Mbappé dans Marca : « Au Bernabéu nous pouvons envoyer un message au monde »

0

Quarante jours avant Real Madrid-PSG, Marca a interviewé Kyllian Mbappé. L’international français évoque la Ligue des Champions, sa relation avec Neymar, son jeu et ses objectifs. Nous avons traduit en intégralité l’entrevue accordée dans le quotidien sportif espagnol. 

On dit que Real Madrid – PSG est une finale de la Ligue des Champions avant la lettre. Vous êtes d’accord ?

Oui, nous sommes deux des meilleures équipes du monde. Bon, le Real Madrid est la meilleure équipe du monde, il a gagné deux Ligues des Champions d’affilée et nous, nous grandissons. Je crois que ce sera une grande confrontation et nous allons au Bernabéu pour nous qualifier.

Que vous suggère votre baptême au Bernabéu ?

J’ai déjà joué de grands matches mais jamais au Bernabéu. Ce sera ma première fois et j’ai vraiment envie de bien le voir la veille du match, l’observer tranquillement et bien préparer le match.

Au Bernabéu, les joueurs veulent marquer les esprits en réalisant un bon match. C’est encore plus particulier pour vous ?

Non, c’est spécial parce que ce sont les huitièmes, un match très important. Nous savons qu’au Bernabéu nous pouvons envoyer un message au monde. C’est un match qui peut marquer notre histoire contre le champion en titre et nous sommes tous très motivés.

Je vais au Bernabéu pour jouer et gagner

Ça vous en impose l’histoire du Real Madrid et de ses titres ?

Il faut respecter toutes les équipes mais quand nous arriverons au Bernabéu, il n’y aura plus de respect. Il s’agira de montrer notre qualité.

Qu’est-ce qui vous plaît le plus au Real Madrid ?

Il est surtout très complet. Il y a des joueurs qui sont des références à chaque poste et qui évoluent ensemble depuis de nombreuses années.

Face-à-face avec Cristiano Ronaldo : une nouvelle rencontre avec votre idole ?

Oui, bien sûr, c’est une idole de jeunesse et ça a été beau de le connaître quand j’ai visité Valdebebas (le centre sportif du Real Madrid, ndlr). Mais je suis un compétiteur et en tant que tel je veux gagner, gagner, gagner. En fait, peu importe qui se trouve en face, ce que nous voulons c’est gagner. Je l’ai adoré quand j’étais petit mais c’est fini. À présent je vais au Bernabéu pour jouer et gagner.

Mais il reste une de vos références ?

On apprend de quelqu’un qui a remporté 5 Ballons d’Or, c’est certain. C’est un grand joueur, mais il y en a aussi au PSG. Ici, il y a Neymar qui, pour moi, ressemble beaucoup à Cristiano et qui est pratiquement au même niveau que lui. En tant que buteur, j’apprends aussi de Cavani.

La MCN est à la mode : est-elle déjà au-dessus des autres ?

Sincèrement, nous ne pensons pas à ça. Vraiment, nous ne pensons pas à être la meilleure attaque du monde mais à être la meilleure équipe du monde. Ce que nous voulons, c’est gagner. Nous sommes des compétiteurs. C’est agréable d’avoir la meilleure attaque du monde mais ça ne te garantit rien. C’est toute l’équipe qui gagne. C’est certain que c’est bien d’avoir un bon attaquant mais il faut gagner. Le PSG est l’éternel aspirant à être couronné champion d’Europe.

Avec ce super projet, croyez-vous que votre moment est arrivé ?

Et pourquoi pas ? Nous avons fait une très bonne phase de groupes et nous avons l’opportunité de démontrer au monde que nous pouvons éliminer le double champion d’Europe. En fait, il n’y a pas de pression, absolument pas. La pression n’ai pas sur nous. Nous allons faire notre match, notre jeu et tout donner pour nous qualifier.

Crédits : deccanchronicle.com

Neymar vous a pris sous son aile. Il prend toujours du plaisir sur le terrain : c’est le chemin pour réussir ?

De l’extérieur, les gens voient sur le terrain un Neymar qu’il n’est pas. Les gens le voient faire ses feintes et croient qu’il ne pense qu’à s’amuser, qu’il est égoïste, qu’il ne pense qu’à lui. Mais quand tu partages le vestiaire avec lui, tu te rends compte qu’il n’y a rien de ça. C’est vraiment une personne aimable, qui se rapproche pour s’intéresser aux autres, très sympathique et qui joue avant tout pour l’équipe. C’est vrai que son football, c’est le dribble. C’est un grand dribbleur et tu ne vas pas lui demander d’arrêter de le faire parce qu’il le fait très bien. Personne n’est aussi bon que lui dans ce registre. C’est un footballeur qui peut nous faire gagner des titres et il faut profiter.

Vous êtes excité de vous mesurer à ce qui aurait pu être votre équipe ?

Non, cela fait partie de la carrière d’un footballeur. Il y a eu beaucoup de rumeurs de transfert, nous avons parlé mais je crois que c’est du passé désormais pour moi et pour le Real Madrid je crois. Aujourd’hui, je joue au PSG et je vais défendre ses couleurs à 100%.

Pourquoi avoir choisir de signer au PSG ?

Parce que le PSG est l’équipe de ma ville. C’est comme si un enfant madrilène supporter du Real Madrid avait l’opportunité de jouer dans son équipe et qu’il va ailleurs, dans un autre pays. Non, je voulais jouer au PSG et je suis actuellement très content de comment les choses se passent.

Cependant, vous êtes jeunes. On ne sait jamais, non ?

Oui, bien sûr, je suis très jeune. J’ai le temps mais comme je dis je veux jouer dans la future meilleure équipe du monde et le PSG a tout pour y arriver. Si cette équipe grandit avec moi, il n’y a aucune raison d’en partir.

L’équipe qui sortira vainqueur de ce huitième sera un favori évident pour gagner la Ligue des Champions.

D’où vous vient cette vélocité que vous imprimez à votre jeu ? C’est inné ou ça se travaille ?

J’ai toujours eu cette rapidité mais ça doit se travailler. Un footballeur doit toujours être forme pour pouvoir répéter les efforts tous les deux ou trois jours.

Le FC Barcelone et le Real Madrid sont les rivaux à battre pour l’hégémonie des prochaines années ?

Ils ont dominé le football ces dernières années, mais je crois qu’ils ne sont plus seuls aujourd’hui. Il y a de grandes équipes. Il y a Manchester City qui crève l’écran, nous sommes là aussi, la Juve, le Bayern. Beaucoup peuvent aller loin.

Sortir victorieux d’un choc contre le Real Madrid serait un coup de fouet à l’ambitieux projet du PSG ?

Sans doute. L’équipe qui sortira vainqueur de ce huitième sera un favori évident pour gagner la Ligue des Champions. Si nous sommes capables d’éliminer le Real Madrid, les autres équipes auront peur. Si le Real Madrid y parvient, pareil. Celui qui gagner va ensuite paraître redoutable pour les autres rivaux.

Vous venez de fêter vos 19 ans, vous battez tous les records. Par exemple, vous êtes le plus jeune buteur de la Ligue des Champions. Personne n’avait marqué autant de buts aussi jeune. Le secret est dans la tête ou les jambes ? Ou dans votre entourage peut-être ?

En premier, c’est la famille. Elle est toujours à mes côtés. Quand les choses vont aussi vite que ce qui m’est arrivé, c’est important que ton entourage soit près pour te garder les pieds sur terre, la tête froide et rester tranquille. Quelqu’un qui te rappelle que ça ne fait que commencer, que je n’ai gagné ni la Ligue des Champions, ni la Coupe du Monde ni beaucoup d’autres trophées. Je veux tout gagner et je travaille dur pour atteindre cet objectif.

Mais ça ne vous donne pas confiance de voir que vous allez plus vite que les autres grandes stars du football français ?

Les records sont faits pour être battus et ça me donne confiance. Mais comme pour les titres, il n’y a rien. C’est le plus beau.

Y a-t-il un risque de décompression en Ligue des Champions s’il n’y a plus de suspense en Ligue 1 vu la différence qu’il y a déjà avec vos poursuivants ?

Non, pas du tout, les deux compétitions sont totalement différentes. Nous savons que chaque match et chaque tour en Ligue des Champions sera compliqué. Nous sommes prêts à tout donner dans cette compétition quand elle reviendra. Nous sommes conscients que si nous fallamos sur le moindre détail, l’adversaire va faire mal. Je ne crois pas qu’il ait beaucoup à voir.

Autre retrouvaille spéciale à l’occasion de ce duel contre le Real Madrid c’est la votre avec Varane. Ça vous dit quelque chose ? Lui aussi a eu une ascension très rapide, la même que vous. C’est un miroir ?

Bien sûr. C’est un grand joueur et un exemple. Il est incroyable de détermination. Il est très professionnel, respectueux et il a tout gagné. C’est très bien de l’avoir avec nous en Equipe de France.

En Espagne, on ne comprend pas comment Benzema ne puisse pas jouer pour son pays. Comme voit-on la situation de votre compatriote en France ?

Nous le voyons comme un grand joueur. Mais vous savez, on ne sait pas très bien ce qui se passe, moi-même je ne sais pas très bien ce qui s’est passé et je ne peux pas en dire davantage sur ce sujet. Nous le voyons avec un peu de distance et c’est quelque chose qui concerne Karim et le sélectionneur. Nous avons la certitude qu’il s’agit d’un très grand joueur.

Vous avez eu une idole en France ?

J’ai eu Zidane, mais toute la France aimait Zidane. Tous ceux qui aiment le football savent que c’est un cas à part. Ce qu’il réalise depuis qu’il est entraîneur du Real Madrid est incroyable, parce que nous savons que ce n’est pas un club facile. Il a supporté la pression, peut-être parce qu’il connaissait très bien le club depuis son passage en tant que joueur. Il a gagné le respect de tous et je suis heureux pour lui de tout ce qu’il a réalisé.

Et le Mondial ? Vous voyez la France capable de conquérir le titre ?

Nous pouvons dire qu’il y a des favoris comme l’Espagne, l’Angleterre, le Brésil, l’Allemagne et la France aussi. Nous sommes là et nous voulons prouver de quoi nous sommes capables.

Pour finir : faites un vœu pour 2018.

Je veux gagner la Ligue des Champions avec le PSG et le Mondial avec la France.

 

Propos traduits par François Miguel Boudet

Commentaires