Le onze type de Furia Liga à la trêve !

0

Chaque rédaction y va de son onze type à la trêve hivernale, et forcément, chez Furia Liga, on a pas voulu rester en retrait ! Chaque rédacteur a voté pour constituer un onze titulaire avec un banc de touche et un coach. Voici les résultats, garantis 100% objectivité et 0% mauvaise foi (pour de vrai, vraiment) ! 

On ne va pas se mentir, le succès d’une équipe – ou son échec – repose principalement sur les qualités de son coach. Chez Furia Liga, c’est Pablo Machín, l’entraîneur de Girona, qui a été plébiscité. Grâce à ses résultats forcément, lui qui a permis au promu catalan de se hisser jusqu’à la 10e position, mais aussi pour son style, lui qui a l’habitude d’utiliser un 3-5-2/3-4-2-1 plutôt porté vers l’avant, ayant permis de sublimer bon nombre de joueurs comme Alex Granell, Pere Pons, Borja, Pablo Maffeo, Portu ou encore Stuani. Pepe Bordalas (Getafe) et Marcelino (Valence) ont également été mentionnés lors de nos votes. Quant au poste de gardien de but, il n’y a eu absolument aucun débat, dans la mesure ou Marc-André ter Stegen l’a emporté avec une majorité écrasante. Il est l’un des principaux artisans du début de saison canon du FC Barcelone, nous réservant plusieurs parades de grande classe à quasiment chaque rencontre, offrant de nombreux points aux siens. Il devance un Oblak (Atlético) qui a aussi reçu bon nombre de vote, alors que le ressuscité Vicente Guaita (Getafe) est arrivé troisième.

Outre le poste de gardien de but, le secteur défensif n’a fait l’objet d’aucune contestation. Le Catalan Jordi Alba s’impose avec pratiquement tous les votes sur le flanc gauche de notre arrière-garde, tant il a brillé lors de ses premiers mois de compétition. Sur le côté droit, c’était un peu plus disputé, et la pépite de la Real Sociedad Alvaro Odriozola, fraîchement international, s’impose devant une autre pépite, Pablo Maffeo (Girona). Dans l’axe, il y a aussi eu peu de débat, le duo Samuel Umtiti (FC Barcelone) – Djené (Getafe). Si le premier n’est plus à présenter, le deuxième est peut-être la plus grosse surprise de la saison en Espagne, réalisant plusieurs matchs référence face aux gros du championnat et étant une des clés de la surprenante première partie de saison de Getafe. Excellent dans l’anticipation, intelligent et rugueux malgré un gabarit assez light, il est devenu une référence à son poste en l’espace de quelques mois seulement. On notera que Jeison Murillo (Valence) aurait pu prétendre à une place, mais son faible nombre de matchs joués après un début de saison canon l’ont forcément handicapé au moment des votes par rapport aux autres.

Dans l’axe, ce fut en revanche bien plus disputé. Fort de son excellente première partie de saison, lui qui est en charge de réguler l’équilibre des Ches, Geoffrey Kondogbia est revenu dans la plupart des votes de la rédaction. Quant à Rodri, qui occupe un rôle similaire bien qu’un peu plus défensif par rapport au Français du côté de Villarreal, il est clairement l’un des coups de cœur de la rédaction, devant des joueurs qui ont également reçu plusieurs fois et auraient pu prétendre à une place dans le onze comme Sergio Busquets (FC Barcelone), Alex Granell (Girona) ou Asier Illarramendi (Real Sociedad). Son coéquipier Manu Trigueros a lui réussi à se frayer une place sur le banc de touche. Et c’est Portu (Girona), aligné dans un rôle assez hybride entre le milieu de terrain et le rôle de soutien de Christian Stuani devant, qui complète notre entrejeu. Aussi bon dans l’élaboration du jeu qu’à la conclusion des actions et plus que doué balle au pied, il est clairement l’une des belles surprises de la saison de l’autre côté des Pyrénées.

Devant, ce fut extrêmement serré, avec un Gonçalo Guedes qui est par exemple resté aux portes du onze type mais qui s’est offert une place sur le banc sans aucun problème. Lionel Messi est forcément présent dans le onze, lui qui est probablement le seul joueur dont la place ne peut être l’objet d’un débat ou de contestations. Iago Aspas (Celta), malgré un début de saison très mitigé, s’est parfaitement relancé et fait des miracles tous les week-ends sous la tunique celeste. Et en pointe, avec un bon nombre de voix et devant des joueurs comme Zaza (Valence), Stuani (Girona) ou Rodrigo Moreno (Valence), on retrouve Cédric Bakambu, le goleador de Villarreal. Un onze qui a donc fière allure, dans lequel on a notamment voulu mettre en avant certains joueurs un peu moins médiatisés que les cracks habituels. N’hésitez pas à réagir sur les réseaux sociaux, toute critique sera la bienvenue sauf celle(s) demandant pourquoi Benzema ou Parejo n’ont pas été choisis dans le onze type !

Commentaires