple Aymeric Laporte, il a évolué dans les plus jeunes catégories du CD Baskonia, équipe filiale de l’Athletic, avant de rejoindre la Juvenil du club de sa ville, le CD Indartsu.

Alors qu’il a dix-sept ans, il participe aux tournois U18 des sélections des communautés autonomes avec celle du Pays basque. C’est là qu’il est repéré par l’un des recruteurs du RCD Mallorca, avant de rejoindre leur équipe réserve pour la saison suivante.

L’argument premier des partisans de la venue du joueur de 25 ans est donc tout trouvé. Avec l’assouplissement de la politique de recrutement au début des années 1990, l’Athletic peut notamment recruter des joueurs formés au Pays basque, sans pour autant qu’ils aient des liens de sang dans la région.

A LIRE : L’Athletic, le leader de la politique basque

Ganea n’a pas de sang basque mais il a appris le football dans la région de Bilbao. Le fait qu’il ait joué avec la sélection basque marque encore plus sa légitimité, voire son droit, de jouer à l’Athletic. En revanche, les Zuri-gorriak ont toujours essayé de continuer à prendre des Basques, formés au non dans la région, mais originaire d’une des sept provinces d’Euskal Herria.
Le cas d’Enric Saborit le prouve. Né en Catalogne, formé à l’Espanyol, le joueur ne pouvait visiblement pas rejoindre l’Athletic sans entraver la politique. C’est pourtant ce qu’il fit en 2008, sans pour autant s’attirer une masse de critiques. En réalité, le défenseur a une mère d’origine basque, ce qui lui a permis d’entrée à Lezama, le centre de formation des Leones.

PHILOSOPHIE RESPECTÉE ?

Quoi qu’il en soit, l’international roumain sera joueur de l’Athletic le 1er juillet 2018, en même temps qu’Ander Capa. Les deux joueurs terminent la saison dans leurs clubs respectifs que sont le FC Viitorul Castanta et le SD Eibar.

Crédits : Fussball

L’accord de principe signé entre Cristian Ganea et l’Athletic indique qu’une saison supplémentaire pourrait être incluse dans le contrat. Pour le moment, Ganea devrait être lié à l’Athletic jusqu’au 30 juin 2021.

Le futur lion a déclaré à MARCA avoir « des liens pour pouvoir jouer à l’Athletic, puisque je me suis entraîné dans des équipes locales quand j’étais gamin. On n’a pas seulement besoin d’être né là-bas pour pouvoir y jouer. Le club est venu à moi, je ne me suis pas présenté à eux, ce qui signifie que je rentre dans la politique ».
De plus, les parents du nouveau vivent toujours au Pays basque. Ce transfert lui permet donc de se rapprocher de sa famille, tout en lui promettant une évolution dans son championnat, ce qu’il a déclaré mériter.

Quels que soient les arguments des opposants à son arrivée à l’Athletic, Cristian Ganea entre dans la politique d’après les critères en vigueur. Cependant, cela n’empêchera pas les plus conservateurs de s’opposer à la venue d’un Roumain dans l’effectif.

Jérémy
@Euskarade

Commentaires