Pourquoi Marc-André ter Stegen est le meilleur gardien du monde

0

À l’image de son équipe, le gardien du Barça réalise un début de saison quasi parfait. Étant données sa forme et celle de la concurrence, la question de son statut de numéro un peut être posée.


La frappe de Paulo Dybala, mercredi 22 novembre, à la 92ème minute d’un décevant Juventus – FC Barcelone, était superbe. Dans un autre match, elle aurait fait mouche. Mais c’était sans compter sur Marc-André ter Stegen. Le gardien allemand s’est détendu de tout son long pour stopper ce qui était le 23ème des 24 derniers tirs cadrés subis par les siens, à l’époque. À la fin de la rencontre, il a échangé une accolade avec Gianluigi Buffon. Le média catalan Sport n’en demandait pas plus pour y percevoir une sorte de passage de témoin entre le portier de la Juve et celui du Barça. Lucas Digne aussi a sauté sur l’occasion : « Pour moi, ter Stegen est le meilleur gardien du monde en ce moment. » Si la sortie du Français aurait fait lever les yeux au ciel de nombreux observateurs il y a un an, elle mérite aujourd’hui de s’y attarder.

Les chiffres mais pas que

Il suffit de demander à Sergio Leon, Antoine Griezmann, Aritz Aduriz, Takashi Inui ou encore Rubén Sobrino ce qu’ils en pensent, eux qui perdu au moins un face-à-face avec le Blaugrana. D’autant que ter Stegen est actuellement le deuxième gardien qui a réalisé le plus de clean sheets (11) en Europe derrière David De Gea (12). Il est aussi, avec Jan Oblak, celui qui a encaissé le moins de but par match en championnat avec un ratio de 0,50. Mais, comme disait Coluche : « Les statistiques, c’est comme les bikinis, ça donne des idées mais ça cache l’essentiel. » Et lorsqu’on se détourne des chiffres, on remarque que le geôlier des bois catalans a l’art de s’employer au moment le plus opportun. Marca parle de « parades providentielles. » Un terme loin d’être galvaudé. Si le Barça trône aux premières places des classements de Liga Santander et de Ligue des champions, il le doit autant à son génie argentin qu’à son mur allemand.

Yes he Kahn

Pourtant, à son arrivée en Catalogne, TS devait en appeler à sa patience. Luis Enrique avait imposé une rotation stricte à Claudio Bravo et lui. Le Chilien jouait le championnat et l’Allemand les coupes. « Il sera très vite le numéro 1 », prévenait Oliver Kahn, en 2014, lors d’un entretien accordé à Doha Goals. En marge de la cérémonie du Golden Foot, le meilleur gardien de la coupe du monde 2002 assurait que la blessure au pied de Manuel Neuer ne l’inquiétait pas plus que ça. « Au Mondial 2010, René Adler était censé être le gardien titulaire et a raté le tournoi en raison d’une blessure. C’est là que Manuel Neuer s’est imposé et a joué une coupe du monde sensationnelle, raconte la légende du Bayern Munich. Je ferais pleinement confiance à Marc-André ter Stegen au cas où Manuel Neuer ne se remettrait pas à temps pour jouer la coupe du monde. »

Manu, Gigi et les autres

Celui qui faisait office de numéro un jusqu’à maintenant est out pour le restant de l’année. Gianluigi Buffon a raté l’avion pour Moscou et le cockpit de la Serie A est occupé par l’Inter Milan. L’Atlético de Jan Oblak déçoit en championnat et en Ligue des champions. Hugo Lloris est loin de son meilleure niveau et Thibault Courtois n’est pas transcendant dans les cages des Blues. Seul David De Gea tient la comparaison. Mais uniquement avec les gants. Si les deux gardiens sont les excellents derniers remparts de leurs escouades, le jeu au pied de ter Stegen fait aussi de lui le premier attaquant. Més que un porter.

Victor Massias
@victor_massias

Commentaires