L’Avent de ¡Furia Liga! #6 : Valencia sous le signe du 666

0

Jusqu’au 25 décembre, Furia Liga vous propose de voyager dans l’histoire du football espagnol à travers des anecdotes savoureuses de personnalités qui ont marqué la Liga. Découvrez chaque jour une nouvelle histoire !

 

Manchester United et le Real Madrid ont le numéro 7, le Valencia CF a le numéro 6. Moins sexy mais tout aussi symbolique. Chez les Blanquinegros, mettre le pied c’est une obligation. Forcément, le poste de 6 est crucial et porter ce chiffre signifie quelque chose d’important, aussi bien au niveau de l’institution que pour la grada de Mestalla. La filiation et la transmission sont cruciales. Le premier grand 6 du Valencia CF s’appelle Antonio Puchades, près de 300 matches avec le VCF entre 1946 et 1958, une Liga et deux Copas del Rey au compteur. Natif de Sueca, « Tonico » est tellement emblématique qu’après son décès en 2013 que le stade de la ciudad deportiva de Paterna porte son nom. Vint ensuite José Claramunt, 12 ans en blanc et noir entre 1966 et 1978, 381 matches pour 83 buts, une Liga et une Copa. Enfin, David Albelda, le Capità du Valencia CF des années 2000, le seul des trois à avoir porté un autre maillot, celui de Villarreal (1996-97 et 97-98) pour s’aguerrir avant de devenir l’emblème du club. Exception notoire : entre Claramunt et Albelda, un non-Valencien a réussi l’exploit de perpétuer la tradition. Gaizka Mendieta a également prolongé un autre héritage, celui des Basques à Valencia, après les grands Eizaguirre, Mundo Suárez ou encore Gorostiza. Le numéro 6 sur les bords du Turia représente la grinta, l’intelligence, la souffrance pour l’emporter. A présent, les Taronjas se cherchent un digne successeur, après des années d’attribution imbécile (Oriol Romeu, Lucas Orban, Guilherme Siqueira). Le 6 est attribué à Maksimovic cette saison. Il doit redevenir mythique et digne d’être porté.

Commentaires